Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand l'imposture se croit futée!

Publié le par Akeulette

L'imposture, a  demandee  cette semaine: << à la chambre d'appel (CPI) de rejeter la requête déposée par la Défense du president Laurent  GBA.GBO visant à obtenir que la Chambre d'appel restitue au president  GBA.GBO, acquitté de toutes les charges portées contre lui, l'intégralité de ses droits humains fondamentaux .>> 

Au lendemain de cette nouvelle, le 29 octobre 2019, la meme imposture, nous apprenait, qu'elle avait comdamnee le president GBA.GBO a 20 ans de prison pour le soi-disant braquage de la BCEAO en 2010! Toute ces actions, nous montre que l'imposutre est desespere, sinon pourquoi tant d'agitations? L'impoture se croit ainsi futée, avec son slogan  "c'est déjà calé, c'est bouclé2020 c'est déjà géré." 

Si l'imposture compte sur des manigances, et  autres plans machieveliques, pour continuer a emmerder la Cote d'Ivoire, moi Akeulette, je compte que sur les messages spirituels du Seigneur, qui me  parle d'une guerre Divine pour  la liberation de la Cote d'Ivoire. Et, a cet effet, la Cote d'Ivoire,  a recu sa tenue  militaire en songe le 13 juin 2018 dans l'apres-midi! Tout n'est qu'une question de Temps devant LE SEIGNEUR! Car Son Temps, n'est pas le notre! Alors j'espere toujours, et regarde les actions tordues de l'imposture avec serenite! 

Akeulette 

http://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2018/06/j-ai-recu-ma-tenue-militaire-de-la-haut.html

 

 

Quand l'imposture se croit  futée!
Partager cet article
Repost0

CPI : L'etat de Côte d'Ivoire demande à la chambre d'appel de rejeter la requête déposée par la Défense de Laurent Gbagbo : Par Jean-Pierre Mignard & Jean-Paul Benoit Conseils de la République de Côte d'Ivoire

Publié le par Akeulette

 

Pendant que le gouvernement de Dramane Ouattara ecrit a la CPI, pour que, celle-ci maintienne, le president GBA.GBO loin de la Cote d'Ivoire, en attendant la reponse des juges par rapport a l'appel de la procureure, sa femme Simone GBA.GBO, elle, elle continue dans ses fausses propheties, comme le faisait feu monsieur Sangare. C'est ainsi qu'elle a annoncee a Adzope, lors de son meeting du 26 aout 2019, que, et je cite: « Je vous annonce que le président Laurent Gbagbo est en route »! Dites a madame Simone GBA.GBO, de se taire! Qu'elle arrete de vendre des illusions aux populations Ivoirienne. Car si, elle pense que le president GBA.GBO atterira tranquillement en Cote d'Ivoire devant cet imposteur au pouvoir, elle se trompe grossierement comme d'habitude!  Vous madame Simone GBA.GBO, au lieu, de faire, le tour de la Cote d'Ivoire, avec votre meme rhetorique: " GBA.GBO arrive, FPI- blabla 2020... GBA.GBO arrive, FPI- blabla 2020... , vous pouvez aussi denoncer les tares de la ministre de l'education Ivoirienne et demander sa demission! Helas cela ne vous interesse pas, comme la plupart des politiciens Ivoiriens! Vous etes, TOUS, presque decevants! Pfffffff!
Akeulette.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

<<CPI : L'etat de Côte d'Ivoire demande à la chambre d'appel de rejeter la requête déposée par la Défense de Laurent Gbagbo visant à obtenir que la Chambre d'appel restitue à Laurent Gbagbo, acquitté de toutes les charges portées contre lui, l'intégralité de ses droits humains fondamentaux .>>

 

<<I. Rappel de la procédure

1.. Le 15 janvier 2019, la Chambre de première instance I, à la majorité de ses membres, la juge Herrera Carbuccia étant en désaccord, acquittait Laurent Gbagbo de toutes les charges portées à son encontrel.

2. Le'1.6 janvier 2019,Ia Chambre de première instance rendait une décision orale en application de l'article 81-3-c-i du Statut par laquelle elle rejetait une requête du Procureur qui la priait de conclure à l'existence de circonstances exceptionnelles justifiant le maintien en détention de Laurent Gbagbo et de le mettre en liberté sous conditions, à moins qu'aucun État disposé à l'accueillir et capable de faire appliquer ces conditions ne puisse être trouvé.

3. Le 'J.6 janvier 2019, le Procureur a déposé un acte d'appel et une requête urgente aux fins que l'appel interjeté contre la décision du même jour soit assorti d'un effet suspensif2.

4. Le 22 janvier 2019,la Chambre d'appel a ordonné au Greffier de recueillir les observations de l'État hôte ainsi que de tout autre État intéressé concernant une possible mise en liberté de Laurent Gbagbo sur son territoire, y compris une mise en liberté sous conditions, et de déposer un rapport à ce sujef.

5. Le L"' février 2019, la Chambre d'appel rendait un arrêt par lequel elle concluait qu'" il existait des raisons impérieuses d'exercer les pouvoirs que lui confère Ie Statut d'imposer à Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé les conditions exposées ci-dessous.

6. Les motifs de sa décision étaient les suivantss :

,, La Chambre d'appel considère que l'argument du Procureur selon lequel il existe un risque d'évasion est fondé. Dans le droit fil de sa jurisprudence relative à la mise en liberté provisoire, la Chambre d'appel est d'avis que la gravité des charges est pertinente aux fins de l'évaluation du risque de fuite. En particulier, elle renvoie aux nombreuses décisions rendues en l'espèce dans lesquelles il a été conclu que la gravité des charges et le risque qui s'ensuit de condamnation à une Iourde peine, I'existence d'un réseau de partisans et les moyens dont dispose Laurent Gbagbo sont de nature à l'inciter à prendre la fuite >.

7. Les conditions imposées à Laurent Gbagbo étaient les suivantes :

il S'engager par écrit à se conformer à toutes les instructions et ordonnances de la Cour, notamment en comparaissant devant la Cour lorsque celle-ci l'ordonnera, et accepter que la procédure d'appel devant la présente Chambre pourrait se poursuivre en leur absence, s'ils ne se présentaient pas devant la Cour après en avoir reçu l'ordre;

ii) Informer la Chambre et l'État qui les accueille de leur adresse et de leurs coordonnées, et demander à la Cour son autorisation avant de changer d'adresse;

iiù Ne pas se deplacer en dehors des limites de la municipalité dans laquelle ils résident dans l'État d'accueil, à moins d'y avoir été expressément autorisés au préalable par la Cour ;

ia) Remettre au Greffier toutes les pièces d'identité dont ils disposent, en particulier leur passeport ;

u) Se présenter chaque semaine auprès des autorités de l'État d'accueil ou auprès du Greffe;

ai) Ne pas entrer en contact, que ce soit directement ou indirectement, avec un quelconque témoin cité par l'Accusation dans le cadre de cette affaire, 0u avec une quelconque personne dont le Procureur leur n révélé qu'elle a été entendue dans le cadre de l'enquête en cours en Côte d'Ivoire, sauf par I'intermédiaire du conseil autorisé à les représenter devant la Cour et conformément aux protocoles applicables;

aii) S'abstenir de toute déclaration publique au sujet de I'affaire, que ce soit directement ou indirectement, ou d'entrer en contact avec le public ou de faire des déclarations à la presse au sujet de l'affaire ; et

aiii) Se conformer à toute autre condition raisonnable imposée par l'État dans lequel ils seront libérés.

8. Le 16 septembre 2019,le Procureur déposait son acte d'appel.

9. Le 7 octobre 2019,la Défense de Laurent Gbagbo déposait une requête < afin d'obtenir que la Chambre d'appel restitue à Laurent Gbngbo, acquitté de toutes les charges portées contre lui,l'intégralité de ses droits humains fondamentaux >>7.

10. Dans cette requête, la Défense développait les arguments suivants :

- - << Les conséquences de I'arrêt du 1" février 2019 sont < manifestement insatisfaisantes ,> puisqu'elles reviennent à priver Laurent Gbagbo d'une partie importante de ses droits humains et civils fondamentaux et partant, sont une atteinte à sa dignité humaine.
- - Les juges parlent de risque de fuite sans jamais le démontrer et sans jamais même donner des éléments d'information au soutien de leur position ; les juges parlent de l'existence d'un réseau sans jamais donner la moindre information qui permettrait de comprendre sur la base de quels faits les juges ont pu estimer qu'il pourrait exister un réseau.
- - Les droits humains fondamentaux de Laurent Gbagbo, intrinsèquement liés à la personne de l'intéressé, qui font l'objet d'une limitation du fait de l'arrêt de la Chambre d'appel du 1er février 2019 sont les suivants : le droit de choisir le pays où vivre, le droit d'aller et venir librement, le droit de s'exprimer librement, le droit à une vie familiale normale et le droit au respect de sa vie privée. Les droits civils et politiques qui font l'objet d'une limitation du fait de l'arrêt de la Chambre
d'appel sont les suivants : le droit de s'exprimer en tant que militant ou responsable politique, le droit de participer publiquement à la détermination du programme d'un parti politique, le droit de participer à des meetings politiques, le
droit de participer à des émissions radio, télévisées, dans lesquelles il serait fait mention de sa carrière politique ou de sa vision politique, le droit de pouvoir repondre aux questions de journalistes ou d'historiens concernant sa carrière ou sa
vision politique, Ie droit de donner sa vision de la réconciliation.
- - Le maintien du régime restrictif de liberté aurait dans ce contexte pour conséquence d'interdire à Laurent Gbagbo de jouer un rôle dans la paix publique et dans la réconciliation de son pays. Cela lui interdirait par exemple de participer
d'une manière ou d'une autre aux élections présidentielles à avnir. Laurent Gbagbo pourrait en effet, à la demande de responsables politiques du pays, être amené à participer à la campagne ou même être amené, par hypothèse, à poser sa
propre candidature. Si tel était le cas, le régime restrictif de liberté mis en place par Ies juges de la Chambre d'appel, s'il était maintenu, interdirait à Laurent Gbagbo de participer à la campagne présidentielle ".

11. Le 17 octobre 2019, le Bureau du Procureur déposait un mémoire complémentaire à son acte d'appel8.

12.Le 17 octobre 2019,Ie Bureau du Procureur demandait à la Chambre d'appel de rejeter la requête de la Défense de Laurent Gbagbo estimant qu'elle ne démontrait pas un changement de circonstances justifiant un réexamen des
conditions mises à la charge de Laurent Gbagbo. Par ailleurs, le Bureau du Procureur rappelait que Laurent Gbagbo avait indiqué à la Chambre d'appel être prêt à être assujetti à de telles conditions soigneusement équilibrées et respectant ses droits.

II. Objet de la demande

'l'3.La République de Côte d'Ivoire sollicite l'autorisation de la Chambre d'appel de pouvoir présenter des observations écrites sur la requête déposée par la Défense de Laurent Gbagbo visant à la remise en liberté sans condition de
celui-ci. L4. En application de l'article 86 du Statut de Rome, la République de Côte d'Ivoire entend faire valoir ses observations écrites sur les raisons qui l'amènent à proposer à la Chambre d'appel de confirmer la décision rendue le
1"'février 2019 qui apparaissait, en l'état de la procédure, sage et équilibrée.

15. Ceci justifie aux yeux de l'Etat ivoirien de rejeter la requête déposée par la Défense de Laurent Gbagbo d'autant plus que celui-ci avait indiqué à la Chambre d'appel être prêt à être assujetti à de telles conditions.

1.6.La République de Côte d'Ivoire transmettra un document plus complet dans la mesure où la Chambre d'appel acceptera que l'Etat ivoirien intervienne dans les délais qu'elle fixera.

Par ces motifs, la République de Côte d'Ivoire prie la Chambre d'appel de bien vouloir l'autoriser, sur le fondement de la Règle 103 du Règlement de procédure et de preuve, à déposer des observations écrites sur la requête de la Défense ,, afin d'obtenir que la Chambre d'appel restitue à Laurent Gbagbo, acquitté de toutes les charges portées contre lui, l'intégralité de ses droits humains fondamentaux >>.

Jean-Pierre Mignard
Jean-Paul Benoit
Conseils de la République de Côte d'Ivoire

 

 

 

CPI : L'etat de Côte d'Ivoire demande à la chambre d'appel de rejeter la requête déposée par la Défense de Laurent Gbagbo : Par Jean-Pierre Mignard &amp; Jean-Paul Benoit Conseils de la République de Côte d'Ivoire
Partager cet article
Repost0

Ma question aux humains arrogants et bavards

Publié le par Akeulette

Chers humains, arrogants, imaginez,un seul instant, les juges de la CPI, accepter le plaidoyer insensé de la procureure, qui voudrait que l'on reprenne le proces a zero! Que feriez- vous? Vous allez manifester, en marchant, chantant, faisant des tours a velos, en faisant des videos pour denoncer cela, ou vous exhiber aussi a Paris, avec des " kodjos" rouges, verts, blancs et j'en passe..., et vous pensez que cela pourrai empecher la decision des juges? Vous avez toujours cru que c'etaient grace a vos manifestations, ou denociations que le president GBA.GBO est sorti de la CPI, cela m'a toujours fait rigoler. C'est LE Seigneur qui l'a sorti de-la, et c'est LE SEIGNEUR qui le maintient en residence surveillee jusqu'en 2020! Ce qu'il se passe a la CPI avec le president GBA.GBO et la crise Ivoirienne est puremment spirituel, je vous l'ai maintes fois dis, mais vous ne voulez rien y voir et y comprendre. Le president GBA.GBO a t'-il appris ses lecons? A mon avis... NON! N'est-ce pas lui, qui a repris contact avec ce Guillaume Soro et ses amis? N'est-ce pas lui, qui boude le president AFFI, pour des raisons que nous ignorons. N'est-ce pas lui, qui, a un parti politique divise, qu'il peine a reconcilier? Tout est est divise autour du president GBA.GBO! N'est-ce pas lui, qu'ignore sa femme Simone GBA.GBO et se la coule douce avec une autre femme? Si, pour vous les humains, cela est correct, et bah.., ce n'est pas le cas avec LE PERE LA-HAUT!

Alors, s'il vous plait, faites vous petits, arretez vos discours gueriers, arretez de denigrer et menacer les gens! Vous ne pouvez rien faire contre la communaute internationale comme vous le savez bien!

FAITES MOINS DE BRUITS!

Sur ce...

Akeulette.

 

"Le procureur demande à ce que la procédure, le procès soit purement et simplement annulé. Si le procès est annulé, l'on reviendrait à ce que les hommes de loi appellent le "statu quo ante". Le "statu quo ante" littéralement signifie : " Dans l'état où les choses se trouvaient auparavant.", « en l'état où (cela était) auparavant ». Nous retrouver dans ce cas voudrait dire que nous reviendrions huit (8) ans en arrière. C'est dire dans la situation où le bureau du procureur a la main sur la procédure et décide de l'orientation à lui donner. Le procureur dans ce cas serait en droit de saisir la chambre préliminaire d'une situation en Côte d'Ivoire et de rapporter des faits qui pourraient recevoir la qualification de crimes contre l'humanité et de nouveau faire du Président GBAGBO et du ministre BLE Goude des présumés coupables. Les maintenir donc dans un nouveau procès (avec certainement de nouvelles charges)."

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Procès Gbagbo et Blé Goudé: Bensouda requiert l’annulation des acquittements

 

La procureure de la Cour pénale internationale a déposé son mémoire détaillé sur le bureau de la chambre d’appel. Fatou Bensouda demande aux juges d’annuler l’acquittement prononcé le 15 janvier en faveur de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de l'ex-chef des Jeunes patriotes Charles Blé Goudé, et de conclure à l’erreur judiciaire.

Avec notre correspondante à La Haye,  Stéphanie Maupas

Elle demande à la chambre d’appel de conclure à l’erreur judiciaire. Si les juges devaient accepter, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ne seraient donc pas innocentés. Ils resteraient soumis à la possibilité d’un autre procès pour les mêmes faits, que ce soit devant la CPI, ou devant d’autres juridictions comme par exemple en Côte d’Ivoire.

Pour convaincre la chambre d’appel, la procureure assure que « justice n’a pas été rendue ». Sur la forme, elle dénonce une procédure « injuste » à l’égard du procureur, et souligne de nombreuses irrégularités dans la procédure entourant le jugement du 15 janvier dernier. Sur le fond, l’accusation estime que les juges ont « mis la barre trop haute » en évaluant les preuves, et qu’ils ont mal interprété les témoignages.

En annonçant mi-septembre qu’elle ferait appel des acquittements de l’ancien président et de son ex-ministre, la procureure avait préconisé la reprise du procès, ou la conduite d’un nouveau procès. Cette fois, elle préconise de conclure à « l’erreur judiciaire » en sa défaveur. Si tel était le cas, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé pourraient recouvrer la liberté, mais avec le poids d’éventuelles poursuites dans le futur.

La défense a désormais jusqu’au 16 décembre pour répondre au mémoire de l’accusation.

http://www.rfi.fr/afrique/20191019-proces-gbagbo-ble-goude-bensouda-cpi-annulation-acquittements?fbclid=IwAR09j0-NfF9JZ8hjKeKePl3Z8l1WjlNDMmpbUGZHk-781tlrOPSOtCl4ZWY&ref=fb_i

 

 

Ma question aux humains arrogants et bavards
Partager cet article
Repost0

La difference entre Dieu et les humains, est que Dieu, parle peu, et les humains beaucoup!

Publié le par Akeulette

La difference entre Dieu et les humains, est que Dieu, parle peu, et les humains beaucoup. Dieu, te donne un message, en songe pour t'expliquer une situation, te donner l'annee a la quelle cette situation se resoudra. Mais les humains, se croyants plus intelligents que DIEU LE PERE, ne veulent pas ecouter ton message, car selon eux, Dieu, ne parle pas ou plus aux humains. Mdrrr!!! Ainsi donc, ces humains continuent dans leur arrogance, jusqu'au jour, ou ils sont totalement desabuses par leur arrogance. Comme, je vous l'ai dis, depuis 2011, Le Seigneur ne fait que me faire des revelations sur la crise Ivoirienne et sur Le proces du president GBA.GBO. C'est ainsi qu'en decembre 2018, IL M'A montree, que c'etait en 2020 que le proces du president GBA.GBO prendra FIN! Les humains, m'ont lu, sans vraiment me croire..., mais aujourd'hui, apres l'appel de la procureure, et l'avocat du president GBA.GBO qui attend que les textes lui soit traduire avant qu'il ne reagisse, les humains arrogants de Cote d'Ivoire et d'Afrique ont fini par comprendre qu'il ne verront point le preisident GBA.GBO en 2019 en Cote d'Ivoire!!!

http://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2018/12/je-viens-de-faire-cet-autre-reve-sur-la-liberation-du-president-gba.gbo-mais-cette-fois-ci-avec-une-annee-2020-la-liberation-du-pres

---------------------------------------------------------------------------

Par Apollos Dan Thé

CPI - La question des traductions des documents, la belle technique pour tirer le procès en longueur.

>>L'appel du procureur a été fait en anglais. Maitre Altit dit que tant que le document n'est pas traduit en français, il ne peut pas faire sa réponse.

>>Quand Altit recevra l'appel du procureur en français, il fera sa réponse en français et il faudra aussi et encore attendre que le document en français de Altit soit traduit en anglais.

>>Les juges de la chambre d'appel ne pourront pas analyser les soumissions du procureur et de la défense tant qu'ils n'auront pas reçu tous les documents en anglais et en français.

>>Entre-temps, une bonne partie de la décision des juges de la première chambre rendue publique en juillet 2019 n'a toujours pas été traduite en français, or pour que les juges de la chambre d'appel regardent le fond de l'appel, ils doivent avoir toutes les décisions traduites dans les deux langues, français et anglais.

En conclusion, la traduction des documents entre les deux langues officielles de la CPI est encore une corde à l'arc du tripatouillage politico-juridico-administratif dont dispose la CPI pour aboutir à son objectif, tirer le procès en longueur.

----------------------------------------------------------------------------------------

Et puis, il y'a une serie de trois reves, que j'ai eu sur plusieurs mois cette annee, que je vais vous expliquer maintenant. Ces reves sont tres marrants. Dans ces trois reves, chaque fois, Le Seigneur, m'a envoyee, une dame tres importante du FPI, pour que je lui explique la suite des evements en Cote d'Ivoire. Mais chaque fois, ces dames, que je ne connais point d'ailleurs dans la vraie vie, ne m'ont pas cru. Et ce qui etait marrant dans ces reves, etaient leurs reactions. Elles avaient toute les trois, les memes reactions! Les yeux ecarquilles, la bouche grandement ouverte, ne croyant pas un seul mot de ce que je leur racontait! Et chaque fois elles criaient ! "HAN"!! C'etait trop marrant ces scenes. Au reveil, je me demandais, mais pourquoi, Le Seigneur m'envoie, ces dames pour que je leurs parle?

Akeulette

 

La difference entre Dieu et les humains, est que Dieu, parle peu, et les humains beaucoup!
Partager cet article
Repost0

CPI/Côte-d’Ivoire: Bensouda dépose un réquisitoire de 129 pages pour l’annulation de l’acquittement de Gbagbo et Blé Goudé: Par connectionivoirienne

Publié le par Akeulette

[…] La procédure en l’espèce était injuste et peu fiable, et la décision était entachée d’erreurs de procédure et de droit. Par conséquent, l’Accusation demande respectueusement à la Chambre d’appel d’inverser la décision.

En outre, au lieu de demander à la Chambre d’appel d’ordonner la poursuite du procès devant la Chambre de première instance – qui n’est plus constituée et à l’égard duquel l’un des Juges n’est plus juge à la Cour -, ou de demander à la Chambre d’appel d’ordonner un nouveau procès (ce qui constituerait une solution possible), le Procureur demande à la Chambre d’appel de déclarer un procès nul.

Cela laissera l’affaire au procureur de décider de son avenir et de la meilleure manière de rendre justice à cette affaire.

267. Pour tous les motifs susmentionnés, l’Accusation demande respectueusement à la Chambre d’appel de faire droit à son appel, d’annuler la décision d’acquittement oral du 15 janvier 2019 acquittant MM. Gbagbo et Blé Goudé et déclarer le procès annulé

Fatou Bensouda, procureur
17 Octobre 2019,
À la Haye, Hollande

 

« La majorité de la Chambre de première instance de la CPI a acquitté oralement MM. Gbagbo et Blé Goudé par une décision déraisonnable et mal informée. La décision est illégale et ne peut produire l’effet d’un acquittement. Elle n’a pas, non plus, remédié à ces insuffisances dans la décision par la motivation six mois plus tard ».
Extrait du mémoire d’appel de Fatou Bensouda, procureure de la CPI, déposé le 15 octobre 2019 pour obtenir l’annulation de l’acquittement, le 15 janvier 2019, de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.

https://www.connectionivoirienne.net/2019/10/17/cpi-cote-divoire-bensouda-depose-un-requisitoire-de-129-pages-pour-lannulation-de-lacquittement-de-gbagbo-et-ble-goude/

 CPI/Côte-d’Ivoire: Bensouda dépose un réquisitoire de 129 pages pour l’annulation de l’acquittement de Gbagbo et Blé Goudé:  Par connectionivoirienne
Partager cet article
Repost0

Altit encore critiqué «très léger l’argument de libérer Gbagbo pour participer à la présidentielle» Par connectionivoirienne

Publié le par Akeulette

1) C’est bien de passer à cette autre offensive. Cela aurait dû intervenir dès le lendemain voire les premiers jours de la décision du Procureur de faire appel. Maître E. Altit doit changer de stratégie judiciaire couplée de communication nourrie et de pédagogie. Ses sorties publiques doivent être plus fréquentes et assumées. Il s’agit ici de jouissance individuelle des libertés les plus élémentaires.
Jcn

----------------------------------------------------------------------------------------------

2) Me Altit aurait dû apporter cette contradiction médiatique dès le premier jour de l’appel de Bensouda, mais c’est le même qui avait annoncé publiquement que l’appel de Bensouda s’inscrivait dans une procédure normale. Je n’ai jamais apprécié sa façon de défendre Gbagbo. Par ailleurs, son argument qui consiste à libérer Gbagbo pour participer à la présidentielle de 2020, est très léger… Pour moi, la libération de Gbagbo repose essentiellement sur le contenu du dossier de l’accusation, qui est vide. Il doit être libéré parce qu’il est acquitté et non pour des élections uniquement ».
Liade G

 Altit encore critiqué «très léger l’argument de libérer Gbagbo pour participer à la présidentielle» Par connectionivoirienne
Partager cet article
Repost0

Pauvre Côte d'Ivoire !!! Par: Tiemoko Antoine Assale

Publié le par Akeulette

Un Etat qui deviendra fort et véritablement démocratique, est celui dans lequel, chaque élection, que ce soit au niveau des législatives, des municipales, des régionales ou présidentielles, sert à élever le niveau de conscientisation du peuple.
Parce que les acteurs de ces processus électoraux, des candidats aux organisateurs, ont pleinement conscience de leur rôle. Rassurer le peuple, l'éduquer à comprendre les enjeux, à sortir de l'émotion et à faire des choix éclairés en combattant le vote tribal.
Malheureusement le constat est sous nos yeux. Ici les élections servent à célébrer le délire tribal et l'argent mal acquis au détriment des idées, des programmes et de la vision.
La société ivoirienne demeure une société véritablement clanique et tribaliste. Aucune élection ne s'y fait sur des valeurs républicaines et, on a beau jouer les intellectuels du dimanche en prenant telle ou telle position publique, on porte tous des masques et on réfléchit "tribalisme" en petit comité et non sur ce qui est bien pour la majorité de la communauté.
Ce qui compte réellement, c'est l'origine tribale du leader et Mamadou Koulibaly peut aller se coucher avec son intelligence et ses idées, on en a pas besoin.
Une telle société, à chaque élection à enjeu, est vouée aux violences et à la mort. Parce que ce qui y est célébré est contenu dans une seule phrase: "il faut que ce soit notre tour ou notre revanche..."
Aucun appel à la raison ne prospère devant une telle conscience intérieure. La preuve, neuf ans après les violences électorales assises sur le tribalisme, nous voilà encore, au seuil du passage à l'acte. Avec les mêmes acteurs.
Pauvre Côte d'Ivoire!!! Nous crions tous t'aimer mais nous n'aimons que nos leaders tribaux à qui nous avons délégué nos consciences. Eux qui peuvent, par leurs compromissions, leurs inconséquences, leurs mensonges, leurs pirouettes, nous conduire droit dans les fosses communes et autres tombes, sous nos applaudissements.
Pauvre pays où l'on regarde d'abord votre nom, avant de juger de la crédibilité ou non de ce que vous dites.

Tiemoko Antoine Assale

https://www.facebook.com/Antoineassale75/posts/2362408550553450

Pauvre Côte d'Ivoire !!! Par: Tiemoko Antoine Assale
Partager cet article
Repost0

Laurent Gbagbo: sa défense demande une révision des conditions de sa libération: Par RFI

Publié le par Akeulette

Les avocats de Laurent Gbagbo tentent d’obtenir de la Cour pénale internationale une révision des conditions qui avaient été imposées à sa libération lors de son acquittement le 15 janvier. Assigné à Bruxelles commune, l’ancien chef d’État conteste cette décision et estime qu’elle l’empêche de participer à l’élection présidentielle prévue en 2020.

C’est une requête de 22 pages et un véritable plaidoyer en faveur des droits civils de Laurent Gbagbo. Libéré le 1er février, l’ancien président ivoirien est soumis à de nombreuses conditions dont son avocat demande la levée. Maître Emmanuel Altit juge ces conditions arbitraires. Aucun texte de la Cour n’impose en effet une telle situation.

Pour l’avocat, les conditions imposées à Laurent Gbagbo l’empêchent de participer à la campagne pour la présidentielle de 2020, voire à se porter candidat. Une hypothèse, précise néanmoins l’avocat sur ce dernier point.

Risque de fuite pour le procureur

La défense de l’ancien président reproche à la Cour de l’empêcher « de participer à la vie publique de son pays », notamment parce qu’il ne peut se rendre en Côte d’Ivoire. Or Laurent Gbagbo pourrait quitter la Belgique, mais seulement après en avoir obtenu l’autorisation de la Cour. Et à ce jour, ses avocats n’ont jamais déposé une telle demande.

Si tel était le cas, les juges pourraient alors demander l’avis de l’État ivoirien qui jusqu’ici ne s’est jamais prononcé clairement sur la question devant la Cour. Mais le bureau du procureur s’y oppose, jugeant qu’il pourrait prendre la fuite avant que ne soit tranché l’appel sur son acquittement.

http://www.rfi.fr/afrique/20191008-laurent-gbagbo-defense-demande-une-revision-conditions-liberation?fbclid=IwAR1howfRvxnC5Fnz-1pLtD9wbHXF5sc-a1Wnv1_8NJX_WEV6ug78rfzRTqg&ref=fb_i

----------------------------------------------------------------------------------------------------

CPI Côte d’Ivoire: La défense de Gbagbo demande sa « mise en liberté sans condition »

 

Laurent Gbagbo: sa défense demande une révision des conditions de sa libération: Par RFI
Partager cet article
Repost0