Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Message aux grandes gueules de la Cote d'Ivoire qui pensent, qu'ils ont quelquechose, avoir dans la liberation, du president GBA.GBO et de la Cote d'Ivoire.

Publié le par Akeulette

Message aux grandes gueules de la Cote d'Ivoire qui pensent, qu'ils ont quelquechose, avoir dans la liberation, du president GBA.GBO et de la Cote d'Ivoire. Je voudrais m'adresser, aux grandes gueules de la Cote d'Ivoire, qui pensent, qu'ils ont quelquechose, avoir dans la liberation, du president GBA.GBO et de la Cote d'Ivoire. Ecoutez moi bien, chers(es) grandes gueules. Vous n'y etes pour rien dans la liberation du president GBA.GBO, la preuve vous ne maitrisez rien, vous ne comprennez absoulement pas, ce qu'il se passe actuellement, car TOUT, se decide spirituellement. C’est Le Seigneur qui decide de TOUT! Vous n’y croyez pas? Eh bah... c’est votre probleme, et vous en prendrez plein la gueule bientot! Le Seigneur m'a montree le 11 decembre 2018, que c'est en 2020 que le president GBA.GBO sera totalement libre, et ce sera le cas! Comme vous le voyez déjà avec les menaces de la procureure de la CPI, Fatou Bessouda. Arettez donc avec vos histoires de marches pour certains a Bruxelles et pour d'autres des courses a velo a Paris, pour soi-disant " reclamer la liberation du president GBA.GBO, et son retour en Cote d’Ivoire” Celui qui va negocier, le retour du president GBA.GBO en Cote d’Ivoire en 2020, c’est le president AFFI, (reve du 09 octobre 2018 intitule: Mon reve d'hier apres midi, me reconfirme que; c'est quand le president AFFI N'guessan sera au pouvoir dans un gouvernement de transition, qu'il va negocier la liberation du president Laurent GBA.GBO!!!) Vous voyez, ce n’est pas vous qui reconconciliez la Cote d’Ivoire, ni le president GBA.GBO, la Cote d’Ivoire se reconcilie TOUTE SEULE APRES LA GUERRE DE DELIVRANCE! Alors arretez dans votre arrogance, de dire que vous “allez imposer la reconciliation” a qui que ce soit! Vous savez quoi? Bande d’arrogants qui m’exasperez; “La réconciliation ne se décrète pas elle ne se proclame pas non plus.” De grace bouclez-la s’il vous plait! Quant a ceux qui disent que: “2020 est boucle pour eux”, ils seront tres surpris de leur chute brutale! Leur patron peut aller inaugurer “ses routes” qu’il construient avec l’argent du contribual Ivoirien, et malgre cela, force a chaque fois, les pauvres populations de Cote d’Ivoire, a lui rendre hommage avec ses inaugurations intempestives de routes a n’en point finir, comme s’il construisaient ces routes avec ses propres sous! Ainsi donc monsieur ira inaugurer, le 03 aout 2019, “la route Adzopé-Yakassé-Attobrou” selon son parole.“Je vous annonce que le 3 août, nous allons accueillir le président de la République, Son Excellence Alassane Ouattara, pour l’inauguration de la route Adzopé-Yakassé-Attobrou. Et ça sera l’occasion pour nous de lui rendre un grand hommage pour ce qu’il fait pour notre région”, a-t-il dit. Selon Patrick...”
Voila c’est ca..., toujours rendre “ hommage” a cet pervers, narcissique et egocentrique, a qui personne n’a rien demande et surtout pas la Cote d'Ivoire en tout cas! Tout ce cirque finira bientot, avec sa chute brutale!
Merci
Akeulette.

 

 

Message aux grandes gueules de la Cote d'Ivoire  qui pensent, qu'ils ont quelquechose, avoir dans la liberation, du president GBA.GBO et de la Cote d'Ivoire.
Partager cet article
Repost0

La procureure Fatou Bensouda, au president GBA.GBO « Nous irons jusqu’au bout ; ce n’est pas encore fini ». Par news.abidjan.net

Publié le par Akeulette

"Ben Yachid news.abidjan.net"

Comme Laurent Gbagbo l’a dit lui-même, en interjetant appel de la décision du 15 janvier 2019 du juge-président Cuno Tarfusser, Mme Fatou Bensouda, Procureure de la CPI a envoyé ainsi un message fort à Laurent Gbagbo et son co-accusé Charles Blé Goudé : « Nous irons jusqu’au bout ; ce n’est pas encore fini ». C’est bien le sens de l’appel interjeté. Après la décision du juge-président de la Chambre d’Appel, Chill Eboe-Osuji qui a estimé le 19 juillet 2019 qu’il n’est pas approprié de presque tripler le délai de prorogation et rejeté la demande de prorogation du délai imparti pour la présentation du mémoire d’appel, Fatou Bensouda ne s’avoue pas vaincue. Elle pense aux milliers de victimes de la crise postélectorale et ne compte pas s’arrêter à cette décision inique du juge-président de la Chambre d’Appel, Chill Eboe-Osuji. Selon des indiscrétions, elle compte saisir après la Chambre d’Appel, la Cour de Cassation. Comme quoi, ce n’est pas demain que l’ancien Chef de l’Etat, Laurent Gbagbo et son co-accusé Charles Blé Goudé bénéficieront d’une liberté totale. Mme Fatou Bensouda n’a pas encore jeté l’éponge, loin s’en faut ! Elle n’a donc pas dit son dernier mot dans ce procès qui va connaître plusieurs rebondissements avec de nouvelles preuves en sa possession et des témoins-surprises qui vont enfoncer le clou. La joie des militants du FPI qui espéraient revoir leur ‘’mentor’’ très bientôt sera bien de très courte durée. La Procureure de la CPI qui poursuit les deux hommes les empêche de nouveau d’avoir le sommeil. Elle n’a pas mis un point final au procès sur la crise postélectorale survenue en 2010 en Côte d’Ivoire avec son lot de 3.000 morts. Un engagement qui suscite le baume dans le cœur du Collectif des victimes qui donne de la voix depuis la décision du 15 janvier 2019. Avec ses conseils en première ligne dans ce procès à rebondissements, le Collectif des victimes envisage organiser de grandes manifestations de rue à Paris, Bruxelles et à la Haye aux Pays-Bas pour se faire entendre. Comme quoi, ce n’est pas de sitôt que Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé humeront l’air de la liberté totale. Les ‘’GOR’’ (Gbagbo Ou Rien) vont déchanter dans les jours qui suivront.
Ben Yachid
(Stagiaire)

https://news.abidjan.net/h/660616.html

 

La procureure Fatou Bensouda, au president GBA.GBO  « Nous irons jusqu’au bout ; ce n’est pas encore fini ». Par news.abidjan.net
Partager cet article
Repost0

CPI - La chambre d'appel rejette la demande d'extension du temps d'appel du procureur. Par Apollos Dan Thé

Publié le par Akeulette

CPI - La chambre d'appel rejette la demande d'extension du temps d'appel du procureur.
Plus précisément, la cour accepte une extension de 30 jours seulement et non jusqu'en décembre comme le demandait le procureur.

L'appel devait être fait dans les 30 jours, mais le procureur demandait 4 mois de plus et la cour ne lui a accordé qu'un mois d'extension.

L'appel doit être fait dans ce délai de 60 jours à compter de la notification de la décision écrite de la première chambre, donc jusqu'au 16 septembre (selon mes calculs).

Apollos Dan Thé

 

CPI - La chambre d'appel rejette la demande d'extension du temps d'appel du procureur. Par Apollos  Dan Thé
Partager cet article
Repost0

Bensouda ira en Appel après l’exposé écrit des motifs d’acquittement de Gbagbo et Blé Goudé: Par connectionivoirienne.net

Publié le par Akeulette

 Bensouda ira en Appel après l’exposé écrit des motifs d’acquittement de Gbagbo et Blé Goudé: Par connectionivoirienne.net
Partager cet article
Repost0

Communiqué de presse-CPI : 16 July 2019 Affaire Gbagbo et Blé Goudé : La Chambre de première instance I de la CPI dépose l’exposé écrit des motifs de l’acquittement:

Publié le par Akeulette

Par ICC-CPI-20190716- PR1470

Le 15 janvier 2019, la Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale a, à la majorité de ses membres (« la Majorité »), la juge Herrera Carbuccia étant en désaccord, rendu une décision orale par laquelle elle a acquitté Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé de toutes les charges de crimes contre l'humanité qui auraient été commis en Côte d'Ivoire en 2010 et 2011.

Aujourd'hui, 16 juillet 2019, la Chambre de première instance I a présenté l'exposé détaillé des motifs de sa décision. La Majorité, composée des juges Tarfusser et Henderson, a présenté une analyse détaillée des éléments de preuve dans les motifs exposés par le juge Henderson (annexe B). Le juge Tarfusser a aussi présenté séparément ses motifs et autres réflexions sur l'affaire (annexe A). Les motifs de l'opinion dissidente de la juge Herrera Carbuccia figurent à l'annexe C.

Dans ses motifs, tels qu'exposés aux annexes A et B, la Majorité traite et approfondit tous les points soulevés dans la décision orale. En particulier, elle explique pourquoi, selon elle,

  1. le Procureur n'a pas démontré qu'il existait un « plan commun » destiné à maintenir Laurent Gbagbo au pouvoir et comprenant la commission de crimes à l'encontre de civils ;

  2. le Procureur n'a pas étayé l'allégation d'existence d'une politique ayant pour but d'attaquer une population civile, sur la base des modes opératoires récurrents auxquels auraient répondu les violences et des autres éléments de preuve indirects cités à l'appui de cette allégation ;

  3. le Procureur n'a pas démontré que les crimes tels qu'allégués dans les charges ont été commis en application ou dans la poursuite de la politique d'un État ou d'une organisation ayant pour but d'attaquer la population civile ;

  4. le Procureur n'a pas démontré que les discours prononcés en public par Laurent Gbagbo ou Charles Blé Goudé étaient constitutifs du fait d'ordonner, solliciter ou encourager la commission des crimes allégués, ni que l'un ou l'autre des accusés a contribué en connaissance de cause ou intentionnellement à la commission de tels crimes.

De l'avis de la Majorité, une des lacunes fondamentales du dossier du Procureur résidait dans la présentation d'un récit déséquilibré des faits, reposant sur une conception unidimensionnelle du rôle de la nationalité, de l'ethnicité, et de la religion (au sens le plus large) en Côte d'Ivoire en général, et pendant la crise postélectorale en particulier, et ne tenant pas compte d'informations essentielles sans lesquelles il n'était pas possible de comprendre pleinement ce qui s'est passé et certainement pas ce qui a motivé des acteurs politiques clés dans cette affaire. Sans tirer de conclusion à cet égard, la Majorité a jugé que ce qui ressortait des éléments de preuve apparaissait sensiblement différent du tableau brossé par le Procureur. Elle explique également pourquoi elle estime que les éléments de preuve produits, pour la plupart des preuves indirectes, étaient trop faibles pour étayer les déductions que le Procureur demandait à la Chambre de faire.

S'agissant des cinq événements visés dans les charges, la Majorité a analysé les éléments de preuve pertinents sans remettre en cause le fait que des crimes avaient été commis, se concentrant plutôt sur la question de savoir s'il était possible d'établir qui était pénalement responsable de ces crimes. Elle a conclu, à cet égard, que les éléments de preuve disponibles n'étayaient pas l'allégation selon laquelle les crimes en cause étaient le résultat d'une politique ayant pour but de prendre pour cible des personnes considérées comme des opposants politiques. En outre, elle n'a pas été convaincue que les éléments de preuve sur lesquels s'était fondé le Procureur étaient suffisants pour établir l'existence, dans le cadre de la commission des crimes, d'un mode opératoire récurrent dont pourrait être déduite l'existence d'une telle politique.

En outre, dans son opinion concordante, le juge Tarfusser a mis l'accent sur certaines caractéristiques de l'affaire, notamment certains faits de procédure survenus avant l'ouverture du procès en première instance et dans le cadre de l'appel consécutif à l'acquittement ; il a également critiqué la prestation du Procureur tant au stade des enquêtes qu'à celui des poursuites, ainsi que celle de la Défense.

Dans son opinion dissidente, la juge Herrera Carbuccia a conclu qu'il y avait des éléments de preuve suffisants qui, s'ils étaient admis, permettraient à une chambre de première instance raisonnable de déclarer Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé coupables des crimes contre l'humanité commis contre la population civile dans le contexte des violences postélectorales en Côte d'Ivoire (meurtre, tentative de meurtre, viol, actes inhumains et persécution).

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé restent en liberté sous conditions conformément à la décision rendue par la Chambre d'appel le 1er février 2019.

Décision de la Majorité et annexes

Opinion dissidente de la juge Herrera Carbuccia

Question and Answers document

Demandez à la Cour : La décision écrite sur l’acquittement de M. Gbagbo et de M. Blé Goudé

  • YouTube (pour visionnage)
  • Vidéo (MPEG-4) pour téléchargement
  • Audio (MPEG-3) pour téléchargement

Rappel des faits : Le Procureur a porté à l'encontre de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé des charges de crimes contre l'humanité (meurtre, viol, autres actes inhumains, ou tentative de meurtre et persécution) qui auraient été commis dans le contexte des violences postélectorales en Côte d'Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

Depuis l'ouverture du procès le 28 janvier 2016, 231 journées d'audience ont été consacrées à la présentation des moyens du Procureur, et 82 témoins ont déposé dans le prétoire et par liaison vidéo ; des milliers de documents ont été produits en preuve, des centaines de demandes, requêtes et décisions ont été déposées. Le 4 juin 2018, la Chambre a déclaré que la présentation des moyens à charge était terminée.

Le 23 juillet 2018 a vu le dépôt de la Requête de la Défense de Laurent Gbagbo afin qu'un jugement d'acquittement portant sur toutes les charges soit prononcé en faveur de Laurent Gbagbo et que sa mise en liberté immédiate soit ordonnée. Le 3 août 2018, la Défense de Charles Blé Goudé a déposé une requête en insuffisance des moyens à charge. En octobre et novembre 2018, la Chambre a tenu des audiences au cours desquelles l'Accusation, les représentants légaux des victimes et les deux équipes de la Défense ont présenté leurs arguments concernant ces requêtes.

Pour de plus amples informations sur cette affaire, veuillez cliquer ici.


Pour toute information complémentaire, veuillez contacter Fadi El Abdallah, Porte-parole et Chef de l'Unité des affaires publiques, Cour pénale internationale, par téléphone au +31 (0)70 515-9152 ou au +31 (0)6 46448938, ou à l'adresse suivante : fadi.el-abdallah@icc-cpi.int

Les activités de la CPI peuvent également être suivies sur Twitter, Facebook, Tumblr, YouTube, Instagram et Flickr

Par ICC-CPI-20190716- PR1470
 
https://www.icc-cpi.int/Pages/item.aspx?name=pr1470&ln=fr
Communiqué de presse-CPI : 16 July 2019 Affaire Gbagbo et Blé Goudé : La Chambre de première instance I de la CPI dépose l’exposé écrit des motifs de l’acquittement:
Partager cet article
Repost0

Reve du 11 juillet 2019: Discussion avec un journaliste Ivoirien qui minimise le côté spirituel de la crise Ivoirienne

Publié le par Akeulette

Bonjour les amis(es),

Ce reve que, je vais vous raconter, maintenant, je l'ai fait le jeudi 11 juillet dernier. Dans ce reve, je me vois entrain de discuter avec un journaliste Ivoirien, dont je tairai le nom. Ce journaliste, je le suis sur facebook, je lis souvent ses articles sans jamais y intervenir, car je ne veux pas me faire remarquer de lui. Plusieurs fois, j'ai eu envie de bondir sur certains de ses articles, pour lui expliquer le fond des choses, le fond de la crise Ivoirienne, dont il minimise le côté spirituel, de ce fai,t certains ses analyses sur la politique Ivoirienne me semblent legers et revoltant. Mais comme, je l'ai dis tantot, je ne veux pas me faire remarquer de lui, alors je n'ai, de ce fait jamais reagis par rapport a ses articles. Et voila que, le jeudi 11 juillet 2019, il etait chez moi a la maison en songe, il mangeait un plat de riz avec de la viande que je lui avait servit dans un bol. Nous etions entrain de discuter debout dans le couloir de mon appartement. Lui avait le bol de riz a la main, tout en degustant mon plat, il m'ecoutait attentivement. C'est alors, que je me suis entendu lui dire que: " moi, je m'occupe du spirituel de la crise Ivoirienne".  Apres, lui avoir dis ca, je me suis vu en Cote d'Ivoire, j'ai vu des politiciens du camp de Dramane Ouattara au bord de la route, comme s'ils attendaient un taxi. Parmi eux, se trouvait un de leur porte- parole,  qui tenait un micro a la main. C'etait monsieur " Adjoumani". A cote de lui, se trouvait un cerceuil neuf, qu'il venait d'acheter. Moi, j'etais de l'autre cote de la route, tout en marchant, je repondais aux questions que les gens me posais.

Fin du reve

Interpretation du reve:

Rever de couloir: "Un couloir est un lieu qui permet de passer d'un endroit à un autre. L'interprétation du rêve diffère selon la longueur Courte : atteinte rapide d'un objectif ou passage d'une situation ou d'un état à un autre très ou trop vite (voire brutalité) ou encore peu de temps pour accomplir une tache, continuer sa route."

Voila, le couloir de mon appartement est court, ce qui veut dire que, selon l'interpretation du symbole de "couloir", j'atteindrai mon objectif dans peu temps. Mon objectif, qui est la materialisation des reves et songes du Seigneur sur l'avenir de la Cote d'Ivoire. Ce sera l'accomplissements des evenements que je vous annoncais depuis!

Je pense, que Le seigneur m'a envoye ce journaliste Ivoirien, pour que je lui parle du cote spirituel de la crise, car ce dernier , n'en a cure. Dans le reve, ce journaliste, mange le plat que je lui ai servi avec appetit et m'ecoute attentivement. Cela veut dire qu'il finira par comprendre et reconnaître, le cote spirituel de la crise Ivoirienne qu'il minimisait, apres que la materialisation de mes reves et visions sur la Cote d'Ivoire.

"Rêver de route symbolise la destinée de la vie, l'aventure ou le changement de situation."

Dans le reve, certains membres du RHDP de Dramane Ouattara etaient au bord de la route comme s'ils attendaient un taxi, il aura un changement de situation en Cote d'Ivoire comme je vous l'ai maintes fois repeter, ces imposteurs vont se casser!!!

 A cote  de monsieur " Adjoumani", porte parole du RHDP, se trouvait un cerceuil neuf, qu'il venait d'acheter, il tenait un micro a la main. Cela veut dire, qu'on entendra que le pouvoir a change en Cote d'Ivoire.  Le cerceuil symbolise: << ce que l'on doit oublier, pour se sentir bien mentalement.>> J'espere que monsieur " Adjoumani" ne sera pas affecte apres la chute de leur parti politique au pouvoir.

 

 

 

 Reve du 11 juillet 2019: Discussion avec un journaliste Ivoirien qui minimise le côté spirituel de la crise Ivoirienne
Partager cet article
Repost0

Le dimanche 7 juillet 2019 en reve, je me rendais a l'investiture du nouveau president Ivoirien!

Publié le par Akeulette

J'etais en Cote d'Ivoire, ce dimanche 07 juillet 2019 en songe, a l'investiture du nouveau president Ivoirien. Je suis passee, dans une maison en construction inachevee, pour aller dans la cour ou se tenait l'investiture du nouveau president. Une voix, me parlait en anglais, en me disant que: " c'etait mon boss, qu'on allait investir, et qu'il avait ete consistant dans ses demarches" et a moi de repondre,  que oui, et qu'il s'y attendait depuis quelques annees"!  J'arrive dans la cour, je vois un grand fauteuil en rotin, et des chaises installes, ainsi que l'arrivee des chefs notables!

Fin du reve

Le nouveau gouvernement qui sera en place, sera un gouvernement de transition comme je l'ai dis maintes fois. Raison pour laquelle, je passe dans la maison en construction, inachevee pour aller dans la cour ou allait se passer l'investiture du nouveau president. La maison inachevee est le gouvernement actuel qui va chuter. Leur fameux projets pour 2020, n'aboutiront pas! Mon "boss" qu'on va installer, comme le dit, la voix, je ne l'ai pas vu dans le songe, mais mon intution me dit que c'est le president AFFI!

 

 Le dimanche 7 juillet 2019 en reve, je me rendais a l'investiture du nouveau president Ivoirien!
Partager cet article
Repost0

Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie. Jacques Prévert. Seigneur À quand la fin du règne de ces intouchables qui nous traitent d'impurs en Côte d'Ivoire?

Publié le par Akeulette

Quand des "intouchables" sévissent en Cote d'Ivoire pour des raisons spirituelles! Oh Seigneur vient nous en aide maintenant!

"Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l'amertume en douceur, et la douceur en amertume!

Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, Et qui se croient intelligents! Malheur à ceux qui ont de la bravoure pour boire du vin, Et de la vaillance pour mêler des liqueurs fortes; Qui justifient le coupable pour un présent, Et enlèvent aux innocents leurs droits!"

Oui.., c'est ca, continuez a emprisonner les gens pour leur opinions en disant qu'ils auraient tenus des "propos subversifs". " Ce lundi soir une source au PDCI nous apprend que le leader des jeunes est déféré à la Maca. Il est accusé d’avoir tenu des propos tendant à semer le trouble lors d’un meeting à Adzopé où il aurait lancé un appel à »libérer la Côte d’Ivoire ». Ce soir il passe sa première nuit en prison."
Mais, vous faites la sourde oreille, quand monsieur Henri Konan Bédié, vous interpelle sur vos " 'Dérives verbales'' au Rhdp" Vous ne reagissez pas, vous ne condamnez pas, les propos d'un de vos deputes, qui traite les non- musulmans de Cote d'Ivoire " d'impurs" ! « J’observe un silence et une indifférence totale du gouvernement, face aux dérives verbales provenant d’une députée du parti unifié Rhdp qui, s’adressant à des imams, dans une mosquée, a demandé l’union des membres de la communauté musulmane pour la conservation du pouvoir d’État jusqu’en 2050 et de ne pas laisser ce pouvoir choir ''dans les mains des impurs'' et du porte-parole principal du Rhdp qui, s’exprimant le 11 juin 2019, lors d’une conférence publique a affirmé et je cite : nous au Rhdp, on n’a pas peur d’enrôler des étrangers pour constituer notre électorat », a mentionné le président du Pdci-Rda. Henri Konan Bédié lors du bureau politique de jeudi 27 juin 2019, à Cocody." " Il a dénoncé le fait que ces deux propos n’ont fait l’objet d’aucune réaction de la part du gouvernement, « si prompt à condamner la simple évocation des faits évidents de société ». Bédié a regretté que le président de l’Assemblée nationale qu'il a saisi relativement à la gravité de ces propos soit resté sans réaction, « comme pour dire qu’il n’y a rien à signaler ».

Vous occupez notre pays par punition divine, vous nous traitez "d'impurs" dans notre propre pays! En verite, en verite, IL N'Y A QUE DIEU SEUL QUI PUISSE RENDRE JUSTICE A LA COTE D'IVOIRE! J'ESPERE DE TOUT COEUR QUE CELA SERA FAIT CETTE ANNEE!

---------------------------------------------------------------------------

"Après l’arrestation du président de la JPDCI Urbaine : Mariam Traoré, Dah Sansan, le ministre Adjoumani sont-ils intouchables ?" news.abidjan.net par "SJM"

"Je serai à la Brigade des recherches de la gendarmerie, ce lundi, au nom de la démocratie », avait déclaré le président de la Jpdci Urbaine, Valentin Kouassi, dans nos colonnes, hier lundi 1er Juillet. Effectivement, hier, en compagnie de ses avocats, il a été entendu pendant toute la journée jusqu’à environ 18h avant d’être conduit au camp d’Agban, sur instruction, selon Me Suy Bi, du Procureur de la République pour y passer la nuit. « Trouble à l’ordre public », c’est ce qui est reproché, selon des informations à nous parvenues, au président de la Jpdci Urbaine. Après une nuit dans des conditions qu’on imagine difficiles au camp d’Agban, Valentin Kouassi sera encore conduit ce matin à la brigade de recherches avant d’être présenté au procureur de la République. Avec la tournure que prend cette affaire, entourée d’un risque d’inculpation et d’emprisonnement à la Maca du leader politique, il nous apparait opportun de prendre à témoin l’opinion nationale et internationale qui n’est pas sans connaitre la gravité des propos tenus par des leaders du Rhdp, qui n’ont, à notre connaissance, été nullement inquiétés. Il y a, en effet, quelques semaines, le député Dah Sansan a ouvertement menacé, lors d’une conférence de presse, "Le Nouveau Réveil" et ses journalistes. Reprochant au quotidien de reprendre dans ses différentes parutions les propos du ministre Adjoumani : « Nous au Rhdp, on n’a pas peur d’enrôler les étrangers pour constituer notre électorat », le parlementaire a ouvertement proféré des menaces contre le journal menaçant de le faire taire : « Aujourd’hui, il y a des attaques qui sont lancées vers l’un des nôtres, le porte-parole du Rhdp, après sa conférence… C’est dommage que nous ayons des gens qui sont intellectuels et qui veulent forcément descendre dans la boue. Si des gens veulent descendre dans la boue, je ne pense pas qu’il y a mieux que des jeunes pour descendre dans la boue avec eux. Nous serons dans la boue avec eux et c’est sûr que nous allons sortir et les laisser plonger là-bas. Nous n’allons plus accepter que des gens attaquent les cadres du Rhdp. Nous n’allons plus accepter que des gens utilisent les manigances pour discréditer les cadres les plus illustres que nous avons…. », avait martelé Dah Sansan dans une colère noire. Des menaces qui ne souffrent aucune ambiguïté, pourtant l’homme vaque tranquillement à ses occupations, nullement inquiété par qui que ce soit. Avant lui, il y a quelques semaines, la députée Traoré Mariam, s’était laissé aller à des grossièretés indescriptibles à l’encontre de la présidente de L’Ufpdci-Urbaine, Mme Sita Coulibaly, et des militantes du parti dirigé par le président Henri Konan Bédié. Le constat est que l’action en justice claire et nette intentée par Mme Sita Coulibaly contre elle, est jusque-là sans suite alors même que les propos tenus par la députée sont d’une obscénité et d’une indécence sans comparaison. Elle est allée plus loin en demandant à des guides religieux, le 31 mai dernier, de veiller à ce que : « le pouvoir d’Etat n’échoit pas dans les mains des impurs …». Ces propos n’ont attiré l’attention de personne, encore moins ceux tenus par le porte-parole du Rhdp qui a avoué le plan de recrutement des non nationaux sur la liste électorale. Au regard de ce qui est reproché à Valentin Kouassi de la Jpdci, doit-on en déduire que les propos énumérés ci-dessus sont moins graves ? Où tout simplement, sous le régime Rhdp, y a-t-il des justiciables d’un côté et de l’autre, des personnes qui peuvent tout dire et tout se permettre sans qu’ils ne soient inquiétés ? "

https://news.abidjan.net/h/659722 par "SJM"

 

 

 

Quand la vérité n'est pas libre, la liberté n'est pas vraie. Jacques Prévert. Seigneur À quand la fin du règne de ces intouchables qui nous traitent d'impurs en Côte d'Ivoire?
Partager cet article
Repost0