Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHANTAGE OU PROPOSITION ? Par: Arsene Touho

Publié le par Akeulette

Rappel nécessaire

- Le 4 janvier 2020, à l'occasion de leur rencontre, Affi Nguessan remet à Laurent Gbagbo un document où il est mentionné aux points 12 et 13 : "Les deux parties conviennent de l'élection du président LG à la présidence du FPI. La première vice présidence sera assurée par le président Affi Nguessan [...] En attendant, le retour définitif du président LG en CI, l'intérim sera assurée avec les pleins pouvoirs par le président Affi Nguessan".

Pour Laurent Gbagbo, c'est un chantage qui justifie son attitude vis-à-vis d'Affi Nguessan.

Y a-t-il chantage ou offense ici ?

La réponse à cette question dépend de deux choses : 1. De la nature de la rencontre ; 2. des lunettes avec lesquelles l'on regarde la demande d'Affi.

1. La nature de la rencontre : il s'agissait d'une rencontre de sortie de crise entre deux personnalités du FPI que chaque camp considérait comme le président. Donc une rencontre de dialogue entre 2 protagonistes et non une rencontre de redition entre un souverain vainqueur et un vassal vaincu. D'où chacun est fondé à faire des propositions selon ses aspirations à lui.

2. Les lunettes : si on regarde une telle demande avec des lunettes de démocrate, on verra une proposition faite par son adversaire; si on regarde avec des lunettes du vénérable père fouettard, on verra un chantage ou une offense.

ET POURTANT

1. 7 jours seulement auparavant, (lundi 2 août 2021) LG déclarait : "le préalable de la démocratie c'est qu'on ne soit pas d'accord. Parce que la démocratie permet d'exprimer son désaccord avec un point de vue autre que ce que pense l'autre. Et on en a le droit". Pourquoi donc LG ne considère pas la demande d'Affi comme l'expression d'un simple point de vue discutable et choisit de le percevoir comme un chantage ?

2. Statuts du FPI : article 5, "le FPI consacre, conformément au principe de la liberté d'expression, l'entière liberté de discussion en son sein". Quel est donc ce fondateur d'un parti politique démocrate, fondé sur les libertés, qui se montre imperméable à la discussion, cadre par excellence d'expression des opinions ?

3. Statuts du FPI : article 90, "en cas de vacances du pouvoir par démission ou empêchement absolu du président, l'intérim est assuré par le 1er vice-président". Si LG reprend sa chose et qu'il est bloqué à la CPI, n'y a-t-il pas là un vide statutaire qui fonde Affi à proposer la solution statutaire de suppléance prévue par l'article 90 ? Maintenant si c'est les "pleins pouvoirs" qui le dérangent tant, la discussion ne donnait elle pas à LG la possibilité de récuser cette partie et d'obtenir par exemple une vice présidence avec des "pouvoirs délégués" ?

LE VRAI CHANTAGE

4. C'est quand une rébellion qui a assassiné Boga Doudou, assassiné les 50 gendarmes de Bouaké, demande le poste de Ministre de la Défense et que LG accepte pcq ils savent qu'il n'a pas le choix ;

5. C'est quand, suite à l'accord de Ouagadougou, le chef de la rébellion demande, en guise de désarmement, à intégrer plus 2000 combattants dans l'armée et dans la police (désarmer en armant looolll) et que LG accepte pcq ils savent qu'il veut rester président ;

6. C'est quand un ministre Rebelle se présente toutes les semaines devant LG pour lui demander de l'argent pour aller l'insulter aux meetings dans son village, et que LG sachant cela, ordonne chaque fois en souriant "donnez-lui 2 millions là bas", pcq ce ministre sait qu'il ne doit pas sa place au gouvernement à Gbagbo.

QUESTIONS

7. Quand LG demandait à Houphouet Boigny d'instaurer le multipartisme pour que d'autres partis politiques viennent contester le règne paisible du PDCI RDA, c'était un chantage ou bien c'était pour démocratiser la CI ?

8. Quand LG, Chef suprême des armées, demandait le recomptage des voix en 2011 pendant que l'armée continuait de faire la guerre, c'était un chantage fait à la communauté internationale ou bien c'était une proposition pacifique de sortie de crise ?

9. Quand LG demande à Alassane Ouattara (pouvoir exécutif) de libérer des prisonniers que la justice (pouvoir judiciaire) poursuit, en disant que ceux-ci doivent être libres pcq lui il est libre, c'est un chantage au principe démocratique de la séparation des pouvoirs ou bien c'est une proposition de decrispation en vue de la réconciliation ?

LA VRAIE OFFENSE D'AFFI NGUESSAN

C'est d'avoir manqué de se présenter à LG en se prosternant pour se confesser : "père, ton fils naguère indigne est de retour ; fais de moi ce que tu veux". Que LG sache qu'en 2021, y a encore des gens qui font ça (photo 1). Mais y a aussi des gens qui ne feront jamais ça.

 

 

 

 

 

 

CHANTAGE OU PROPOSITION ?  Par: Arsene Touho
Partager cet article
Repost0

Rêve du 14 aout 2021 sur le president GBA.GBO avec des sourcils epilés!

Publié le par Akeulette

Dans ce rêve, je vois le president GBA.GBO, tout rajeuni, sans cheuveux blancs. Il avait les sourcils epilés, assis devant un  grand cahier avec un stylo à la main comme sur cette photo avec le president AFFI, c’etait comme s’il s’appretait a signer ce grand cahier.

Fin du reve

Voici mon interprétation, je pense que ce reve veut nous dire que le president GBA.GBO va essayer d’ameliorer son image après tout ses actes manqués depuis son arrivée  en Cote d’ivoire!

Voici d’autres explications que j’ai trouvé sur le net:

“Rêver de s'épiler les sourcils signifie que vous cherchez à améliorer votre image aux yeux des autres. Vous voulez paraître plus fin, plus subtil, alors que vous avez un côté rustre en vous .

 

“Épiler ses sourcils : - SOURCILS - Action positive pour avoir un meilleur jugement tant que les sourcils restent bien dessinés et qu'ils respectent la forme initiale. L'épilation, dans ce contexte, peut se traduire par avoir une vision plus claire sur les choses et les gens.

Rêve du 14 aout 2021 sur le president GBA.GBO avec des sourcils epilés!
Partager cet article
Repost0

PASCAL AFFI N'GUESSAN: PROPOS LIMINAIRES DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DU FPI

Publié le par Akeulette

PROPOS LIMINAIRES DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DU FPI

CRISE AU SEIN DU FPI : ANALYSE DE LA DECISION DE CREATION D’UN NOUVEAU PARTI PAR LAURENT GBAGBO

14 AOUT 2021

Mesdames et messieurs les journalistes de la presse nationale et internationale.

Je vous remercie d’avoir répondu nombreux à notre invitation et de l’occasion que vous nous offrez ainsi d’analyser avec vous les évènements majeurs de l’actualité politique nationale et de faire connaitre à l’opinion notre position, notamment à propos de la décision prise par le Président Laurent GBAGBO, le 9 août 2021 d’abandonner la bataille qu’il mène depuis dix (10) ans contre le FPI et de « … créer un autre parti avec le même contenu ».

Avant tous propos, je voudrais au nom du FPI et à mon nom personnel souhaiter la bienvenue sur sa terre natale au Président Laurent GBAGBO. Lui exprimer toute notre compassion pour tant de souffrances endurées durant ces longues années. En même temps que notre fierté pour le triomphe de la vérité et pour son acquittement.

C’est l’occasion d’adresser nos vives félicitations et notre reconnaissance à toute l’équipe des avocats du Président Gbagbo et du Ministre Charles Blé GOUDE pour les efforts hors du commun déployés pendant toutes ces années afin de faire éclater la vérité et triompher le Droit.

Nos remerciements s’adressent en particulier à la population ivoirienne qui a vécu aux rythmes des péripéties de cette longue procédure judiciaire, à la Diaspora ivoirienne partout où elle se trouve pour avoir battu le pavé ces dix dernières années en vue de faire barrage à l’injustice, à tous les anonymes qui ont vécu dans leur chair chacun à son niveau cette grave injustice faite à un homme et à son pays.

S’il avait permis de nous rencontrer, j’aurais exprimé de vive voix au président Laurent Gbagbo notre joie de retrouver parmi nous le compatriote, le compagnon de lutte, le fondateur du FPI. Malheureusement, depuis son retour en Côte d’Ivoire, mes demandes d’audiences en vue de lui souhaiter la bienvenue et de lui donner les nouvelles du pays et du parti sont restées sans suite.

Le 9 août 2021, devant un parterre de cadres de la dissidence regroupés au sein d’un prétendu ‘’Comité Central’’, le Président Laurent GBAGBO a parlé ; certainement trop parlé. Trop, non pas à cause de la longueur du temps de parole ou du flot de sujets abordés, mais en raison du caractère désastreux du discours tant dans sa forme, dans le fond, que de son empreinte historique.

Dans la forme, « le père de la démocratie ivoirienne » nous a fait vivre un scénario digne des dictatures du siècle passé : le monologue du Timonier, ponctué d’applaudissements orchestrés, suivi d’une déclaration écrite d’avance, pour chanter ses louanges, célébrer son génie et réaffirmer l’indéfectible attachement de son peuple. Les soi-disant « membres du Comité Central » n’ont pas eu droit à la parole. Leur opinion sur la grave décision que le président GBAGBO leur demande de prendre importe peu.

Dans le fond, le discours a choqué de nombreux militants et démocrates par son caractère mesquin, méprisant, égocentrique et patrimonial.

Laurent GBAGBO reconnait implicitement qu’il n’est pas le président du FPI, en décidant d’aller créer un autre parti, de « ne pas s’engager dans une bataille juridique » et de « contourner la pierre ».

Pourquoi pendant sept (7) ans s’est-il donc prévalu de ce titre pour semer la confusion au sein de l’opinion, entretenir cette crise de leadership, endosser des déclarations en cette qualité, entretenir sur le terrain des structures parallèles illégales qui utilisent les symboles du parti et organisent des manifestations sans la caution du parti. Il a causé au FPI un grave préjudice moral et politique, aussi bien à son image, à sa crédibilité qu’à ses résultats électoraux. De son fait notre parti est aujourd’hui affaibli.

GBAGBO a choisi la rupture, le schisme. C’est son choix. Nous ne l’avons pas voulu. Nous avons tout fait pour l’éviter. Il en porte la responsabilité politique, la responsabilité morale, la responsabilité totale, la responsabilité exclusive devant nos militants, nos concitoyens, et devant l’histoire.

Mais en rompant le lundi 9 Août avec le FPI, le Président GBAGBO a finalement pris la mesure de l’impasse politique personnelle dans laquelle il se trouvait en opposant à la légalité une soi-disant légitimité autodécrétée, autoproclamée. Il a pris acte d’une réalité qui s’impose à lui : désormais présent en Côte d’Ivoire, il lui serait de plus en plus difficile d’agir par procuration, de jouer à cache-cache avec le « caillou » de la loi. Le caillou l’a fait pannnn !

Cette rupture, Laurent Gbagbo l’a actée avec ses arguments et ses mots à lui : un mélange de d’égocentrisme, de faits falsifiés pour m’exposer à la vindicte publique et de dédain pour ma personne.

Laurent GBAGBO affirme qu’il a décidé de me combattre à cause de mes « louvoiements », c’est-à-dire de mes hésitations, tergiversations, indéterminations. Il dit « j’étais en prison à La Haye, quand j’ai appris ses louvoiements (…). Quand les camarades en ont eu marre de ses louvoiements, ils m’ont appelé pour me dire (…) il faut être candidat au Congrès et puis on va lui arracher le parti. (…) c’est comme ça que j’ai appelé Assoa Adou pour lui dire va faire ma campagne, il (AFFI) a compris que c’était pour être enlevé, donc il a annulé le congrès. (….). Donc j’ai compris définitivement que ce monsieur, lui aussi était définitif dans son choix d’aller ailleurs. Je dis bon, c’est donc un autre combat, une autre lutte qui s’ouvre devant nous. »

Ainsi, informé de mes louvoiements par ses camarades, Laurent GBAGBO a décidé de m’arracher le parti sans même chercher à m’entendre, sans me donner l’occasion de m’expliquer et de me défendre. Comment pouvait-il se faire une opinion objective du dossier s’il refuse d’écouter l’autre partie ? Pourquoi une telle attitude ? Quel est ce modèle de leadership ? Cette attitude qui est loin d’être isolée renseigne sur la gouvernance de l’Etat sous l’ère GBAGBO et les raisons du drame du 11 avril 2011.

Il dit en outre avoir appelé Assoa Adou alors en exil à Accra pour être son directeur de campagne. Et pourtant il s’est gardé de faire expressément acte de candidature laissant le soin à quatre (4) Secrétaires Généraux de Fédération initiateurs de l’Appel de Mama, de déposer devant le Comité de Contrôle, non pas un dossier de candidature, mais une proposition de candidature sans la demande manuscrite du candidat exigée par le Comité de Contrôle.

Toutes ces années, j’ai usé de tous les moyens pour le rencontrer afin de trouver avec lui, une issue à la crise, sans succès. Et pourtant régulièrement, il recevait les animateurs de la dissidence, les confortant dans leur entreprise. Lorsque certains camarades me faisaient défection, il leur ouvrait grand la porte. A l’inverse, il refusait les demandes d’audiences de certains autres, des compagnons de lutte de longue date, parce qu’ils étaient proches de moi, les reniant parfois jusqu’après leur mort. Uniquement afin de faire le vide autour de moi.

A ma sortie de prison, mon engagement à remobiliser les militants en vue d’assurer la pérennité du parti a été présenté comme une volonté de « tourner la page de GBAGBO ». La poursuite du dialogue engagée par la direction intérimaire pendant que j’étais en prison pour apaiser l’environnement sociopolique et favoriser la résolution des problèmes que vivaient les militants du parti est devenue du jour au lendemain un acte de trahison et violemment condamnée.

On fait croire que j’ai un deal avec le régime, feignant d’ignorer le boycott du RGPH 2014, le boycott du referendum constitutionnel (2016), la marche de la colère (2017), la désobéissance civile (2020), ainsi que dans le rôle d’opposant politique toutes ces prises de position dans les meetings, conférences de presse, interviews, etc.

On m’a accusé d’avoir été reçu en secret par le président François HOLLANDE, alors que cette rencontre a réuni dans le grand salon de la résidence de France, tous les leaders de l’opposition : RPP (Laurent DONA Fologo) ; LIDER (KOULIBALY Mamadou) ; URD (Danièle BONI Claverie) ; UDCY (MEL Théodore) ; MNC (Appia KABRAN) ; FPI (AFFI N’Guessan, DANON Djédjé et Michel GBAGBO), etc.

Toutes ces années, j’ai laissé faire, j’ai toléré, guidé par un unique objectif : laisser une chance à l’unité du parti. J’ai subi les mensonges, les propos diffamatoires, les torrents de haine et de boue, colportés par ceux-là mêmes qui se réclamaient de lui. Toutes les manœuvres ont été employées.

Avec le temps, j’ai compris bien sûr les fondements de cette intransigeance. Ce n’est pas la justesse de mon action ni la pertinence de ma démarche qui étaient en cause. Cette attitude était dictée par une seule raison, cette même raison qui aujourd’hui conduit à la rupture : son refus de tolérer l’émergence d’un leadership autre que le sien ; et cela, même si cette autre personne l’a loyalement servi, l’a payé par moment de sa liberté ; cela même lorsque les circonstances politiques et la réalité de la situation l’empêchaient de fait d’exercer un leadership au quotidien.

Un argument, un seul a été évoqué par le président Laurent GBAGBO pour justifier sa décision de quitter le FPI et de fonder un autre parti : j’aurais pris le FPI en otage ; et je lui ferais du chantage. Comment ? Lui-même explique le crime de lèse-majesté que j’aurais commis au cours de la rencontre qu’il a bien voulu accepter de m’accorder le 03 janvier 2020 après plus de cinq (5) ans de vaines tentatives. « … il y a eu un premier tête à tête entre AFFI et moi (…). Il a parlé et il a sorti un document où il posait des revendications. Il posait des revendications le concernant, lui. C’est-à-dire s’il donne la présidence du parti, …. Lui il doit devenir premier Vice-Président, assurant l’intérim totalement. (…) Alors moi je l’écoutais. Je l’écoutais, on dirait que ce n’est pas du FPI qu’il s’agit.

Quand il a fini, j’ai appelé les Assoa Adou, je leur ai donné AFFI et puis je suis parti à la maison. Mais ma décision définitive était prise. Je dis on ne peut rien faire avec lui. (…) donc c’est à moi AFFI parle comme ça ? (…) Je dis bon ‘’un jour si Dieu le visite, peut-être qu’il laissera tomber sa proie. Mais il n’a pas changé. »

Devant les membres et partenaires de EDS, Laurent GBAGBO s’est fait plus agressif. « J’ai proposé de quitter le FPI et de laisser à AFFI N’Guessan, qui est venu prendre en otage notre parti que nous avons créé avec la sueur et les emprisonnements. Parce que nous l’avons nommé, il est venu prendre le parti en otage. Et il me donne des conditions (…) Moi ? (rires dans la salle). J’ai entendu beaucoup de blagues mais des blagues comme ça, je n’ai jamais entendu. »

Au moment de lever la séance, il adresse à ses auditeurs cette mise en garde : « Juste un dernier mot avant de nous quitter. En politique, il ne faut jamais faire du chantage, sinon on vous fait ce qu’on a fait à AFFI ».

Discours ahurissant pour sa suffisance, son cynisme et son archaïsme. Les Ivoiriens attendaient le retour de l’homme de Paix et du démocrate nourri aux valeurs du socialisme. Ils découvrent un Monarque qui se croit propriétaire du FPI « sa chose » dont il peut disposer à sa guise, nommant et renvoyant comme « gérant » qui il veut et quand il veut. Face à lui, les cadres du parti sont des obligés, c’est lui qui les a faits, les militants n’ont aucun droit et les textes du parti n’ont aucune importance.

Le FPI n’est pas une « chose ». C’est une organisation politique qui, d’après ses statuts « rassemble en une union volontaire, les femmes et les hommes épris de justice et de liberté, engagés contre toute forme de domination sur la Côte d’Ivoire et en Côte d’Ivoire ».

Il est vrai que l’histoire du FPI est inséparable de la lutte et du parcours politique de Laurent GBAGBO, mais c’est une grave erreur politique de réduire le parti à cette dimension et de nier le rôle moteur des cadres et militants du parti.

Pendant des années, ces femmes et ces hommes ont supporté la réprobation générale, l’ostracisme, les humiliations de toutes natures, les intimidations administratives, les pressions familiales et tribales, toutes sortes de blessures physiques, morales et psychologiques, pour donner une assise au parti, pour le faire grandir et accéder au pouvoir d’Etat avec Laurent GBAGBO. Laurent GBAGBO ne s’est pas fait lui-même. C’est nous tous qui l’avons fait. Il nous doit un minimum de respect et de considération.

Oui, très tôt le président GBAGBO m’a fait confiance et m’a appelé à ses côtés pour me confier d’importantes responsabilités. J’ai été son directeur de campagne en 2000 et son premier Premier Ministre à l’issue de notre victoire. Ces nominations étaient-elles justifiées ou non ? M’obligent-elles à la soumission aveugle ? Mes désaccords avec lui sur certaines questions peuvent-ils être considérés comme une marque d’ingratitude ?

Il sait comme moi que ce mot n’a aucune signification en politique. Dans ce domaine, « c’est l’homme qui fait l’homme » comme disent les Ivoiriens. Nous l’avons fait ; en retour il nous a fait. Il nous doit, nous lui devons. Dans ce domaine, les règles, les lois, les principes, dont le principe de nécessité, transcendent les sentiments personnels.

En conséquence, les décisions doivent être fondées sur des critères objectifs. C’est au nom de ces critères objectifs qu’en plusieurs circonstances, le Président Laurent GBAGBO m’a confié ces importantes missions. Il l’a fait non par complaisance, mais par intérêt, par nécessités politiques. J’ai quitté ces responsabilités quand d’autres nécessités plus grandes et d’autres critères objectifs se sont imposés. La générosité et l’ingratitude n’ont rien à voir dans ces affaires.

Au demeurant je me considère comme membre fondateur du FPI au même titre que tous ceux qui se prévalent de ce statut.

En 1986 quand je prenais contact avec Simone Gbagbo dans la clandestinité, le parti était en gestation et elle en était la première responsable ; pas quelqu’un d’autre. Laurent GBAGBO était en exil en France. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois, en novembre 1988 à son retour en Côte d’Ivoire. J’étais depuis deux ans Secrétaire Général de la Base clandestine de l’Ecole Normale Supérieure des Postes et Télécommunication (ENSPT) ou j’assumais la fonction de Directeur des Etudes et des stages. Le FPI n’avait ni argent, ni postes ou avantages à distribuer, mais des épreuves à supporter et à surmonter. Au nom de mes convictions j’ai accepté ma part d’épreuves. J’ai tiré profit de ma position pour apporter au plan humain, matériel et financier, ma modeste contribution à la réinstauration du multipartisme et aux premiers pas du FPI. J’étais là au moment de la déclaration officielle de la naissance du parti.

Pendant quinze (15) ans (1986-2000), j’ai mené toutes sortes de missions d’implantation et d’animation du parti sur mes fonds propres, sans un sou de qui que ce soit. Physiquement, intellectuellement, moralement et financièrement j’ai donné au parti comme de nombreux cadres à travers le pays, grâce à qui le FPI est ce qu’il est aujourd’hui. Vouloir faire admettre que le FPI est la propriété privée d’un individu est une tentative d’escroquerie, une imposture.

Cette dérive autocratique était observable depuis notre accession au pouvoir en 2000, et particulièrement avec la crise de la rébellion armée de 2002. Progressivement le Président GBAGBO s’était éloigné du parti et de tout ce qui pouvait constituer une entrave à son pouvoir personnel. Parce que le FPI refusait de se taire dans la gestion de la crise, on a créé le CNRD pour tenter de l’étouffer. La LMP a été suscitée pour porter la candidature de Laurent Gbagbo à la place du FPI et pour marginaliser le parti et ses dirigeants dans la conduite de la campagne électorale de 2010.

Aujourd’hui Laurent GBAGBO quitte le FPI parce que le parti lui oppose et impose la démocratie, lui refuse l’idolâtrie et le culte de la personnalité. Alors il part pour se tailler un parti sur mesure. Il rêve de vampiriser le FPI et le réduire à une « enveloppe vide ». C’est faire injure aux militants du FPI que de penser qu’ils sont sans convictions, qu’ils sont des suiveurs.

Laurent Gbagbo nous oblige à choisir : entre l’autocratie et la démocratie. Entre le passé et l’avenir. Il nous demande d’abandonner l’héritage de tant d’années de lutte, de sacrifices et de victoires, et de le suivre dans une nouvelle aventure, pour sa seule gloire, à nos risques et périls.

J’appelle au rassemblement tous les militants du FPI, tous les courants d’opinion au sein du parti. Restons fidèles à nos convictions, à notre histoire. Faisons le choix de l’avenir.

Alors, je m’interroge avec vous. Qu’avons-nous fait de la confiance que les Ivoiriens nous ont accordée en 2000 ?

La réalité dans toute sa crudité est que nous avions le pouvoir et que nous avons perdu le pouvoir.

Ce n’était pas une fatalité.

On ne peut pas en attribuer la seule responsabilité aux autres.

Nous avons perdu le pouvoir parce que notre intelligence des situations, notre sens stratégique, n’ont pas été à la hauteur des défis auxquels nous étions confrontés.

Nous avons commis des erreurs de jugement, sur le désarmement, sur la Commission Electorale Indépendante.

Nous n’avons pas su entendre les appels à la vigilance et les discours de lucidité.

La victoire du président Gbagbo devant la CPI est une joie pour chacun d’entre nous. Qu’il soit désormais notre adversaire ne change rien à cela.

Mais si nous voulons aller de l’avant, nous ne devons pas nous méprendre. Il ne s’agit en aucun cas d’une réhabilitation de son action au titre de président de la République. Il ne ramène pas le Front Populaire Ivoirien au pouvoir. Il ne ressuscite pas davantage les morts. Il ne console pas les familles endeuillées. Et nous serions, les uns et les autres, très mal inspirés de considérer qu’il nous donne le droit d’être hautains, suffisants et de proposer aux Ivoiriens de replonger dans le même film d’horreur.

Ce n’est pas, ce ne sera jamais ma ligne et ma démarche.

Ma ligne et ma démarche sont celles de la renaissance de notre parti au service de l’alternance pour une nouvelle espérance. De ce point de vue, même si une rupture peut s’apparenter à une forme de deuil, elle comporte aussi une dimension libératrice puisque toute notre énergie sera désormais consacrée à ce projet que nous allons présenter aux Ivoiriens.

Si nous voulons reconquérir le pouvoir d’Etat, nous devons changer de logiciel.

Dans cette nouvelle page de l’histoire du FPI, nous sommes désormais dépositaires de l’héritage, de l’histoire, des valeurs de la gauche. La renaissance de notre parti passe par une modernisation de sa pensée, de son organisation, de sa gouvernance. Nous nous y emploierons. Nous saurons retrouver le fil interrompu de cette confiance dont les Ivoiriens nous ont autrefois honorés.

Dans ce combat pour l’alternance, je prendrai toutes mes responsabilités. Je les ai d’ailleurs toujours prises. Je continuerai de me battre pour les valeurs de démocratie et de progrès que nous avons toujours partagées.

Le Comité Central qui vient de se réunir a entériné la rupture. Il me met en mission désormais pour mener ce combat de la renaissance et de la modernisation du FPI, au service du progrès et de la démocratie en Côte d’Ivoire. La rupture a ceci de salvateur que nous consacrerons désormais notre énergie à l’essentiel.

Dans quelques semaines nous nous retrouverons lors d’un congrès extraordinaire. D’ores et déjà, chacun d’entre nous est en réalité en mission, pour décrypter, expliquer sur le terrain à nos concitoyens les enjeux de cette renaissance, pour remobiliser le Front Populaire Ivoirien, en vue de la reconquête du pouvoir en 2025.

Vive le Front Populaire Ivoirien pour une Côte d’Ivoire prospère, fraternelle et solidaire.

Je vous remercie pour votre écoute et suis maintenant à votre disposition pour répondre à vos questions.

 

 

 

PASCAL AFFI N'GUESSAN: PROPOS LIMINAIRES DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DU FPI
Partager cet article
Repost0

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo, les raisons de la création d’un nouveau parti: Par RFI

Publié le par Akeulette

Publié le : 

Laurent Gbagbo veut créer un nouveau parti politique pour ne pas avoir à s’engager dans une bataille juridique avec Pascal Affi N’Guessan. Son ancien Premier ministre dirige, lui, l’aile légale du Front populaire ivoirien. C'est cette division qui a conduit à la décision soudaine, mais pas surprenante, tant le schisme interne au FPI remonte à plusieurs années déjà.

Moins de deux mois après son retour en Côte d'Ivoire le 17 juin à la suite de son acquittement de crimes contre l'humanité par la justice internationale, Laurent Gbagbo a provoqué la surprise ce lundi 9 août en annonçant vouloir créer un nouveau parti. Mais pour Laurent Gbagbo, abandonner un parti, le FPI (Front populaire ivoirien) qu’il a créé en 1982 avant même les années du multipartisme dans les pays africains, est forcément risqué. C’est sous la bannière FPI que Gbagbo a construit son statut d’opposant historique jusqu’à l’emprisonnement, pendant les années Houphouët-Boigny. Le FPI pour lui, c’est non seulement toute une vie, mais c’est aussi une identité, une marque qu'il a perdue depuis que la justice ivoirienne a confirmé en 2015 Affi N’Guessan dans ses fonctions de président du parti.

2025 en ligne de mire

Cette décision de justice interdisait aux soutiens de Gbagbo, notamment Aboudramane Sangaré, décédé en 2018, et Simone Gbagbo, d’utiliser le nom et le logo du parti. De fait juridiquement, le FPI n’appartenait plus à son fondateur.

Cependant, ses partisans continuent de parler de FPI GOR (FPI Gbagbo ou Rien). C'est dire si la marque FPI est associée au nom de l'ancien président. Mais en faisant le choix de créer un nouveau mouvement, il montre qu'il veut dépasser le conflit juridico-politique avec Affi N'Guessan. Il lui laisse une marque chargée d'histoire, à lui de trouver un autre nom qui devra imprimer les esprits. C'est là où il peut y avoir un risque de perte de notoriété, à moins que cela ne crée une nouvelle dynamique.

Aujourd’hui, en créant un nouveau parti, l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo montre aussi qu'il entend rester à 76 ans un acteur majeur de la vie politique de son pays et disposer d'une structure qui lui est entièrement acquise, sans doute dans la perspective de la présidentielle de 2025.

Quid de Simone Gbagbo ?

L’ancienne première dame était dans la salle ce lundi quand Laurent Gbagbo a rendu public son intention de créer un nouveau parti. Il l’a aussi citée à plusieurs reprises dans son discours quand il faisait l’historique du parti. Cela dit, les relations personnelles et parfois politiques entre ces deux personnalités sont souvent compliquées, pour ne pas dire conflictuelles.

Créer un nouveau parti, c'est mettre en place de nouvelles instances de direction et cela pourrait permettre à Laurent Gbagbo de faire le ménage et de marginaliser tel ou tel clan au profit de ses plus proches, tout en se souvenant que Simone Gbagbo reste populaire auprès d'une partie des militants. Un fidèle de l’ancien président nous a confié qu’« il n’y a pas de raison que Simone Gbagbo et ses proches ne soient pas associés » à cette nouvelle aventure politique. Mais il ne faut pas perdre de vue qu’ils ont aussi une histoire privée au-delà de la politique.

Du côté du FPI-légal, on estime que Laurent Gbagbo « a choisi la rupture et la division ». Il a pris une « une décision dictée essentiellement par la soif de pouvoir et la volonté de revanche », a réagi Pascal Affi N'Guessan, président du FPI-légal. Ce dernier a ainsi convoqué une réunion du comité central du parti pour ce samedi 14 août.

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210810-c%C3%B4te-d-ivoire-laurent-gbagbo-les-raisons-de-la-cr%C3%A9ation-d-un-nouveau-parti?fbclid=IwAR2Qw4gmvmZgSIuINFt38i8EavCITDJDwqC67N-I9ovBlKPC6mVcMXnAK3A&ref=fb_i

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo, les raisons de la création d’un nouveau parti: Par RFI
Partager cet article
Repost0

Communiqué de Pascal Affi N’Guessan Président du FPI

Publié le par Akeulette

A l’issue d’une rencontre avec ses sympathisants ce lundi 9 août 2021, le Président Laurent Gbagbo vient d'annoncer qu'il abandonne la bataille inopportune et destructrice qu'il mène depuis 7 ans contre le Fpi et qu'il « va créer un autre parti avec le même contenu ».

Ainsi, en réponse à ma demande d'audience, à ma volonté de dialogue en vue de l'unité du Fpi, Laurent Gbagbo a choisi la rupture et la division. Il enterre l’espoir qu’avaient nos militants, nos électeurs, nos sympathisants, en l’unité de la gauche, en la réconciliation de notre famille politique.

Il endosse de manière assumée devant nos compatriotes et devant l'histoire la responsabilité du schisme qui marque désormais l’épopée du Fpi.

Et pourtant ses visites et ses embrassades avec ses tourmenteurs d’hier avaient laissé penser qu'il était véritablement le chaînon manquant de la réconciliation nationale et qu'il aurait à cœur d’œuvrer à l'unité de notre parti. Hélas !

Cette décision, dictée essentiellement par la soif de pouvoir et la volonté de revanche, constitue un défi à notre force de caractère, à nos convictions idéologiques et à notre maturité politique.

Pour ma part, j'assure les militants et sympathisants du Fpi, l'opinion nationale et internationale de ma ferme volonté de poursuivre ma mission pour la renaissance du parti en vue de la reconquête du pouvoir en 2025.

Je continuerai de me battre pour les valeurs de démocratie et de progrès que nous avons autrefois partagées.

Hauts les Cœurs, la lutte continue !

 

Communiqué de Pascal Affi N’Guessan  Président du FPI
Partager cet article
Repost0

Stratégie de l'échec politique: Par ASSALE TIEMOKO ANTOINE

Publié le par Akeulette

Stratégie de l'échec politique.

En proposant l'abandon du FPI, parti qu'il a fondé avec d'autres camarades, aux mains d'Affi Nguessan, histoire de ne pas être obligé de parler et de se réconcilier avec ce dernier, le président Gbagbo vient de perdre sa première bataille politique post crise électorale de 2010-2011.

Il a vaincu la CPI, il s'effondre devant son propre camarade et abandonne au passage, en rase campagane la camarade Simone qui se retrouve également sans appareil politique.

Sous quelque forme que ses partisans voudraient présenter sa décision de ce jour, il s'agit là ni plus ni que d'un violent échec.

Du coup, le discours sur la réconciliation dont on disait qu'il était le chaînon manquant, se retrouve décrédibilisé.

Décidément, la politique en Côte d'Ivoire reste encore une affaire d'égo qui nous conduira, si on ne se réveille pas maintenant, à l'affrontement final et au solde de tous comptes, en 2025.

Parce que ça recommence...

ASSALE TIEMOKO ANTOINE

DÉPUTÉ DE LA NATION.

 

Stratégie de l'échec politique: Par ASSALE TIEMOKO ANTOINE
Partager cet article
Repost0

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo propose la création d’un nouveau parti: Par RFI

Publié le par Akeulette

 

 Par une lâcheté sans nom, le president GBA.GBO propose la creation d’un nouveau parti que de s’asseoir et discuter avec le president Affi! “Embrasser Bédié, rire à gorge déployée avec Ouattara et refuser de s'asseoir avec Affi, c'est tout simplement incompréhensible et totalement incohérent.” Ce n’est pas dutout incompréhensible pour moi, car Le Seigneur m’a dit que Le president GBA.GBO etait en proie a des tourments.  Depuis 2015, Le Seigneur me disait que le FPI des “ GBA.GBO ou rien” etait dans le FAUX et que le president AFFI etait dans le VRAI!! Le president GBA.GBO le sait tres bien, mais en soutien a sa “femme dioula” et a son ex-beau fils, que le president  AFFI accusaient d’etre a la base cette dissidence, le president GBA.GBO fait le lâche, et decide de “contourner l’obstacle Affi N’guessan” en proposant la creation d’un autre parti politique!!! Quelle lâcheté !Quelle Honte au grand democrate qu’il pretend etre!  Et son fameux «Asseyons-nous et discutons» ? ll l’a  jeté dans les toilettes et tiré la chasse d’eau avec? Tout les reves que j’ai fais sur cette crise au FPI donnait raison au president AFFI! Alors que le president se fortifie et prenne courage!!!

-------------------------------------------------------------------------------------

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo propose la création d’un nouveau parti

Publié le : 

En Côte d'Ivoire, Laurent Ggagbo a proposé, ce lundi 9 août, à la réunion du comité central extraordinaire du FPI canal historique, la création d’un nouveau parti politique. L'ex-président ne souhaite pas s’engager dans une bataille juridique avec son ancien Premier ministre, Pascal Affi N’Guessan qui dirige l’aile légale du FPI. C'est ce qu'indique le communiqué final. Le nouveau parti, selon des sources RFI, pourrait naître en octobre, au plus tard.

 

Avec notre correspondant à Abidjan, Jean-Luc Aplogan

Laurent Gbagbo, pour justifier son option de créer un nouveau parti et de « laisser  le FPI à Affi N’Guessan » a lancé cette parabole : « Quand tu marches et qu’un obstacle se dresse sur ton chemin, il faut le contourner ou le sauter. » Un participant qui approuve, explique que cela permettra de travailler sereinement.

L’obstacle dont parle l’ancien chef de l’État qui s’est exprimé pendant une demi-heure, c’est Affi N’Guessan, président de l’aile légale du FPI, accusé encore « d’avoir pris le parti en otage ».

La crise remonte à 2014. Dernier épisode : la condamnation de la tenue du comité central de ce matin par le camp Affi N’Guessan. Il en organise d’ailleurs un, le 14 août prochain.

Jusqu’au bout, Laurent Gbagbo a évité de régler directement la crise avec son ancien Premier ministre. Ce dernier s’est même plaint de ne pas avoir eu de réponse à une demande d’audience.

Laurent Gbagbo veut son nouveau parti avant octobre, un comité sera nommé la semaine prochaine pour y travailler.

Au comité central de ce matin, il y avait deux stars : Simone Gbagbo, très ovationnée à son arrivée, et Laurent Gbagbo lui-même, très applaudi à son apparition et pendant son discours.

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210809-c%C3%B4te-d-ivoire-laurent-gbagbo-propose-la-cr%C3%A9ation-d-un-nouveau-parti

Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo propose la création d’un nouveau parti: Par RFI
Partager cet article
Repost0

Crise ivoirienne, la verite spirituelle: Le cas Soro Guillaume: relisez tout ce que j'ai vu en reve et ecris sur ce criminelle depuis 2014 jusqu'a maintenant

Publié le par Akeulette

Toujours prendre en compte, le cote spirituel de la crise Ivoirienne, car c’est-la, que reside la verite, et voici la verite spirituelle entre Guillaume Soro et la Cote d'Ivoire

Publié le par Akeulette

 La verite spirituelle dans cette crise en Cote d’Ivoire, est que la Cote d’Ivoire, n’a jamais tolere ceux, qui l’ont agressee. Elle en veut plus particulierement a Guillaume Soro, car c’est lui, qui s’est allie a des etrangers pour l’attaquer, Elle, la mere patrie. Donc depuis, dans mes songes et reves sur ce Guillaume Soro, je vois que la Cote d’Ivoire, refuse de lui adresser la parole, refuse meme de le voir, et de discuter de “ reconciliation” avec lui.  Contrairement a Dramane Ouattara, a qui elle adresse de temps en temps la parole, sans toute fois le tolerer non plus.  Ma premiere vision sur Guillaume Soro, fut le 25 septembre 2014, Le 25 Septembre 2014 en reve, Je suis dans une foule, je m'entends dire a Sorrow Guillautine,-" Zero pointe, ton soutien a Dramane Ouattara pour detruire la Cote D'Ivoire, n'en valait pas la peine! Voila maintenant le tyran a chute! Zero pointe" Je ne savais pas, pourquoi est-ce que je tenais ces paroles-la a l'encontre de Sorrow Guillautine. Toujours est-il qu'il etait fou furieux dans le reve. Les gens se moquaient de lui, il etait conspue, il a souleve une grosse pierre et a commencer a me poursuivre, en me menacant. Le titre que j'ai donne a ce est reve: << "Conspue, Confus, Honteux, Sorrow Guillautine me menace!>> voir lien.

Ce n'est qu'en novembre 2015, soit un neuf mois apres ce reve, que je  saurais le pourquoi de mes propos tenus a Sorrow Guillautine. En  fait, ce reve me parlait du SorrowGate. Sorrow Guillautine qui allait etre humilie, conspue dans l'histoire des ecoutes telephonique. Un Sorrow Guillautine qui allait menacer, tout ceux qui allaient diffuser cette information sur les reseaux sociaux, comme le temoigne ici Theophile Kouamouo, le journaliste Camerounais. << Depuis la diffusion publique de la « putschtape Soro/Bassolé » qui hystérise Abidjan et Ouagadougou, l’actuel président du Parlement ivoirien et ses porte-flingues ont surtout proféré des injures et des menaces à la fois variées et fleuries contre les journalistes (dont l’auteur de ces lignes) et les internautes qui ont partagé ces écoutes téléphoniques qui ont « fuité » alors qu’elles auraient du rester à jamais confidentielles.>>

Mais il y'avait un autre message que mon reve vehiculait, c'etait la chute de Dramane Ouattara, car je dis a Sorrow: << Zero pointe, ton soutien a Dramane Ouattara pour detruire la Cote D'Ivoire, n'en valait pas la peine! Voila maintenant le tyran a chute! Zero pointe>>

Le 07 octobre 2017, toujours en songe, je me suis retrouvee chez Guillaume Soro. J’ai ecris:

<<Ce matin du 07 octobre 2017  en reve, je me retrouve chez Sorrow Guillautine en Abidjan. C'est comme s'il etait rentre de son long sejour Europeen. Je me vois assise chez lui, avec lui autour d'une table ronde, il se met a me parler, a me raconter des choses, pour que je sache qu'il a un cote " bien" en l'ecoutant, je me disais, je comprends pourquoi certains pro-GBA.GBO le defende et sont pret a voter pour lui en "2020", apres son discours, il me regarde, et me dit: " sinon ce que tu ecris sur moi-la vraiment hein" mdrrrrr!!! C'etait une mencace a peine voilee!!!!. Je me suis levee, et je lui ai dit: " c'est Dieu, qui rend Justice, pas moi Akeulette". Il se leve je le vois habille dans une chemise sans cravate, il etait decontracte, les mains dans les poches pour me raccompagner. Fin du reve

J’ai intitule ce songe: << Mes reves et les articles que j'ecris sur Sorrow Guillautine l'agace fortement, aujourd'hui en reve, il m'a invitee chez lui en Abidjan pour avoir une discussion avec moi!>>

Et puis le dimanche 29 octobre 2017 ce reve, s’est materialise, quand Soro Guillaume  invita des internautes  a son <<Crush party>>!  Le nom choisi par Sorrow Guillautine pour sa rencontre avec ses invites , etait  <<Crush party>>! = Operation de seduction comme je le vois dans ma vision. Alors j’ai ecris: << Donc j'avais raison, quand je disais que Sorrow Guillautine cherchait a me seduire dans ma vision, a me charmer. Sorrow guillaume voudrait que la Cote d'Ivoire tombe amoureuse de lui, mais helas pour lui, car la Cote d'Ivoire n'est pas dupe!!! La Cote d'Ivoire ne peut en aucun cas tomber amoureuse de son bourreau!! Ce que l'on doit retenir de la situation entre Guillaume Sorrow et ses "fans" est l'immaturite de ces derniers, d'une jeunesse Ivoirienne totalement inconsciente! Des personnes qui n'ont pas encore comprise la gravite de la crise que traverse la Cote d'Ivoire a cause, de ce Guillaume Sorrow qu'il celebre aujourd'hui! QUEL SACRILIEGE PEUPLE INCONSCIENT ET IMMATURE!!! FAITES GERBER!!! 

Et puis le 26 fevrier 2019, j’ai ecris  un message a Guillaume Soro sur mon blog.  Je lui disait dans ce message que ses projets n’allaient pas aboutir, donc qu’il arrête de jaspiner.

 Voici, une partie de mon message. “ l'annee derniere, j'ai fait un reve sur la fille, qui bat campagne pour toi sur facebook. Dans le reve,  on me montre une maison en construction abandonnee, les travaux de constructions de cette maison ont stoppes depuis longtemps.  Il y'a de la moisissure sur les briques et des herbes geantes ont poussees. Je vois ensuite, la fille qui bat campagne pour toi sur facebook, couchee dans mon salon, entrain de se faire lyncher par une foule."

Fin du reve

Ce reve veut dire que, ton vieux projet, qui est de (devenir president de la Cote d'Ivoire), symbole, de la moisissure sur les murs en constructions dans le reve, n'aboutira pas! En fait, tu mûrissais le projet de devenir president de la Cote d'Ivoire, depuis le jour, ou tu l'a attaquee en 2002! Raison pour laquelle, malgre les accords signes avec le president GBA.GBO et les fonctions que t'as occupees dans son gouvernement, et tout les sous que tu t'es amassé , et la reconciliation avec  la Flamme de la Paix à Bouaké le 30 juillet 2007, tu n'as JAMAIS VOULU DESARMER TON ARMEE, "LES FORCES NOUVELLES". Mais, Le Seigneur, me charge de te dire, que;  ton projet  n'aboutira pas et qu'il s'interromprera brutalement! C'est pour cela, que la maison est qui est en construction depuis longtemps (2002 annee de ta rebellion contre la Cote d'Ivoire), metaphore de tes ambitions presidentielles dans le songe, n'est pas fini, les travaux ont stoppes et les briques ont moisis et des herbes geantes ont poussees dans cette maison inachevee et abandonnee.

Le lynchage de la fille qui bat campagne pour toi sur facebook

Veut dire, que les gens vont s'archarner sur elle, ils vont projetter sur elle leur fustration apres l'echec de ton projet, elle sera le bouc emissaire, elle sera amenee, a se justifier sur ton echec.

----------------------------------------------------------------

 

Sorrow Guillautine, le rebelle qui nargue la Cote d'Ivoire, va recevoir un coup sur la tete de LA HAUT!

Publié le par Akeulette

 En cette apres midi du 13 mars 2019, en reve, j'ai vu Soro Guillaume recevoir, un coup sur la tete, de LA HAUT! Un " côcôta" dans le jargon Ivoirien. Dans le reve, je vois Soro Guillaume arrete, qui tenait un discours devant une foule. Et puis tout a coup, je vois un coup de point, sortir du ciel, qui lui donne un "côcôta" Un coup sur la tete! Et puis j'ai entendu la voix se plaindre de lui, en lui disant: "que ce n'etait pas bien de s'etre associe a des gens pour attaquer la Cote d'Ivoire".

Fin du reve

Ce reve nous dit que: Soro Guillaume recevra une correction Divine. Comme vous l'avez constate, depuis qu'il n'est plus ami, avec ses anciens allies, il ne fait que parler de la rebellion, sans vraiment se mettre en cause. Il ne se sent pas dutout coupable de quoi que ce soit dans cette rebellion. Il nargue la Cote d'Ivoire et les Ivoiriens chaque fois, dans ses semblants de meetings de "reconciliation"en disant: "que tout le monde est coupable, tout le monde a commis des fautes dans cette crise", alors qu'il a tue des milliers de personnes innocentes qui ne lui ont rien demande avec sa sale rebellion et detruit des vies entieres! Sa maniere hypocrite de se faire passer pour une victime parceque qu'il cherche des electeurs pour 2020, agace Le Seigneur! Il va de ce fait recevoir cette correction Divine, ce "côcôta" Divin, il sera humulie devant le public Ivoirien pour qu'il reconsidere ses actions meutrieres menees dans la rebellion.

-----------------------------------------------------------

 

La location de Guillaume Soro, au moment, ou ces malheurs lui tombent dessus est vraiment Divine, c'est tout un symbole Divin

Publié le par Akeulette

 Dans ma vision, du  13 mars 2019, sur Guillaume Soro qui recoit une correction Divine, c'est du ciel qu'est sortie la main qui le frappa a la tete.  Le Seigneur, pour nous faire comprendre, que c'est bel et bien, LUI, qui est entrain de donner cette correction divine a ce rebelle de Guillaume Soro, a choisit, comme lieu symbolique sur le plan physique, le ciel, pour assener de coup invisible ce dernier. En effet dans  ma vision, Guillaume Soro recoit un coup de point qui vient du ciel sur la tete. Meme, si, Le Seigneur, sur le plan physique utilise Dramane Ouattara  pour donner ce coup a Guillaume Soro. Cela ne veut pas dire, que Dramane Ouattara  et ses  autres complices seront epargnes, par cette colere Divine. Leur tour arrive!

Dans la recente vision, que j'ai eu sur Dramane Ouattara,  j'ai vu que cet homme vivait dans la peur, la peur d'etre ejecte du pouvoir!

C'est pendant, qu'il  etait dans le ciel, en plein vol, que Guillaume Soro apprend, que son avion est interdit d'atterrissage en Abidjan. C'est aussi en plein vol, qu'il apprend,  qu'il est cible par un mandat d'arret international! C'est la main qui sort du ciel et le frappe a la tete dans mon reve! LA CORRECTION DIVINE.

Merci Seigneur!

https://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2019/12/toujours-prendre-en-compte-le-cote-spirituel-de-la-crise-ivoirienne-car-c-est-la-que-reside-la-verite-et-voici-la-verite-spirituelle

https://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2019/03/sorrow-guillautine-le-rebelle-qui-nargue-la-cote-d-ivoire-va-recevoir-un-coup-sur-la-tete-de-la-haut.html

https://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2019/12/la-location-de-guillaume-soro-au-moment-ou-ces-malheurs-lui-tombent-dessus-est-vraiment-divine-c-est-tout-un-symbole-divin.html

Crise ivoirienne, la verite spirituelle: Le cas Soro Guillaume: relisez tout ce que j'ai vu en reve et ecris sur ce criminelle depuis 2014 jusqu'a maintenant
Partager cet article
Repost0

Je vous avais dis de toujours prendre en compte le cote spirituel de la crise ivoirienne car c’etait- la que residait la verite!

Publié le par Akeulette

Souvent tu entends les gens dire: “ la crise ivoirienne est spirituelle!” Et quand, tu leur demande de developper leurs idees, ils n’arrivent pas! Car ils ne font que speculer et repeter ce qu’ils ont entendu quelque part dans des conversations. Moi je ne specule pas, je n’invente rien, je ne fais que relater ce que je vois en reves et en songes depuis dix ans maintenant. Souvent apartir de mes reves, j’ai fais mes propres analyses et j’ai vivement souhaite que ce cauchemar dans lequel, la Cote d’Ivoire etait plongee depuis le 11 avril 2011 prenne fin avant 2020 ou tout au plus en 2020!  Mais helas, cela ne fut pas le cas, et la Cote d’Ivoire continue de subir des injustices par ceux qui l’ont prise en otage. Mais je ne desespere pas, car la fin de la crise ivoirienne n’est pas encore ecrite! Et ceux qui pensent que c’est le president GBA.GBO qui va reconcilier la Cote d’Ivoire avec elle meme, se trompent enormement! Comment cet homme pourra t-il reconcilier la Cote d’Ivoire, quand lui  meme vit dans la division, l’hypocrisie et la fourberie?

Ce que j’ai vu en reve est que la Cote d’Ivoire se reconcilie toute seule avec elle meme après la guerre!

Meme si quelque fois, ce que je vois en reve  et en songes ne se passent pas excatement sur le plan physique, je note quand meme que cela se realise toujours d'une maniere ou d'une autre !

Exemple: Un reve que j’ai publie le 15 juin 2015 sur le retour du president GBA.GBO en Cote d’Ivoire au mois de juin! Apres ce reve, j’ai pense que le president GBA.GBO rentrait cette annee-la au mois de juin! Ensuite, j’ai eu d’autres reves et songes ou je le voyais rentrer après la guerre! Alors quand il n’est pas rentre en juin 2015,  je n’ai plus pense a ce reve! Mais, depuis son retour en Cote d’Ivoire en juin 2021, j’ai vu que des lecteurs ont recommence a lire et relire ma publication du 15 juin 2015 dans les statisques! Je me suis demande, pourquoi est-ce que ces lecteurs relisaient cette publication?  

 J'ai donc  decidee de la relire moi aussi. Et-la, je me suis ecriee, ohlala, j’ai aussi vu qu’il rentrait un mois de juin en Cote d’Ivoire!!! C’est pas vrai!!!

Je remercie ceux et celles qui se sont rappeles de cette vision! Et c’est pour cela que je dis: Meme si quelque fois, ce que je vois en reve  et en songes ne passent pas excatement sur le plan physique, je note quand meme  que cela se realise toujours d'une maniere ou d'une autre! Ci- dessous le reve avec le lien.

Encore une fois merci cher lecteurs!

Akeulette

--------------------------------------------------------------

Le boubou guere est le symbole de la liberation secrete du president Laurent GBA.GBO!!!

Publié le par Akeulette

Ce reve que je vais vous relater maintenant, je l'ai fait depuis le 1er Juin 2015, je ne l'ai pas publie aussitot, car je n'arrivais pas a "decoder" le symbole du "boubou guere", que portait le president Laurent GBA.GBO et un autre monsieur dans le reve, et puis j'etais tres prise dans mes revisions.

Voila donc..., dans ce reve du 1er juin au matin, je vois le president Laurent GBA.GBO habille dans un "boubou Guere" accompagne d'un monsieur, lui aussi habille en boubou guere, le monsieur se tenait pres du president. Le Seigneur ne me montre pas le visage du monsieur. Les deux se dirigent vers moi, moi je suis assise dans ma chambre devant ma table entrain de reviser mes cours pour mes examens du mois de juin.

Je leve la tete et les appercois, je me jete sur le president GBA.GBO, je suis toute contente, surexcitee, je me mets a embrasser sa tete toute blanche de cheveux blancs, je lui demandais sans cesse: " t'es arrive quand? T'es arrive quand"?

J'entendais la voix d'une femmme comme celle de sa femme Simone l'appeler. Elle disait " Laurent, Laurent"

Fin du reve

Voir lien: https://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2015/06/le-boubou-guere-est-le-symbole-de-la-liberation-secrete-du-president-laurent-gba-gbo.html

 

Je vous avais dis de toujours prendre en compte le cote spirituel de la crise ivoirienne car c’etait- la que residait la verite!
Partager cet article
Repost0

La fourberie du president GBA.GBO me dégoûte : Le president GBA.GBO dit avoir parlé du cas de Soro Guillaume le rebelle à Dramane Ouattara

Publié le par Akeulette

Ainsi donc le president GBA.GBO s’inquiete pour Soro Guillaume le rebelle, et plaide sa cause aupres de Dramane Ouattara!  Ce  Soro Guillaume, par qui le malheur est arrive en Cote d’Ivoire!!!  Et à  cause de qui, lui Laurent GBA.GBO a passé pres de neuf ans à la CPI!  Dans sa fourberie, il oublie de plaider aussi pour le cas de Ble Goude, son compagnon de lutte, aupres de Dramane Ouattara son “ami de longue date” selon lui, pour que  celui  puisse permettre à Charles Ble Goude de rentrer en Cote d’Ivoire comme lui GBA.GBO!

Non,  mais c'est plutot,  le cas de l’assassin de Soro Guillaume, l’ex amant de sa “ petite femme dioula” qui l’importe le plus!

Oh! Le président GBA.GBO est une déception totale depuis son retour en Cote d'Ivoire!!!!

"Le Seigneur a agit envers Soro Guillaume selon sa perversitéPsaume 27:  "Avec celui qui est pur tu te montres pur, Et avec le pervers tu agis selon sa perversité. "

Je m’explique: Le Seigneur utilise Dramane Ouattara que Soro Guillaume le rebelle a tout fait pour installer au pouvoir en Cote d’Ivoire, en passant par la désinformation sur  les chaines de televisions internationnales jusqu'à la guerre qui eclata en avril 2011, pour le combattre maintenant, et le lui faire à l’envers!  C'est si simple que cela!  Alors que donc, ne comprend pas ce Soro Guillaume et ses guignols sur les reseaux sociaux et en Cote d'Ivoire qui crient à Dieu pour que justice leur soit rendue? Justice leur a ete deja rendue! Qu'ils se calment!  Dramane Ouattara a pousse Soro Guillaume a l’exil,  il a dissout son mouvement politique et l’a comdamné a la perpétuité ! C'est le 06 janvier 2016 que Le Seigneur m'a montre, que les rebelles allaient commencer a s'entredechirer:( voir lien sur mon mon blog) Et puis le 24 decembre 2019 j'ai ecris: "Dans ma vision, du  13 mars 2019, sur Guillaume Soro qui recoit une correction Divine, c'est du ciel qu'est sortie la main qui le frappa a la tete.  Le Seigneur, pour nous faire comprendre, que c'est bel et bien, LUI, qui est entrain de donner cette correction divine a ce rebelle de Guillaume Soro, a choisit, comme lieu symbolique sur le plan physique, le ciel, pour assener de coup invisible ce dernier. En effet dans  ma vision, Guillaume Soro recoit un coup de point qui vient du ciel sur la tete. Meme, si, Le Seigneur, sur le plan physique utilise Dramane Ouattara  pour donner ce coup a Guillaume Soro. Cela ne veut pas dire, que Dramane Ouattara  et ses  autres complices seront epargnes, par cette colere Divine. Leur tour arrive!"

 Alors de quoi se mêle ce fourbe et hypocrite de president Laurent GBA.GBO? A t’-il fini de regler les problemes de son parti politique le FPI? Cet homme est vraiment en proie à des tourments comme me le dit Le Seigneur...

-----------------------------------------------------------------------

"LAURENT GBAGBO RÉVÈLE AVOIR PARLÉ DU CAS SORO À ADO : « OUATTARA M’A DIT DEUX MOTS DE GUILLAUME... »

Le président Laurent Gbagbo a révélé ce 02 août 2021 avoir parlé de Guillaume Soro avec Alassane Ouattara lors de leur rencontre le 27 juillet.

« Le président Ouattara m’a dit deux mots de Soro. Donc, tout ça, ça fait partie de nos combats, mais il faut aller pas à pas. Pour le moment, c’est ceux qu’on peut sortir par un décret, après les autres, je vais aussi monter au créneau pour parler d’eux pour qu’ils reviennent au pays », a-t-il dit.

Le président Laurent Gbagbo s’adressait, lundi, au quartier général du Front populaire ivoirien (FPI), sa formation politique, à des dizaines de femmes de détenus des crises électorales qui ont eu lieu depuis 2011."

 

https://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2016/01/les-rebelles-vont-commencer-a-s-entredechirer.html

https://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2019/12/la-location-de-guillaume-soro-au-moment-ou-ces-malheurs-lui-tombent-dessus-est-vraiment-divine-c-est-tout-un-symbole-divin.html

La fourberie du president GBA.GBO me dégoûte : Le president GBA.GBO dit avoir parlé  du cas de Soro  Guillaume le rebelle à  Dramane Ouattara
Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>