Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Crise ivoirienne de 2011: la CPI enquête toujours sur le camp pro-Ouattara: Par RFI

Publié le par Akeulette

Publié le : Modifié le :

 

Texte par : RFI

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) enquête toujours sur les événements de 2010 et 2011, en Côte d’Ivoire. Le premier volet de cette enquête avait débouché sur l’émission de trois mandats d’arrêt contre Laurent Gbagbo, son ex-épouse Simone et Charles Blé Goudé. Interpellé début octobre par l’Observatoire ivoirien des droits de l’Homme, le procureur a confirmé qu’il enquête également sur d'éventuels crimes commis par le camp pro-Alassane Ouattara, mené par Guillaume Soro.

Avec notre correspondante à la Haye, Stéphanie Maupas

À l’ouverture du procès de l’ancien président, en 2015, le Procureur avait promis d’enquêter sur les crimes commis dans les deux camps, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara. Interpellé début octobre par l’Observatoire ivoirien des droits de l’Homme (OIDH), le procureur confirme qu’il enquête toujours sur les violences de 2010 et 2011.

Ainsi, depuis des années, le bureau du procureur confirme l’existence d’une seconde enquête portant sur les crimes commis par les opposants à Laurent Gbagbo, c’est-à-dire les ex-rebelles proches d’Alassane Ouattara, menés en 2010 et 2011 par Guillaume Soro.

Cependant, plus de dix après les événements, aucun mandat d’arrêt n’a été émis, ce qui, régulièrement, suscite les interrogations en Côte d’Ivoire et les spéculations sur l’existence éventuelle de mandats conservés sous scellés, au secret.

Dans son courrier adressé début novembre à l’OIDH, Karim Khan confirme donc que cette enquête est toujours en cours. Elle serait même « en phase avancée », avait affirmé son bureau, il y a plus d’un an. 

Les lenteurs de ce second volet des enquêtes ivoiriennes du procureur s’expliquent. Pendant longtemps, le bureau du procureur y a consacré très peu de moyens. Au départ, l’accusation s’est concentrée sur les crimes commis par le camp pro-Gbagbo. Puis, faute de coopération claire, ses enquêtes ont été ralenties. Très rapidement après la livraison de l’ancien président à La Haye, les autorités ivoiriennes ont affirmé pouvoir mener les procès devant leurs propres tribunaux et ont refusé de coopérer avec la CPI. 

Début décembre, les États membres de la Cour doivent voter son budget pour l’année 2023. Le procureur réclame plus de 2 millions d’euros aux États pour poursuivre ses enquêtes en Côte d’Ivoire.

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20221115-crise-ivoirienne-de-2011-la-cpi-enqu%C3%AAte-toujours-sur-guillaume-soro

Crise ivoirienne de 2011: la CPI enquête toujours sur le camp pro-Ouattara: Par RFI
Partager cet article
Repost0

Bravo à Lula pour sa victoire ! Par Pascal Affi N'guessan: President du FPI

Publié le par Akeulette

"Bravo à Lula pour sa victoire !
C’est celle d’un authentique progressiste. C’est aussi celle d’un vrai leader, qui a toujours privilégié l’action politique à travers son parti, et non sa personne.
La sagesse et l’intelligence stratégique paient toujours."
Bravo à Lula pour sa victoire ! Par Pascal Affi N'guessan: President du FPI
Partager cet article
Repost0

Côte d'Ivoire : les vérités dérangeantes d'un ex-ambassadeur de France: Par Alain Léauthier

Publié le par Akeulette

Publié le 26/06/2014 à 13:00

Par Alain Léauthier

Dans son livre "De Phnom Penh à Abidjan, fragments de vie d’un diplomate", Gildas Le Lidec, livre ses "souvenirs" d'ancien ambassadeur de France en Côte d'Ivoire entre 2002 et 2005. Des "souvenirs" qui offrent une lecture peu commune de la crise ivoirienne de 2011. En rupture en tout cas avec cette fiction à laquelle une partie de la presse et de la classe politique française ont adhéré... Entretien.

 

C’est un livre de « souvenirs, de simples souvenirs » ne visant pas à l’objectivité et à la vérité historique. Les précautions que prend l’ancien diplomate aujourd’hui à la retraite Gildas Le Lidec pour présenter son ouvrage De Phnom Penh à Abidjan, fragments de vie d’un diplomate* ne sont pas de pure forme. Quoi qu’il en dise, les « anecdotes » tirées de ses années passées en Côte d’Ivoire (entre 2002 et 2005), au titre d’ambassadeur de France, ressemblent fort à un pavé dans la mare des certitudes confortables sur la crise ivoirienne de 2011. Gbagbo dans le rôle du « méchant », du tricheur, du tyran prêt à toutes les bassesses et tous les crimes de guerre pour garder le pouvoir ? Alassane Ouattara dans le costume immaculé du président démocratiquement élu, mettant ses belles compétences d’ancien technocrate du FMI au service de son pays ?
Voilà déjà quelque temps que cette fiction à laquelle une partie de la presse et de la classe politique française ont adhéré (par commodité, paresse ou intérêt ?) commence à se fissurer. L’ouvrage de Gildas Le Lidec n’aidera guère à colmater la brèche, tout au contraire.  A quelques semaines de sa première visite officielle à Abidjan, François Hollande pourra ainsi utilement y prendre connaissance du portrait peu flatteur que l’ancien ambassadeur dresse de Guillaume Soro, l’actuel président de l’Assemblée nationale ivoirienne et ancien chef des rebelles du Nord, alliés militaires de Ouattara. Plus largement, sans exonérer le moins du monde les dérives du régime de Laurent Gbagbo, le livre permet de mieux comprendre les origines contemporaines de la terrible guerre civile qui fit près de 3 000 morts en quelques mois. La politique africaine de la France au pays des Eléphants n’y a pas forcément le beau rôle.
 
 
Marianne : Guillaume Soro, tour à tour chef des Forces nouvelles rebelles, Premier ministre de Gbagbo puis de Ouattara, et actuel président de l’Assemblée nationale, a tenté de vous égorger…
Gildas Le Lidec : Je tiens d’abord à préciser qu’à mes yeux cette anecdote n’a aucune signification politique particulière. Elle figure dans le livre pour son côté « vivant », illustrant la réalité concrète du travail d’un diplomate sur le terrain.  Je sais que la presse d’Abidjan s’en est emparée pour ses gros titres. Ce n’était pas mon intention. Ceci étant, l’anecdote est parfaitement authentique. Elle s’est déroulée à la basilique de Yamoussoukro en 2003, lors d’une réunion de routine sur le suivi des accords de paix de Marcoussis (signés en janvier 2003 entre les rebelles et le régime de Gbagbo), en présence du Premier ministre de l’époque, Seydou Diarra, et de deux généraux de Licorne (la force française d’interposition). Comme à son habitude, Soro faisait son cinéma, éructait contre la France. J’ai dû le rembarrer et probablement l’ai-je agacé alors il a tenté de m’étrangler. Un simple coup de chaud certes, mais il a fallu l’intervention des ambassadeurs d’Espagne et d’Italie pour le ramener à la raison…
 
Vous racontez aussi qu’il vous avait auparavant proposé un attentat contre Gbagbo ?
Peut-on vraiment parler sérieusement d’attentat quand on connaît le personnage ? Alors que je venais depuis peu de prendre mes fonctions, je me suis rendu à Bouaké pour rencontrer divers chefs rebelles, les fameux « com’zones ». Et j’avais en permanence dans les pattes ce petit bonhomme, ce civil auquel je ne prêtais guère attention. Avant de prendre mon hélicoptère pour rentrer à Abidjan, il m’a proposé de placer une voiture quelque part dans la ville, bourrée d’armes et d’explosifs et de lui en donner l’adresse. Il se chargerait ensuite, affirmait-il, d’éliminer Gbagbo par ses propres moyens….
 
Au-delà de l’anecdote, et à l’aune de votre expérience, quel jugement portez-vous sur celui qui est désormais protocolairement le deuxième personnage le plus important de Côte d’Ivoire ?
C’est un arriviste, très intelligent et très bien formé, avec une exceptionnelle force de conviction. Il a mangé à tous les râteliers, chef des rebelles un jour, avec Gbagbo un autre, puis le trahissant pour Ouattara…. Mais étonnamment il avait des soutiens en France. Je me souviens d’un déjeuner avec lui auquel participaient aussi Seydou Diarra et Pierre Mazeaud (à l’époque président de la table ronde de Marcoussis). Ce dernier m’a pris à parti, m’accusant de ne pas aider le processus de paix et d’être un traître et un suppôt de Gbagbo. Je voulais présenter ma démission à Raffarin (alors Premier ministre) lequel à son habitude a mis les formes pour étouffer le conflit.

Certaines ONG l’accusent d’être directement impliqué dans les exactions auxquelles se sont livrées les com’zones dans le Nord ?
Je pourrais apporter des informations sur les massacres commis par ces salopards échevelés qui exerçaient leur pouvoir avec une incroyable brutalité, une violence inouïe. Leurs crimes sont connus mais, en toute honnêteté, je n’ai pas d’éléments permettant d’y raccrocher Soro.
 
Avec le recul, quelle lecture avez vous de la crise de 2011 et quelle part de responsabilité attribuez-vous à Gbagbo ?
Les condamnations portées a priori contre Gbagbo m’ont toujours laissé dubitatif. A mes yeux, il n’était pas du tout l’homme du renouveau de l’Afrique, le nationaliste intransigeant comme il aimait quelquefois se présenter, mais plutôt un ancien opposant avide de bénéficier de tous les privilèges de ses prédécesseurs, Konan Bédié comme bien sûr Houphouët-Boigny. Gbagbo n’a jamais été un ennemi de la France. Bien au contraire. Sa culture est profondément française et tous les coups tordus dont il s’est montré un grand spécialiste ont été inspirés par ceux de la IVème République. Le problème, c’est que lui et Chirac n’ont jamais pu se comprendre et se parler raisonnablement. J’ai joué les intermédiaires. En vain.
 
Pensez-vous qu’il est le commanditaire de l’attaque de l’aviation ivoirienne contre les militaires français à Bouaké (soldée par neuf morts) en 2004 ?
Sincèrement non. Cette affaire reste pour moi un mystère total. Le 4 novembre, les forces militaires ivoiriennes lançaient une offensive contre les rebelles en franchissant la « ligne de confiance » issue des accords de Marcoussis. Elles essuyèrent, on le sait, un grave revers. Deux jours après, leurs Soukhoïs attaquaient nos soldats à Bouaké. Quel était leur intérêt ? Faire diversion ? Se venger de leur échec ? Objectivement, ça n’a pas grand sens. J’ai vu Gbagbo le 6 novembre au soir. Il était hagard, dépassé par les événements et, pour l’avoir fréquenté quasi chaque semaine pendant mon séjour, je vous assure qu’il ne jouait pas.
 
C’est vous qui avez fait remettre en liberté les techniciens biélorusses qui assistaient les pilotes des Soukhoïs, Biélorusses eux aussi…
Oui je l’ai fait sous la pression de mon alter ego russe à Abidjan qui menaçait  de beaucoup s’énerver s’il n’en allait pas ainsi…
Comment expliquez-vous que la France ait laissé filer les pilotes vers le Togo et n’ait jamais cherché à les récupérer pour les juger ?
Je ne me l’explique pas…
 
Avec le recul, comment jugez-vous l’action de la France pendant cette période ?
Pour contenir l’offensive des rebelles, en 2002 Gbagbo nous avait demandé notre aide. Nous avons répondu positivement en envoyant 500 soldats. Puis, en très peu de temps, les effectifs sont montés à 4 000 puis 5 000 hommes. Un véritable état-major s’est mis en place avec des généraux à deux étoiles et près de 50 colonels. Cette sorte de double gestion, l’ambassade d’un côté, l’armée de l’autre, n’a pas facilité le travail de la diplomatie…
 
Le sort de Gbagbo n’était-il pas scellé dès cette époque ?
Pour les gens de Paris, il était une interrogation, il ne correspondait pas au chef d’Etat africain dont ils avaient l’habitude. Même si, je le répète, son nationalisme était à mon avis de façade, il les inquiétait. L’attitude à adopter à son égard a d’ailleurs engendré beaucoup de divisions entre l’Elysée, le Quai d’Orsay, Villepin…
Les négociations et les accords de Marcoussis ne sont-ils pas le ferment de la crise de 2011 ?
Elles ont été organisées dans la plus totale précipitation, c’est le fruit de la machine Villepin… La façon dont Gbagbo y a été traité, notamment lors du retour en Côte d’Ivoire, était à mon avis inacceptable. En tout cas, ce fût ressenti comme une insulte, au moins par tous les Ivoiriens du Sud du pays.

 

Laurent Gbagbo sera jugé par la CPI pour crimes contre l’humanité. Qu’en pensez-vous ?
Je trouve cela profondément injuste. Cela ne correspond pas aux valeurs et au tempérament de l’homme que j’ai connu. Et c’est d’autant plus injuste que Ouattara n’a pas touché un cheveu des salopards qui, depuis 2011, se sont taillés de véritables royaumes dans le Nord du pays. En ne prenant aucune mesure contre eux, la CPI ne va pas améliorer son image, déjà très dégradée sur tout le continent.
 
La Côte d’Ivoire se porte-t-elle mieux depuis la chute de Gbagbo ?
Sur le plan de la sécurité et de la stabilité, pas sûr. Licorne est toujours là-bas, comme le 43ème Bima, sous une autre forme. A la fin de ma mission, j’avais recommandé sa dissolution La France, en fait, aurait dû partir depuis longtemps.
 
Ouattara ?
Il était programmé pour prendre le pouvoir, mais n’y est vraiment parvenu que grâce à l’aide décisive de son ami Nicolas Sarkozy.
De Phnom Penh à Abidjan, fragments de vie d’un diplomate, de Gildas Le Lidec. L’Harmattan. 26 €.

https://www.marianne.net/monde/cote-d-ivoire-les-verites-derangeantes-d-un-ex-ambassadeur-de-france

Côte d'Ivoire : les vérités dérangeantes d'un ex-ambassadeur de France: Par Alain Léauthier
Partager cet article
Repost0

Onze années que la Côte d'Ivoire est à Gethsémané!!! Gethsémané ce lieu décisif!

Publié le par Akeulette

"Gethsémané, là où tout se décide, là où tout va se décider! Gethsémané ce lieu décisif!"

Mon Gethsémané, à moi Akeulette, c’est, cette mission que Le Seigneur m’a confiée  pour la Côte d'Ivoire ! Ce sont, ces messages spirituels que je recois depuis la crise Ivoirienne, et que je publie sur mon blog. De ce fait, la Cote d’Ivoire, est toujours à Gethsémané, Elle n’est donc pas encore indépendante! Car, Elle n'est pas encore Libre! Elle a plutôt, soixante-deux ans de dépendance , toujours soumise a la France!

 

 

 

 

Onze années que la Côte d'Ivoire est à Gethsémané!!! Gethsémané ce lieu décisif!
Partager cet article
Repost0

Dans mon post précédent, j’ai remis en cause le raisonnement de ceux qui sont pour la légalisation de la polygamie en CIV et brandissent « nos traditions africaines » comme horizon ultime : Théophile Kouamouo

Publié le par Akeulette

Dans mon post précédent, j’ai remis en cause le raisonnement de ceux qui sont pour la légalisation de la polygamie en CIV et brandissent « nos traditions africaines » comme horizon ultime. J’ai évoqué des choses comme l’esclavage, le servage, les rites de veuvage (que pas grand monde ne peut défendre sans honte aujourd’hui) pour leur signifier que toute « tradition » n’est pas bonne. Et j’en ai vu s’en prendre à moi sur le thème « non, l’esclavage n’est pas une tradition africaine, il a été importé ». J’ai lu d’autres commentaires du style « avant la colonisation il n’y avait pas d’orphelinats ». Et Cheikh Anta Diop par ci et par là. Mes contradicteurs ne se rendent peut-être pas qu’ils répandent un mythe raciste, construit par les explorateurs et les philosophes européens du temps de « la rencontre ». Il s’agit du mythe du « bon sauvage », proche de l’enfant et de l’animal, n’obéissant qu’à ses instincts de conservation de l’espèce, donc dépourvu de malice - et d’intelligence. Dire « le mal c’est les autres », ça peut donner l’impression de s’octroyer une supériorité morale « naturelle ». Mais c’est un piège philosophique. Les êtres humains sont égaux. Tous capables du meilleur comme du pire.

En plus, cette idéalisation de la « tradition », présentée comme faisant partie de l’essence des Africains, comme présente depuis l’éternité et devant être révérée en tant que telle, ça aussi, c’est une construction raciste. Que disait Nicolas Sarkozy ? « Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. » Mes contradicteurs disent la même chose que lui, qui s’inspirait du philosophe Hegel.

Et puis la tradition c’est quoi, sinon le choix de pérenniser ce qui a d’abord été une innovation, et qui a répondu aux défis des temps qui en ont fait une tradition ? La « grosse » polygamie est par exemple prisée dans les sociétés agraires caractérisées par une centralisation de la terre parce qu’elle donne à celui qui a plusieurs épouses des mains qui peuvent travailler et assurer la prospérité d’un groupe. La « petite » polygamie est souvent un moyen social d’absorber le vieillissement et la baisse d’efficience des hommes et des femmes dans des sociétés caractérisées par le travail manuel, et de maintenir lez veuves dans le clan, la famille de leur défunt époux. Quand la société change, certaines traditions perdent en pertinence. Pourquoi les Maghrébins ou l’es Indonésiens sont moins enclins à la polygamie que les Subsahariens musulmans ? Parce qu’ils se sont adaptés pardi.

 

Dans mon post précédent, j’ai remis en cause le raisonnement de ceux qui sont pour la légalisation de la polygamie en CIV et brandissent « nos traditions africaines » comme horizon ultime : Théophile Kouamouo
Partager cet article
Repost0

En Côte d'Ivoire, pays où la pauvreté tue, où on meurt aux urgences, où la vie chère sévit : Par Théophile Kouamouo

Publié le par Akeulette

En Côte d'Ivoire, pays où la pauvreté tue, où on meurt aux urgences, où la vie chère sévit... quelle est la proposition de loi qui agite les réseaux sociaux ? Une proposition de loi sur l'assurance maladie universelle, sur l'augmentation du salaire minimum, sur la transparence électorale ? Non. Une proposition de loi sur l'instauration de la polygamie, c'est-à-dire une loi destinée à créer de l'inégalité dans le couple.

Et ce n'est pas anodin. C'est le drame de l'Afrique. Après les indépendances, les élites de l'époque ont eu le réflexe de s'octroyer les privilèges des colons, et pas d'émanciper les peuples. La suite, on la connait. Et là, les mâles des classes moyennes et relativement éduquées s'excitent pour soumettre encore plus des femmes plus productives économiquement que les hommes dans le secteur informel, mais marginalisées de plusieurs manières, notamment en politique. C'est pathétique.

 

 En Côte d'Ivoire, pays où la pauvreté tue, où on meurt aux urgences, où la vie chère sévit : Par  Théophile Kouamouo
Partager cet article
Repost0

Législatives : femme de chambre, chauffeur-livreur, ex-champion de boxe... Ces profils atypiques qui entrent à l'Assemblée: Par Tf1 Info

Publié le par Akeulette

Maëlane Loaëc (avec AFP)

Publié aujourd'hui à 12h26

Parmi les nouveaux visages du Palais Bourbon, plusieurs professions jusque-là écartées du Parlement font leur apparition.

Quasi tous les groupes ont réussi à envoyer à l'Hémicycle des députés au parcours insolite, du pompier au kinésithérapeute non-vacciné.

Si les cadres représentent toujours une forte majorité parmi les 577 députés élus dimanche, plusieurs profils bien différents remodèlent le visage de l'Assemblée nationale, parmi la grosse moitié de l'Hémicycle renouvelée. Des professions encore jamais représentées font leur entrée au Palais Bourbon, tandis que plusieurs candidats au parcours atypique ont aussi décroché leur siège.

L'une des figures les plus marquantes de ce nouveau souffle est la femme de chambre Rachel Keke, investie par la Nupes. Elle a arraché in extremis la victoire dans la 7e circonscription du Val-de-Marne face à l'ancienne ministre des Sports Roxana Maracineanu. Cette syndicaliste CGT franco-ivoirienne de 47 ans s'était illustrée lors de la longue grève des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles de Paris, entre 2019 et 2021. "Si tu es éboueur ou agent d’entretien, tu peux entrer au Palais-Bourbon", a-t-elle assuré dimanche soir, avant de se dire lundi matin "très heureuse de représenter à l'Assemblée la voix des sans-voix"

Dans les rangs du RN également, une agente de maintenance, Katiana Levavasseur, a arraché la victoire dans l'Eure. Titulaire d'un BEP vente, fille d'un ambulancier et d'une aide-soignante, elle est conseillère municipale d'une petite commune. Le premier chauffeur-livreur à entrer à l'Assemblée nationale a décroché pour sa part un siège sous la même bannière dans l'Allier : Jorys Bovet, 29 ans et novice en politique, a défait de peu une adversaire de la Nupes.

Peintre, professeurs et factrice à la retraite

Des représentants du monde agricole se sont aussi frayés un chemin jusqu'au Parlement, à l'instar du producteur de pommes, Éric Martineau, âgé de 54 ans, élu sous l'étiquette Ensemble-MoDem dans la 3ème circonscription de la Sarthe. Maire d'un village de 435 habitants, ce fils d'agriculteurs est à la tête d'une "production écoresponsable et bio". Autre profil marquant dans les rangs de la macronie : un pompier, Didier Lemaire, vainqueur dans le Haut-Rhin sous la bannière d'Horizons, reprenant un fief monopolisé par les LR depuis sept mandats.

Sans oublier des professions intellectuelles et artistiques. Le peintre et secrétaire national adjoint des Verts depuis 2019, Jérémie Iordanoff, a remporté la 5ème circonscription de l'Isère et fait tomber une candidate d'Ensemble. Quant à l'ancien journaliste Aymeric Caron, élu député de la Nupes dans la 18e circonscription parisienne, il avait déjà quitté les plateaux de télévision depuis quelques mois, mais briguait pour la première fois un mandat. Celui qui s'est fait connaitre du grand public en tant que chroniqueur dans l'émission "On n'est pas couché" avait créé son parti écologiste en 2018, avant de soutenir Jean-Luc Mélenchon.

Les membres de l'Éducation nationale sont aussi nombreux à avoir décroché un siège, du cadre de LFI et professeur d'histoire-géographie Paul Vannier, élu député Nupes de la 5ème circonscription du Val-d'Oise, à des profils encore moins connus, comme François Piquemal, professeur de lycée et vainqueur à Toulouse, la professeure d'anglais Nathalie Oziol gagnante dans l'Hérault, tous deux investis par l'alliance de gauche, ou encore le jeune professeur de tahitien indépendantiste Steve Chailloux, qui obtient la 2e circonscription en Polynésie.

Enfin, plusieurs retraités rejoindront aussi les bancs de l'Hémicycle. Dans l'Yonne, l'ancien épicier et candidat RN Daniel Grenon, 73 ans, s'est qualifié in extremis face à la Nupes. Une factrice à la retraite, qui avait commencé sa carrière en 1977 a également décroché son siège au Palais Bourbon. Martine Etienne (Nupes-LFI), 65 ans, est conseillère municipale et tombeuse en Meurthe-et-Moselle du député sortant de la majorité. 

Un kinésithérapeute non vacciné entre à l'Assemblée

Des sportifs figurent aussi parmi les nouveaux visages du Palais Bourbon, comme Antoine Villedieu, 32 ans, fonctionnaire de police à Besançon et ancien boxeur professionnel, qui a défait une candidate de la majorité présidentielle en Haute-Saône. Double champion du monde de MMA  ("Mixed Martial Arts", les arts martiaux mixtes), il est désormais délégué départemental du RN depuis mai 2020.

Autre parcours marquant qui se détache lors de ces élections tenues sur fond de crise sanitaire toujours latente, un kinésithérapeute vauclusien, non-vacciné, fait aussi son entrée à l'Assemblée. Joris Hebrard, figure locale du RN depuis 2012, l'a emporté face à un concurrent de la Nupes en se pourfendant défenseur des "libertés publiques". L'homme de 40 ans est interdit d'exercer sa profession depuis la mi-septembre 2021, faute de respecter l'obligation vaccinale contre le Covid-19 qui incombe aux professionnels de santé.

https://www.tf1info.fr/politique/resultats-second-tour-elections-legislatives-femme-de-chambre-chauffeur-livreur-ex-champion-de-boxe-ces-profils-atypiques-qui-entrent-a-l-assemblee-2223713.html?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1655722219&fbclid=IwAR3xq9IUO0qKKFirMKaZ12zFSfwDeHz3nPkJXCGMEn2PiwlHn-T_IaB5-hU#xtor=CS5-111

 

Législatives : femme de chambre, chauffeur-livreur, ex-champion de boxe... Ces profils atypiques qui entrent à l'Assemblée: Par Tf1 Info
Partager cet article
Repost0

Trafic de drogue en Cote d'Ivoire? Le 27 novembre 2014 Le Seigneur me faisait des revelations sur ce trafic!

Publié le par Akeulette

Ecoutez, ce que vit la Cote d'Ivoire est penible sur tout les plans! Et comme ce qu'elle vit est d'origne spirituelle, Il n'y a que Le Seigneur qui lui viendra en aide pour se liberer de ces malfaiteurs spirituels qui la dirige.

Le 27 novembre 2014, en songe Le Seigneur me montrait ce trafic de drogue. Dans mon post intitule " Free at last, free at last, God Almighty la Cote d'Ivoire is free at last". Je vous relatais ce songe et comment est-ce que la Cote d'Ivoire se liberait de ces monstres. (Voir texte et lien ci- dessous)

Si vous croyez  naivement que le monsieur, qui est la a tete de la Cote d'Ivoire actuellement n'est pas au courant de ce trafic de drogue c'est que vous n'avez encore rien compris de la crise ivoirienne malgre toute ces longues de galere!

-----------------------------------------------------------------

Free at last, free at last, God Almighty la Cote d'Ivoire is free at last!

Publié le par Akeulette

Aujourd'hui Jeudi 27 Novembre 2014, la Cote s'est liberee de ses ennemis, elle les a Vaincus, elle les a Assommes, Tues dans le spirituel!!! "FREE AT LAST, FREE AT LAST, GOD ALMIGHTY THE COTE D'IVOIRE IS FREE AT LAST"!

Dans le reve, je suis en Cote d'Ivoire, je me plains du comportement des Frci rebelles, j'en ai marre d'etre malmenee par eux! Je leur dis qu'ils ne peuvent plus confisquer ma LIBERTE!

Des personnes autour de moi me demande de me calmer, de peur que je ne me fasse agresser par ces sauvages! Mais je me plains encore plus! Je crie de plus belle, je menace!

La scene se passe dans une tres grande cour. ( c'est la presidence). Les Frci rebelles sont dans une chambre, la porte grandement ouverte, je les vois moudre des cachets d'aspirine, qu'ils font passer pour de la drogue, ils emballaient cette poudre dans du papier de cigarette, un des Frci rebelles m'a dit qu'ils etaient une mafia en me souriant.

Le chef des Frci rebelles ( Dramane Ouattara) n'en pouvant plus avec mes plaintes, souleve des trucs geants, enormes en acier ( des chars) pour s'attaquer a moi.

Moi je n'avais dans les mains qu'une cuvette ronde de menage en acier. Le Frci rebelle se dirige vers moi, je l'attendais de pieds ferme. Des qu'il a voulu m'attaquer, je l'ai Assomme a plusieurs coups avec ma cuvette de menage! Je l'ai Tue!!!! <<Ohooooooooooo Victoire>>!!!

Fin du reve

Les Frci rebelles qui trafiquent de la drogue, la porte grandement ouverte est synonyme de l'impunite qui regne en Cote d'Ivoire. Les Frci rebelles, ne craignent rien, ils se sentent maitre des lieux, maitre de la Cote d'ivoire. Ils font Tout ce qu'ils veulent en toute impunite car ils ont le soutien de la communaute dite internationale, la "mafia" dont l'un faisait allusion dans le reve.

Le Frci rebelle qui m'attaque avec des trucs enormes en acier dans les mains, est encore synonyme de soutien de la coummunaute internationale aux Frci rebelles. Les armes, que ce ganster de Dramane Ouattara tenait dans ses mains sont symboles de chars fournis par la communaute internationale!!!

Mais, Moi, la Cote d'Ivoire, sans avoir vraiment une grande defense militaires, je viens quand meme a bout de mes ennemis avec ma cuvette ronde de menage en acier!!!  <<Ce n’est pas l’outil qui compte mais la main qui le manie. Dieu se glorifie dans de faibles instruments, conscients de leur infirmité (1 Cor. 1:27-29). L’histoire de Gédéon (1- Juges 6)  en fournit une illustration frappante.>>

Un Vrai David contre Goliath en effet!!!

<<YES!!! FREE AT LAST, FREE AT LAST, GOD ALMIGHTY THE COTE D'IVOIRE IS FREE AT LAST">>!

Symbole de Tuer (assommer ses ennemis)= <<Un heureux presage, il annonce une issue rapide comblant ses desirs et represente parfois une victoire sur soi-meme si on tue un etranger.>>

Trafic de drogue en Cote d'Ivoire? Le 27 novembre 2014 Le Seigneur me faisait des revelations sur ce trafic!
Partager cet article
Repost0

TRAFIC DE DROGUE EN CÔTE D’IVOIRE:LE FPI CONDAMNE ET PROPOSE DES SOLUTIONS

Publié le par Akeulette

L' actualité dans notre pays est fortement marquée par la saisie d'importantes quantités de drogue. Notamment, la saisie de 2 tonnes de drogue à San-pedro et à Abidjan ainsi que des arrestations.
Dans l'attente des suites de l'enquête diligentée afin de situer les responsabilités, le Fpi salue les efforts concertés de la DEA américaine et des autorités ivoiriennes, fruit d'une collaboration de plusieurs années.
Afin que cette activité nocive n'impacte pas les actions de développement et l'épanouissement de l'ensemble de la société ivoirienne, le Fpi propose un ensemble de mesures relevant autant du ravitaillement , de la distribution, que de la consommation:
- s'assurer véritablement au niveau des banques et établissements financiers de l'origine des fonds déposés en espèces et par virement, à partir d'un certain montant, pour assurer la traçabilité des transactions monétaires,
- renforcer la lutte contre le blanchiment, notamment dans le secteur de l'immobilier et autres commerces,
- renforcer les moyens de contrôle dans les espaces publics de consommation sans omettre les quartiers à haut standing
- amplifier la sensibilisation contre l'usage des drogues
- renforcer les mécanismes de contrôle aux portes d'entrée (aéroports ; frontières terrestres et maritimes )
- mener des enquêtes plus approfondies sur les associés dans les cas de constitution d'entreprise,
- renforcer les contrôles en insistant sur les transformations alimentaires pouvant contenir des stupéfiants,
- procéder à des échanges d'expériences avec les pays confrontés à ce fléau depuis plusieurs décennies,
- renforcer la législation sur la consommation des drogues ( déjà fait) continuer les actions de moralisation de la vie publique et mettre en œuvre la tolérance zéro à l'encontre des commanditaires et complices de ces activités aux conséquences incommensurables sur l'ensemble de la société.
Le Fpi encourage le gouvernement dans la lutte pour le démantèlement de ce trafic aux ramifications profondes.
Fait à Abidjan, le 8 juin 2022
Le Secrétaire Général et Porte-parole
Issiaka Sangaré
TRAFIC DE DROGUE EN CÔTE D’IVOIRE:LE FPI CONDAMNE ET PROPOSE DES SOLUTIONS
Partager cet article
Repost0

La franc maçonnerie au coeur d’un trafic de drogue en Côte d’ivoire: Par Mondafrique

Publié le par Akeulette

Les amis de feu l’ancien ministre de la Défense et ex grand maitre, Hamed Bakayoko, sont dans le vieur d’un vaste coup de filet dans les milieux de la drogue

Les Ivoiriens assistent, médusés, à un grand nettoyage de printemps. Ce qui les étonne, ce n’est pas d’apprendre que leur pays était un haut lieu du trafic de drogue en Afrique de l’Ouest, ils le savaient. Il suffisait de se balader dans les rues d’Abidjan pour que l’ami qui vous accompagnait désigne, une boulangerie, un spa, une de ses nouvelles ongleries qui font florès, comme des lieux suspect de blanchiment d’argent. Ce qui les surprend c’est l’ampleur du ménage en train de se réaliser sous leurs yeux.

 
Multiplication des petits pains

L’opération « mains propres », diligentée par Alassane Ouattara en personne, a commencé en avril 2022, après qu’à Abidjan et San-Pedro 2,5 tonnes de cocaïne aient été saisies. Valeur de la prise 25 milliards de Fr CFA soit 38 millions d’euros. S’en est suivi de multiples arrestations, dont le directeur de la police de San Pedro en personne et celui de la Compagnie d’électricité ivoirienne (CEI). Parmi les belles prises signalons aussi celles de deux Ivoiro-libanais, d’un Italien et d’un Français, tous trois dirigeants d’entreprises ayant pignon sur rue.

L’un d’entre eux, Hussein Taan, 37 ans jeune propriétaire des enseignes « Des gâteaux et des pains » et de « Pasta Pizza », a renoué ainsi avec les méthodes ancestrales de la mafia. Quoi de mieux qu’une boulangerie pour blanchir l’argent sale ? Avec l’incarcération à la MACA de deux de leurs compatriotes, c’est toute la communauté libanaise qui est en émoi.

La franc-maçonnerie dans le viseur

Elle est d’autant plus sous le choc que le deuxième, Richard Gorayeb est très connu sur la place, non seulement pour ses affaires mais également pour être un «  très respectable frère » de de la Grande Loge de Côte d’Ivoire. Du coup, c’est aussi comme le révèle Africa Intelligence du 7 juin, toute la maçonnerie du pays qui est bouleversée.

D’autant que ce n’est pas le seul « frère » à être inquiété.  Dominique Amata, le français, patron de 911 security, a également été arrêté et d’autres membres de cet éminent aéropage serait sous surveillance. Ce coup de filet dans la loge questionne, en off, certains esprits chagrins se demandent s’il s’agit d’un grand nettoyage de printemps ou si les amis de feu l’ancien ministre de la Défense et ex grand maitre, Hamed Bakayoko, qui sont visés. Possible !

L’ampleur du coup de filet, 23 personnes inculpées et leurs comptes placés sous séquestres, est impressionnante. 

https://mondafrique.com/la-franc-maconnerie-au-coeur-dun-trafic-de-drogue-en-cote-divoire/

La franc maçonnerie au coeur d’un trafic de drogue en Côte d’ivoire: Par Mondafrique
Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>