Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'opposant ivoirien, Pascal Affi N'Guessan, a été arrêté: Par RFI

Publié le par Akeulette

Publié le : 

 

En Côte d'Ivoire, l'opposant et président du FPI-légal Pascal Affi N’Guessan, a été arrêté cette nuit à plus d'une centaine de kilomètres d'Abidjan. Il était poursuivi dans le cadre d’une enquête ouverte récemment pour « attentat et complot contre l'autorité de l’État ». L’information donnée ce matin par un cadre du parti est confirmée de source sécuritaire.

Avec notre correspondant à Abidjan, François Hume-Ferkatadji

Selon un responsable du FPI, Pascal Affi N’Guessan a été arrêté à 140 km d’Abidjan près de la ville d’Akoupé. Il tentait de rejoindre sa région natale et son fief de Bougouanou. Les autorités viennent tout juste de confirmer l’information, en donnant quelques détails : il a été interpellé avec deux autres personnes précisément entre les villages de Yakassé-Mé et Agou.

Détenu à la DST

Selon le ministère de la Sécurité, il se trouverait actuellement dans les locaux de la Direction de la Surveillance du Territoire, la DST. Les avocats de Pascal Affi N’Guessan indiquent cependant qu’ils n’ont pas pu entrer en contact avec lui, bien qu’ils se soient rapidement rendus sur place.

Vendredi, le procureur de la République, Richard Adou a tenu une conférence de presse pour annoncer que plusieurs personnalités politiques de l’opposition étaient poursuivies par la justice de 16 chefs d’accusation, dont « actes de terrorisme », « organisation et participation à un mouvement insurrectionnel », et « meurtres ».

21 personnes sont déjà détenues dans le cadre de cette affaire qui fait suite à l’appel au « boycott actif » de l’élection présidentielle, qui aurait entraîné, selon le procureur, « la commission de nombreux actes d’une particulière gravité ». Le numéro 2 du PDCI, Maurice Kakou Guikahué est également détenu, tandis qu'Abdallah Mabri Toikeusse est en fuite et « activement recherché » par les services de police.

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201107-cote-ivoire-opposant-pascal-affi-n-guessan-a-%C3%A9t%C3%A9-arr%C3%AAt%C3%A9?fbclid=IwAR1PzvWntgVxw8jyZ9KPXJKNTuv7uLj1W70qCkt0uhuMXEdrGqjqUSO8Lk4&ref=fb

L'opposant ivoirien, Pascal Affi N'Guessan, a été arrêté: Par RFI
Partager cet article
Repost0

Forces de l'ordre autour des domiciles d’opposants en Côte d’Ivoire: où en est-on?: Par RFI

Publié le par Akeulette

Publié le : 

À Abidjan, depuis la proclamation des résultats provisoires donnant la réélection pour un troisième mandat controversé d'Alassane Ouattara, les événements s'accélèrent. Les forces de l'ordre se sont déployées ce mardi 3 novembre dans l'après-midi autour des domiciles de plusieurs opposants, suite à la création hier d'un Conseil national de transition et aux violences de la période électorale. Que sait-on, à l'heure qu'il est, de la situation des différents leaders ?

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

En fin d’après-midi, il y avait toujours plusieurs véhicules de police devant le domicile d’Henri Konan Bédié, à Cocody. Quelques minutes auparavant, la police a fait irruption dans la résidence du président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI). Plusieurs hauts cadres du parti qui se trouvaient là et dont on ignore le nombre ont été arrêtés. Figurait parmi eux le numéro deux du PDCI, Maurice Kakou Guikahué.

Du côté des autorités, on affirme avoir « raccompagné » ces responsables chez eux. Des responsables qui demeurent en tout cas injoignables ce mardi soir. Selon plusieurs sources, Henri Konan Bédié lui-même se trouverait toujours chez lui. En tout cas, la tension autour de cette résidence de Cocody est montée tout l’après-midi à partir de 14h.

La police anti-émeutes a encerclé le domicile du doyen de l’opposition, alors qu’une conférence de presse se préparait et que plusieurs dizaines de journalistes étaient présents. Des journalistes qui ont été repoussés fermement hors du périmètre. Une partie des journalistes a ensuite été autorisée à revenir quelques minutes, avant d’être à nouveau priée de quitter les lieux, une heure environ avant l’intervention de la police.

Des dispositifs policiers sont également déployés devant les résidences de Pascal Affi N'Guessan, d’Assoa Adou et d’Albert Toikeusse Mabri à Marcory. Le président du Front populaire ivoirien (FPI) légal et porte-parole de la coalition de l’opposition, Pascal Affi N'Guessan, serait, selon son épouse, toujours chez lui à sa résidence de Riviera 4, encerclée par la police.

Et puis, confusion autour de la situation du président de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI) Albert Toikeusse Mabri. On ignore s’il se trouve à sa résidence de Marcory devant laquelle des forces de police ont été déployées.

Quant à Assoa Adou, le secrétaire général du FPI Gbagbo nous a déclaré quant à lui que les forces de l’ordre étaient à l’entrée de sa cour et de sa rue. Et qu’elles en bloquaient les accès.

https://www.rfi.fr/fr/afrique/20201103-c%C3%B4te-d-ivoire-la-police-d%C3%A9ploy%C3%A9e-autour-r%C3%A9sidences-opposants-d-alassane-ouattara?fbclid=IwAR3tdQ7JFKSxuYbs-mu372p9kjsm6qzfwDD36fAN006rQRql-Rl3Zv-CItQ&ref=fb_i

Forces de l'ordre autour des domiciles d’opposants en Côte d’Ivoire: où en est-on?: Par RFI
Partager cet article
Repost0

Côte d'Ivoire : les forces de l'ordre encerclent la résidence de l'opposant Henri Konan Bédié: Par France24

Publié le par Akeulette

Publié le : 

La résidence d'Henri Konan Bédié, chef de l'opposition en Côte d'Ivoire, qui ne reconnaît pas la réélection du président Alassane Ouattara, a été encerclée, mardi, par les forces de l'ordre.

Les forces de l'ordre ont encerclé, mardi 3 novembre, la résidence d'Henri Konan Bédié, chef de l'opposition en Côte d'Ivoire, ont constaté des journalistes de l'AFP, quelques heures après la réélection controversée d'Alassane Ouattara à un troisième mandat.

Une centaine d'hommes des forces de l'ordre, sans pénétrer dans la résidence de l'ancien chef de l'État, ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser les journalistes et les militants et empêcher la tenue d'une conférence de presse, que devait donner l'opposition, qui entend former "un gouvernement de transition".

À l'intérieur de la résidence, les hommes chargés de la sécurité d'Henri Konan Bédié ont sorti des Kalachnikov pour se préparer à le défendre, a témoigné un journaliste de l'AFP.

"Toutes les options sont sur la table"

Une heure plus tôt, le gouvernement a accusé l'opposition de "complot contre l'autorité de l'État" et indiqué avoir saisi la justice, "afin que soient traduits devant les tribunaux les auteurs et les complices de ces infractions".

"Cette déclaration (de l'opposition sur la "transition") ainsi que les violences perpétrées à la suite du boycott actif, constituent des actes d'attentat et de complot contre l'autorité de l'État et l'intégrité du territoire national", a déclaré le ministre de la justice Sansan Kambile, lors d'une conférence de presse.

Interrogé sur une possible arrestation des leaders de l'opposition, Sansan Kanbile a répondu : "Toutes les options sont sur la table. Il (le procureur) pourra envisager sereinement toutes les options à sa disposition".

Un climat de tension et des tirs

Alassane Ouattara, 78 ans, a été proclamé mardi à l'aube réélu par la Commission électorale indépendante pour un troisième mandat controversé, sur le score fleuve de 94,27 % des voix au premier tour, l'opposition ayant boycotté le scrutin qui s'est tenu samedi.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

J

Le processus électoral a donné lieu à des violences meurtrières. Une quarantaine de personnes ont été tuées depuis le mois d'août, dont au moins neuf depuis le vote samedi.

Lundi soir, des détonations provoquées par des individus non identifiés, qui n'ont fait aucun blessé, avaient résonné devant les domiciles à Abidjan de quatre leaders de l'opposition, dont celui d'Henri Konan Bédié.

La présidentielle s'est déroulée dans un climat de tension, et la crainte d'une escalade de violence est toujours présente, dix ans après la crise qui avait suivi la présidentielle de 2010, faisant 3 000 morts, à la suite du refus du président Laurent Gbagbo qui était au pouvoir depuis 2000, de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara.

Avec AFP

https://www.france24.com/fr/afrique/20201103-c%C3%B4te-d-ivoire-les-forces-de-l-ordre-encerclent-la-r%C3%A9sidence-de-l-opposant-henri-konan-b%C3%A9di%C3%A9?fbclid=IwAR2v7QeV6TyGM-lGA2PZaOrDTISVAeYnHbemweEaGwCE6HB5fnqBifBnFY4

Côte d'Ivoire : les forces de l'ordre encerclent la résidence de l'opposant Henri Konan Bédié: Par France24
Partager cet article
Repost0

ATTAQUE DE LA RESIDENCE DU PRESIDENT BEDIE. LES FAITS: Pris sur le net

Publié le par Akeulette

Je vous disais, que la vie du president Bedie etait en danger, et qu’en plus, je ne voyais pas une transition pacifique comme le souhaite les opposants Ivoiriens.

Voila, qu'hier 2 novembre a peine l’opposition a t’elle annoncee la creation d’un Conseil National de Transition, preside par monsieur Monsieur Henri Konan Bedie, que sa residence fut la cible de plusieurs tirs d'armes a feu et de gaz lacrymogènes. Cette attaque a ete perpétrée  par l'une des milices de monsieur Dramane Ouattara! Le 20 septembre 2013, Le Seigneur m’a dit que: << La Cote d’Ivoire etait sous occupation, parcequ’Il nous avait châtiés; mais qu’IL allait nous liberer!>> 

C’est donc Lui Seul, qui pourra arracher la Cote d’Ivoire des griffes de Dramane Ouattara et de la France! J’ai titree cette vision du 20 septembre 2013: << La Cote d'Ivoire bientot Libre?!>> Texte et lien ci-dessous.

Voici un recit pris sur le net qui relate l’attaque de la residence de monsieur Henri Konan Bedie.

ATTAQUE DE LA RESIDENCE DU PRESIDENT BEDIE.

LES FAITS

Abidjan, le 3 novembre 2020.

8h00.

Par JYEE

Hier soir, lundi 2 novembre 2020, aux environs de 22h, 8 cargos de CRS remplis de corps habillés encagoulés et lourdement armés se sont dirigés devant la résidence du president du Conseil National de Transition (CNT) fraîchement désigné, monsieur Henri KONAN BEDIE.

Devant la barrière humaine formée par près de 300 jeunes ivoiriens aux mains nues venus protéger la résidence du président, les assaillants ont jeté 4 grenades lacrymogènes dont une à l'intérieur de l'édifice et ont tiré plusieurs rafales en l'air puis se sont retirés en criant qu'ils reviendraient et que ce n'était qu'en guise d'avertissement.

Les gardes armés positionnés pour la protection de la résidence du président n'ont pas cédé à cette provocation manifeste et ce sont comportés en vrais professionnels sans riposter mais en restant sereins, concentrés et vigilants.

Les résidences de certains leaders de l'opposition dont MABRI Toikeusse et AFFI N'GUESSAN ont subi le même sort.

Nous nous sommes rendus sur place aux alentours de minuit.

Les faits nous ont été rapportés tels quels. La situation était redevenue calme et maitrisée.

Aux alentours de 3h00 du matin, 2 cargos du GSPR lourdement armés sont passés très lentement devant la résidence sans toutefois s'arrêter. Nous étions encore sur place.

Nous avons quitté les lieux vers 4h du matin.

---------------------------------------------------------------------------

La Cote d'Ivoire bientot Libre?!

Published on September 20 2013 by Akeulette

Aujourd'hui Vendredi 20 Septembre 2013 en reve, je suis en pleine discussion sous un grand arbre avec les Anges. Je m'entends crier "nous allons liberer la Cote d'Ivoire"!!!" nous allons liberer la Cote d'Ivoire"!!! Je ne fais que repeter ces mots. Et l' un des Anges de me dire, "de toute facon cette Occupation, n'etait que TEMPORAIRE"! Et un autre qui me demande, mais pourquoi la Cote d'Ivoire a- t'elle ete attaquee"? Et a moi de repondre:- Parceque nous avons ete Observes". Et que cette observation etait bien, car elle nous apprise a mieux reflechir, a etre plus humble, et moins materialistes"!

Traduction:

Nous avons ete OBSERVES signifie, nous avons ete CHATIES!!!

"Et que cet chatiment etait bien, car il nous appris a mieux reflechir, a etre plus humble, et moins materialistes"!!!

 

http://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/la-cote-d-ivoire-bientot-libre-8

 

 

ATTAQUE DE LA RESIDENCE DU PRESIDENT BEDIE. LES FAITS: Pris sur le net
Partager cet article
Repost0

À relire aussi cette vision du 15 octobre 2016 sur ces soldats etrangers que j'ai titrée: Usain Bolt vient m'aider a enlever le maillot noir qui couvrait la Cote d'Ivoire de malheurs!!!

Publié le par Akeulette

Fortifiez-vous et prennez courage!

 (voir lien du reve ci-dessous)

-------------------------------------------------------------------

Usain Bolt vient m'aider a enlever le maillot noir qui couvrait la Cote d'Ivoire de malheurs!!!

Published on by Akeulette

 

Ce reve que je vais vous relatez maintenant, je l'ai fait depuis le Jeudi 13 Octobre dans l'apres midi. Je ne l'avais pas jusque publiee car je ne savais pas pourquoi le Seigneur m'avait envoyee ce grand champion Olympique, ce grand sprinter, cette legende du sport, l'homme le plus rapide que ce monde ai jamais connu, oui mesdames et messieurs, je parle de Usain Bolt!

Dans ce reve donc, je me retrouve avec Usain Bolt en Cote d'Ivoire, j'etais entrain d'acheter de la patisserie chez un arabe, quand il s'est plaint de ce que j'achetais. Je me suis enervee, et lui ai dit que moi aussi, je n'etais pas dutout contente de la maniere donc il avait trompee sa fiancee publiquement apres les JO de Rio. Une petite dispute s'en suit entre nous deux. Apres, lui avoir dit ce que j'avais sur le coeur. Le Seigneur m'a montre  la Cote d'Ivoire qui etait recouverte des vetements de plusieurs couleurs, et au dessus de tout ces vetements, il y'avait un grand maillot noir qui recouvrait toute la Cote d'Ivoire!

Usain Bolt s'avance et enleve le maillot noir qui recouvrait la Cote d'Ivoire! Des qu'il l'a enleve, il le brandit comme un trophee en disant: " je l'ai enleve, allons-y!!!   Il avait l'air tout jouyeux comme quand il gagne  ses courses!

Nous nous sommes mis a courir lui et moi. Apres,... je me suis retrouvee toute seule dans une campagne, je voyais des militaires s'entrainer, je ne voyais que leurs pieds,  je sortais de cette campagne, le maillot que Usain Bolt avait dans la main, s'est retrouve dans mes mais, mais ce maillot avait maintenant pris une forme pyramidale, la couleur etait toujours noir. Usain Bolt est partir sans me dire aurevoir, il est partir comme il est apparu dans ma vision sans me prevenir!!! Il a accomplie la mission que le Seigneur lui a confie!  AMEN!!!

Avec la pierre dans les mains,  je suis tombee sur un autre groupe de militaires, ils descendaient une colline en courant, ils allaient joindre l'autre groupe qui s'entrenait sur la petite route pres des feuillages. Ils etaient bien caches, on ne pouvait pas les voir.

A ma vue, ces militaires etrangers qui couraient, se sont mis au "garde a vous", je me suis aussi mise au garde a vous, ils m'ont alors saluee, ils ont dit  " bonsoir". Ils etaient habilles tout en vert, beret vert, chemise manche courte verte et pantalon treillis vert. Je me demandais qui etaient ces soldats etrangers, ils etaient ni  trop noir ni trop blanc, ils etaient metisses. Je les regardais passer, quand tout a coup j'ai vu quelqu'un qui jouait de la flute a leur passage. 

 

Symboles:

Usain Bolt pour moi represente la Vitesse, la Victoire,  le succes dans ce que l'on entreprend, le Seigneur l'a envoyee m'aider a enleve  le malheur qui couvrait la Cote d'ivoire, la tristesse, les tueries, la misere dans laquelle Dramane Ouattara a fait sombrer la Cote d'Ivoire! 

La  Cote d'Ivoire Connaitra a nouveau la joie! Cette guerre je la remporterais contre ces personnes malefiques, ces Francmacons qui font du mal a la Cote d'Ivoire!

  << La flûte est le symbole d’un grand bonheur et de la joie. Elle représente également la musique céleste.>>

Le vert lui :<< est la couleur de l'espoir ! C'est aussi celle que l'on attribue au destin, à la chance.>>

La pyramide est aussi symbole de succes, cela veut dire que j'ai recu l'aide puissante du Seigneur pour m'orienter dans cette bataille contre les malfaiteurs spirituels en Cote d'Ivoire!!!

Merci Seigneur!

http://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2016/10/usain-bolt-vient-m-aider-a-enlever-le-maillot-noir-qui-couvrait-la-cote-d-ivoire-de-malheurs.html

À relire aussi cette vision du 15 octobre 2016 sur ces soldats etrangers que j'ai titrée: Usain Bolt vient m'aider a enlever le maillot noir qui couvrait la Cote d'Ivoire de malheurs!!!
Partager cet article
Repost0

En Côte-d’Ivoire, la présidentielle gagnée par la peur des «microbes»: Par Liberation

Publié le par Akeulette

Par Maria Malagardis, Envoyée spéciale à Abidjan 

La campagne électorale puis le vote de samedi ont été ponctués par plusieurs épisodes de violences. Des actions menées en particulier par les enfants de la crise post-électorale de 2010 issus de milieux défavorisés et souvent instrumentalisés par le pouvoir duquel ils sont exclus.

En Côte-d’Ivoire, la présidentielle gagnée par la peur des «microbes»

Un étrange «virus» semble créer la psychose en Côte-d’Ivoire, où les électeurs se sont rendus aux urnes pour élire leur président samedi dans un climat de tension et d’affrontements inédit depuis la crise post-électorale de 2010-2011. Il ne s’agit pas du Covid, qui désormais connaît une progression modérée (seulement 228 cas actifs enregistrés samedi) dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, comme sur le reste du continent. Non, ce qui effraye les Ivoiriens, en particulier à Abidjan, la capitale économique, ce sont les «microbes» dont les attaques récurrentes ont marqué cette étrange campagne électorale réduite à son strict minimum, et qui se sont encore manifesté le jour du vote. Le terme désigne ces jeunes délinquants en bande organisée, extrêmement agressifs, qui ponctuellement sèment la terreur dans certains quartiers depuis 2013.

https://www.liberation.fr/planete/2020/11/01/en-cote-d-ivoire-la-presidentielle-gagnee-par-la-peur-des-microbes_1804186

En Côte-d’Ivoire, la présidentielle gagnée par la peur des «microbes»: Par Liberation
Partager cet article
Repost0

On attend plus que l'accomplissement de cette vision du 23 novembre 2018, intitulé:  Le Plateau- Abidjan sera assiégé par des etrangers qui viendront liberer la Cote d'Ivoire! Je tenais dans la main, une longue liste de noms sur une feuille blanche. Etait-ce les noms des membres du gouvernement de transition dont je vous parlais?

Publié le par Akeulette

             Fortifiez-vous et prennez courage!

Cette vision du 23 novembre 2018 est à relire! (voir lien du reve ci-dessous)

Le plateau- Abidjan sera assiege par des etrangers qui viendront liberer la Cote d'Ivoire! Je tenais dans la main, une longue liste de noms sur une feuille blanche. Etait-ce les noms des membres du gouvernement de transition dont je vous parlais? Je ne saurais vous le dire! Mais une chose est certaine, le gouvernement actuel d'Abidjan va chuter et leur microbes avec!

Published on by Akeulette

Reve du 23 novembre au matin,

Hier matin en reve, je me suis retrouvee, au Plateau en Abidjan ( Cote d'Ivoire)

J'etais au plateau devant des immeubles, le plateau etait assiege pas des forces etrangeres! C'etait impossible de passer. Toute les rues etaient barricadees. Il y'avait, des hommes ( des etrangers) qui bloquaient tout les passages avec leur voitures. Les malfaiteurs spirituels pour m'empecher d'acceder a ces messieurs, ont ecrase des debris de bouteilles pour les mettre sur mon chemin. Je me vois avec des sandales aux pieds, marchant sur la pointe des pieds pour eviter ce piege et ne pas me blesser.  Je m'approche difficilement des occupants d'une voiture, c'etait des etrangers. Leur voiture barrait l'acces aux immeubles du plateau. Je m'approche d'eux et leur demande, si je pouvais passer. Ils me disent non! En les quittant, je tombe sur un groupe de petits deliquants, appele communement " microbes" en Cote d'Ivoire.  Ils etaient surpris par ce qui se passait!  Ils voulaient s'echapper, mais leurs sandales de fortune les lâchèrent, les cordes de leurs sandales se couperent.  Du coup, ils  n'arrivaient pas a courir!  Ils etaient en colere, ils se sont mis a reclamer leurs dû.  ils disaient " on veut etre payé" " on veut etre payé"!  Ils etaient menacant, ils avaient des tournevis a la main.

Je les depassais sans trop me preoccuper d'eux, je tenais dans la main, une longue liste de noms sur une feuille blanche.  Etait-ce les noms des membres du gouvernement de transition dont je vous parlais? Je ne saurais vous le dire! Mais une chose est certaine, le gouvernement actuel d'Abidjan va chuter et leur microbes avec!

Ps: Messieurs du gouvernement actuel d'Abidjan, ne cherchez pas a me faire arreter ou a me faire tuer. Je ne fais que delivrer les messages du Seigneur! Je ne suis qu'une messagere ok? Merci de votre comprehension

Akeulette

http://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2018/11/le-plateau-abidjan-sera-assiege-par-des-etrangers-qui-viendront-liberer-la-cote-d-ivoire-je-tenais-dans-la-main-une-longue-liste-de

 
 On attend plus que l'accomplissement de cette vision du 23 novembre 2018, intitulé:  Le Plateau- Abidjan sera assiégé  par des etrangers qui viendront liberer la Cote d'Ivoire! Je tenais dans la main, une longue liste de noms sur une feuille blanche. Etait-ce les noms des membres du gouvernement de transition dont je vous parlais?
Partager cet article
Repost0

Bravo au president AFFI, l'opposition a reussi son coup, et appelle à l'ouverture d'une transition civile qui organisera les élections présidentielles, transparentes et crédibles!

Publié le par Akeulette

Je tire mon chapeau au president AFFI, qui est depuis 2014 villipendé par certains militants du FPI. Il a éte traité de tous les noms d'oiseaux. Ses détracteurs ont dit qu'il etait " un opposant de pacotille" "un traitre, un vendu" à la solde de Dramane Ouattra. Moi j'ai toujours defendu ce monsieur depuis 2014, car ce que, Le Seigneur me montrait et me montre sur lui etait different, de ce que, ses détracteurs racontaient sur lui. Si par exemple, le president Affi etait à la solde de Dramane Ouattara, il se serait rangé depuis aux cotés de ce dernier. Dans mes rêves et visions, Le Seigneur m'a toujours montré, le president Affi, comme celui qui se souciait vraiment des problèmes de la Cote d'Ivoire, c'est pour cela, qu'il etait dans le jeu politique avec Dramane Ouattara, ce qui lui a valu tant de haine de la part de ses détracteurs. Ses détracteurs, n'ont rien voulu comprendre et voir, même jusqu' à présent, la très "croyante-chrétienne", Simone GBA.GBO, rancunière de chez rancunière, ne peut pas et ne veut pas le sentir! Mais, elle est d'accord avec Soro Guillaume, celui, par qui le malheur est arrivé en Cote d'Ivoire! QUELLE IRONIE!!!  Vraiment décevant cette dame! ! Perso,  je suis très, très deçue de cette dame! Mais bon...

Aujourd'hui, encore c'est le president Affi qui est au devant de la scène, son mot d'ordre, de "désobéissance civile" avec celui de monsieur Henri Konan Bedie, ont été entendu sur le territoire national et l'election  présidentielle a boycottée, sauf par les militants de monsieur Dramane Ouattara.  Selon Jeune Afrique:

« Globalement, la participation a été très faible à Abidjan. Sur l’ensemble du territoire, on oscille entre des zones où le taux a été vraiment bas et d’autres où les électeurs se sont mobilisés notamment dans le Nord », confie un membre d’une mission d’observation électorale indépendante. Selon nos sources, des observateurs ont parfois constaté certaines incohérences sur les taux de participation affichés après le dépouillement. « Dans un bureau de vote d’une ville proche d’Abidjan, il y avait 300 bulletins dans l’urne, alors que seulement 30 personnes avaient émargé. Ce n’est pas un cas isolé », affirme une source diplomatique.

Maintenant, l'opposition "appelle à l'ouverture d'une transition civile qui organisera les élections présidentielles, transparentes et crédibles"!  Je ne pense qu'une transition civile se fera pacifiquement comme le souhaite le président Affi et l'opposition devant Dramane Ouattara, Dieu Seul Pourra Délivrer, Arracher la Cote d'Ivoire des mains de Dramane Ouattara par cette guerre Divine que je ne cesse de voir dans mes rêves et visions sur la Cote D'Ivoire!!!

Encore une fois bravo au president Affi! 

https://www.jeuneafrique.com/1067100/politique/presidentielle-en-cote-divoire-une-election-aux-deux-visages-symbole-dun-pays-divise/

 

Bravo au president AFFI, l'opposition a reussi son coup, et appelle à l'ouverture d'une transition civile qui organisera les élections présidentielles, transparentes et crédibles!
Partager cet article
Repost0

Intégralité de l'interview du Président Laurent GBA.GBO sur TV5 Monde: Par DENISE EPOTE

Publié le par Akeulette

Pris sur le net, jeudi 29 octobre 2020

DENISE EPOTE, TV5 MONDE : Monsieur le Président bonjour.

GBAGBO Laurent : Bonjour madame.

TV5 : Et merci d'accorder cet entretien à TV5 monde. Comment allez-vous depuis que vous avez recouvré la liberté ?

GBAGBO Laurent : Je me porte mieux. On est toujours mieux quand on est en dehors des prisons que quand on est en dedans. Donc je me porte bien.

TV5 : Depuis le 15 janvier 2019, date de vote acquittement, vous vous terrez dans le silence. Pour quelle(s) raison(s) avez vous accepté de parler aujourd'hui ?

GBAGBO Laurent : Vous savez depuis mon arrestation en Avril 2011, je n'ai pas parlé. Sauf lors des interrogatoires devant la Cour pénal internationale. Et quand j'ai été acquitté, j'attendais d'être dans mon Pays avant de parler. J'attendais d'être en Côte d'Ivoire avant de parler. C'est pourquoi depuis je ne parlais pas. Mais aujourd'hui, la date du 31 Octobre approche, je vois que les querelles nous amènent dans un gouffre. Et en tant qu'ancien président de la République, en tant qu'ancien prisonnier de la CPI, ancien homme politique connu, si je me tais ce ne serait pas responsable. Donc j'ai décidé de m'exprimer pour donner mon point de vue sur ce qui ce passe en ce moment en Côte d'Ivoire. Et donner ma direction. Celle qui me semble bonne.

TV5 : Pour la Présidentielle du 31 Octobre, vous partisans ont déposé votre candidature qui a été rejetée. Est ce que vous avez été surpris par le rejet de votre candidature parce que vous ne remplissiez pas toutes les conditions ?

GBAGBO Laurent : Nous étions 44 candidats. On a rejeté 40 candidatures. Vous voyez un peu. Donc... Je trouve ça un peu enfantin. Je pense que dans un pays, ceux qui veulent être candidats doivent être candidats. On ne doit pas multiplier les obstacles sur la route des candidatures. Je ne conçois pas comme ça la politique.

TV5 : Vous estimez que certains candidats ont été sciemment écartés de la présidentielle ?

GBAGBO Laurent : Bien sûr. Bien sûr. Mais bon, c'est pour tout ça que je m'exprime aujourd'hui.

TV5 : Depuis l'annonce de la candidature d'Alasane Ouattara pour la Présidentielle du 31 Octobre, pour briguer un troisième mandat, la Côte d'Ivoire connaît une crise pré-electotale, qui a fait d'ailleurs déjà plusieurs victimes à Abidjan et dans Plusieurs villes de l'intérieur, est ce que vous comprenez la colère des anti-troisième mandat ?

GBAGBO Laurent : Oui. Oui. Je la comprends et la partage. Je pense que l'un des problèmes politiques en Afrique, c'est qu'on écrit des textes transitoires. On écrit dans la constitution que le nombre de mandats est limité à deux (02). Pourtant on veut faire un troisième mandat ? Il faut qu'on respecte ce qu'on écrit. Il faut qu'on respecte ce qu'on dit. Dès l'instant où dans une société, les textes de lois et la constitution qui est la loi suprême...

TV5 : On dit d'ailleur que c'est la loi fondamentale.

GBAGBO Laurent : ...c'est la loi fondamentale. Les textes de lois qui régissent les rapports entre les citoyens, disent une chose, il faut qu'on s'y conforme. Et c'est en s'y conformant que la société est régulées de façon efficace. Si on écrit une chose et qu'on en fait une autre, on assiste à ce qui arrive en Côte d'Ivoire aujourd'hui.

TV5 : La situation inflammable que connaît la Côte d'Ivoire depuis le mois de juillet, vous préoccupe alors ?

GBAGBO Laurent : Elle me préoccupe absolument. Et je voudrais dire qu'on a un remède à cela. Le remède, c'est la discussion. Il faut que les gens s'asseyant et qu'ils discutent.

TV5 : Quand vous dites "les gens s'asseyent" vous pensez à qui ? Alassane Ouattara, Henry Konan Bédié, SORO Guillaume.

GBAGBO Laurent : Aux hommes politiques en général. Je pense à ces trois là. Mais le champs politique s'est élargi depuis. Le champ politique s'est élargi. Mais depuis que Houphouët était président, parce que j'ai été le seul à être candidat contre Houphouët Boigny, j'ai été le seul en 90, mais je ne cessais de répéter: << asseyons nous et discutons>>. Avec la discussion, la négociation on règle beaucoup de problèmes.

TV5 : Mais monsieur le Président, est ce que tous les trois vous n'avez pas une part de responsabilité ? Parce que depuis 30 ans vous cristallisez la scène politique Ivoirienne à coup de désalliances et d'alliances. Est ce qu'aujourd'hui le temps n'est pas venu pour vous, tous les 3, de vous retirer et de passer la main à une nouvelle generation?

GBAGBO Laurent : On ne règle pas les problèmes politiques comme ça. C'est anti démocratique d'ailleurs de céder, de régler... J'entends souvent dire, or ces trois là, ils faut qu'ils partent, il faut qu'ils quittent. Mais de GAULLE, il est resté combien de temps devant la scène politique ? De 1940 à 1969. Son départ de l'Élysée après la défaite du référendum qu'il avait initié. François Mitterrand il est resté combien de temps ?

TV5 : 14

Gbagbo Laurent : non 14 ans l'elysee. Mais au devant de la scène politique François Mitterrand était ministre depuis les années 40, 50, puis il est passé dans l'opposition, puis il est devenu Président.

TV5 : Mais comparaison n'est pas raison. La situation de la Côte d'Ivoire est particulière et vous le savez. Depuis 1999 date du premier coup d'état, tous les trois vous occupez la scène politique. Et aujourd'hui ce qu'on entend c'est que la jeunesse se dit que vous devez passer la mains à une nouvelle génération.

GBAGBO Laurent : La jeunesse ne dit rien du tout (rires). Ce sont les autres qui parlent pour notre jeunesse. Mais je ne voudrais pas focaliser la discution sur ce sujet. Parce que, bon, moi j'ai été mis en prison une décennie et la vie a continué. Donc la vie peut continuer sans nous. Mais je veux dire que poser le problème en ces termes là, c'est encore tromper les Ivoiriens. En leur disant, si ces trois là s'en vont, tous les problèmes sont règlés. Or non.

TV5 : Peut être pas tous les problèmes. Mais une grande partie des problèmes. Qu'est ce que vous proposez pour renouer les files du dialogue entre Alasane Ouattara et les principaux leaders de l'opposition dont vous faites partie ?

GBAGBO Laurent : il faut une auto éducation. Il faut que les gens comprennent que dans la démocratie on se donne des règles. On n'est pas d'accord. Dans la démocratie d'abord on se rend compte qu'on est pas d'accord. C'est la première chose qui fonde la démocratie. On n'est pas d'accord. Mais on vit ensemble dans un pays.

TV5 : En bonne intelligence.

GBAGBO Laurent : Oui on doit vivre en bonne intelligence. On doit se donner des règles. On doit se donner des règles. Et une fois qu'on s'est donné des règles, il faut les respecter. C'est ça. Il faut les respecter. Si on ne peut pas respecter les deux mandats, qu'on ne l'écrive pas dans la constitution. Au temps d'houphouet Boigny, il n'y avait pas de limitation de mandats.

TV5 : C'était le parti unique aussi.

GBAGBO Laurent : C'était le parti unique. Mais il n'y avait pas de limitation de mandats. Quand il n'y a pas de limitation de mandats. On s'attend à tout. La limitation de mandats n'est pas obligatoire. Mais moi je la souhaite. Mais une fois qu'on a limité les mandats dans la constitution, il faut qu'on respecte cette limitation.

TV5 : Face à ce qu'elle appele la dérive du pouvoir, l'opposition ivoirienne fait bloc. Et elle appelé à la désobeïsance civile. Un mot d'ordre que Alassane Ouattara n'entend pas puisque ça ne l'a pas fait reculer. Et d'ailleurs ses partisans au RHDP disent le 31 Octobre, un coup ko. Victoire au premier tour. Qu'est ce qui nous attend au lendemain du premier octobre ?

GBAGBO Laurent : La catastrophe. Ce qui nous attend, c'est la catastrophe et c'est pourquoi je parle. Pour qu'on sache que j'ai parlé. Pour qu'on sache que je ne suis pas d'accord pour aller pieds et poings liés à la catastrophe. Pour qu'on sache que je dis qu'il y avait autre chose à faire. Il faut discuter.

TV5 : Monsieur le Président cet entretien tire à sa fin, cela fait neuf ans que les Ivoiriens ne vous ont vu, ni entendu, qu'est ce que vous voulez leurs dire à la veille de cette date cruciale du 31 Octobre ?

GBAGBO Laurent : Discutez ! Négociez ! Parlez ensemble !

TV5 : Il est encore temps de la faire ?

GBAGBO Laurent : Il est toujours temps de le faire. Il est toujours temps de le faire. Il est toujours temps de parler. Je voudrais dire aux ivoiriens que dans ce combat qui se mène aujourd'hui autour du troisième mandat, je suis moi Laurent GBAGBO ancien prisonnier de la CPI, je suis résolument du côté de l'opposition. Je dis vue mon esperience, il faut négocier.

TV5 : Merci.

Intégralité  de l'interview du Président Laurent  GBA.GBO sur TV5 Monde: Par DENISE EPOTE
Partager cet article
Repost0

Pascal Affi N'guessan à propos de Dramane Ouattara: Dans ces différents propos, on retrouve logiquement sa propension bien connue au mensonge. Conférence de presse du 26 Octobre 2020

Publié le par Akeulette

Chers amis de la presse,

Mesdames et Messieurs les journalistes,

Merci d’avoir répondu une fois encore à notre invitation,cinq jours après notre dernière conférence de presse.

Afin deprocéder à un nouveau bilan de la crise électorale que traverse notre pays, en vous donnant toutes les précisions notamment sur la répression sanglante et arbitraire à laquelle se livre le pouvoir.Nous nous prononcerons également sur la stratégie du chaos dans laquelle Alassane Ouattara a décidé de plonger la Côte d’Ivoire après le 31octobre,un chaos dont il a précisé les contours dans différentes interviewsaccordées à la presse française.

  1. LE BILAN MATERIEL ET HUMAIN DE LA CRISE

11 jours après le lancement de la phase active, nous pouvons affirmer que le peuple ivoirien s’est approprié le mot d’ordre de désobéissance civileavec volontarisme et avec un courage remarquable.

Au nom du Président Henri Konan Bédié et de tous les leaders de l’opposition ivoirienne, je voudrais une fois encore adresser nos vifs remerciements à nos compatriots et les invite à poursuivre ce combat en passe d’être gagné. La victoire est toute proche.

Alassane Ouattara est d’ailleurs bien obligé d’en tirer les conséquences. Désormais incapable de tenir son élection fictive sur l’ensemble du territoire, il a annoncé la fermeture de plus d’un bureau de vote sur deux. C’est la reconnaissance spectaculaire de la force de la mobilisation contre le troisième mandat. J’y reviendrai dans quelques minutes.

 

A l’heure où je vous parle, après recoupement des informations en notre possession, notamment de sources policières, judiciaires et hospitalières, le bilan que nous pouvons dresser de la désobéissance civile est le suivant :

En date du 24 octobre 2020 et pour la seule commune de Dabou, nous déplorons :

  • 16 morts ;
  • 67 blessés ;
  • 52 individus interpellés ;
  • 12 fusils saisis ;
  • 70 machettes saisies ;
  • 3 maisons incendiées ;
  • 10 véhicules calcinés.

Au niveau national, les chiffres consolidés font état de :

  • 70 morts ;
  • 211 arrestations ;
  • 32 fusils saisis ;
  • 300 machettes saisies ;
  • Une dizainede biens incendiés ;
  •  
  • 42véhicules calcinés.
  • LES EXACTIONS DU REGIME

La mobilisation pour la désobéissance civile affole le régime. Il perd pieds. Il perd pieds parce qu’il sait ses jours comptés. Il répond par une stratégie de la terre brûlée et de terreur sur les populations.Il piétine en vérité toutes nos valeursde dialogue, d’unité et de fraternité.

Il aurait pu privilégier le dialogue, saisir notre main tendue, accepter l’ouverture de vraies négociations sur nos différends sous la médiation de la CEDEAO. Il a choisi de court-circuiter la mission de la CEDEAO en la réduisant à une simple instance d’observation, ce qui n’est bien sûr pas acceptable pour nous.

A ce stade, nous avons besoin d’un facilitateur impartial dans le cadre d’un dialogue inter-ivoirien et non d’un observateur passif et placide.

Notre pays est en danger. Il est en danger parce que la réconciliation a été bradée, la négociation est ignorée par un clan de pyromanes.  Alassane Ouattara attise la haine et joue une ethnie contre une autre, insensible aux nombreux morts que nous pleurons chaque jour, au risque de déclencher une guerre civile dont nous connaissons tous la dangerosité.

Ailleurs en Afrique, d’autres pays en ont payé le prix lourd. Je pense au Rwanda, où cette haine s’est traduite par la volonté d’extermination d’une communauté. Le Rwanda qui a réussi son processus de réconciliation parce qu’il a su s’en donner les moyens, parce que ses dirigeants l’ont ardemment voulu. Nous voulons pour la Côte d’Ivoire ne connaitre de la leçon que nous donne le Rwanda que cette belle réussite en matière de réconciliation nationale.

Sur le terrain, la violence du régime est en réalité désormais totale. Comment le pouvoir ose-t-il afficher un tel mépris pour les morts dus à sa politique de division et affirmer aux médias internationaux que la réconciliation nationale a été faite ? M. Ouattara a-t-il le sentiment que la Côte d’Ivoire d’aujourd’hui ressemble à une nation réconciliée ?

 

La violence est partout. Elle est en réalité à la fois physique et institutionnelle.

  • Violence physique avec ces chasses à l’homme tragiques dont les militants de nos différents partis et plateformes sont victimes de la part des miliciens à la solde du régime. La méthode est désormais parfaitement rodée : le régime s’appuie sur des milices parallèles, ces véritables commandos de la mort, équipés de machettes et d’armes à feu (kalachnikov et calibre 12). Convoyées par le régime dans des véhicules réquisitionnés pour l’occasion, ces jeunes « microbes » instrumentalisés par le pouvoir sont armés jusqu’aux dents. Ils tuent, blessent, tabassent jusqu’au sang, ils pillent et brûlent. Ils sont parfois assistés, protégés dans leurs basses besognes par des forces de défense et de sécurité. Alassane Ouattara sacrifie son peuple sur l’autel d’un narcissisme effréné et d’une soif de pouvoir qui ne connait désormais plus de limites. Nous réclamons l’ouverture d’une enquête internationale sur ces crimes commis par Ouattara et ses milices sur le peuple de Côte d’Ivoire.

Nos condoléances les plus attristées aux familles endeuillées et aux amis des victimes, et toute notre compassion aux blessés. Nous assurons les prisonniers que nous ne les oublions pas et les assurons de notre détermination à œuvrer pour les revoir très vite en liberté.

Depuis ces derniers jours, cette violence totale, cette souffrance inouïe portent le nom de Dabou. Dabou est devenue le symbole de labarbarie du régime envers ses enfants, de la volonté radicale d’éradiquer la légitime désobéissance civile, le symbole du calvaire que traverse le people ivoirien en lutte.

La mobilisation de Dabou, le courage de ses enfants resteront dans nos mémoires comme un haut lieu de notre résistance à la tyrannie. On a d’ailleurs vu surgir sur les réseaux sociaux, le hashtag #JeSuisDabou. C’est l’expression de la solidarité de tout un peuple et, au-delà de nous, des amis de la Côte d’Ivoire,envers cette localité martyre.

  • La violence est également institutionnelle

Nous savons tous que l’élection présidentielle ne peut pas se tenir sans bureaux de votes, sans matériel de vote, sans candidats, sans Commission Electorale Indépendante, sans commissions locales. Contre toute raison, le régime s’obstine et s’efforce de contourner cette évidence.

Après avoir décidé de faire distribuer les cartes électorales dans les commissariats et par porte à porte, en violation de la loi électorale, Alassane Ouattara vient d’annoncer dans un journal français, le Journal du Dimanche, qu’il avait unilatéralement décidé de réduire le nombre de bureaux de vote de plus de la moitié, de 22.000 à 10.000.

Une fois encore, il bafoue les règles de droit, piétine le code électoral qui dispose en son article 21 que « le nombre et les lieux de bureaux de vote sont fixés par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition de la Commission chargée des élections ». 

Plusieurs remarques à l’annonce de cette nouvelle facétie : le Chef de l’Etat crée deux catégories de citoyens, ceux qui peuvent voter et les autres ; il reconnait implicitement le succès de la désobéissance civile puisque 12.000 bureaux de vote sont impraticables ; il avoue la totale dépendance d’une Commission Electorale sous contrôle et valide notre démarche de désobéissance civile.

C’est en réalité le fait du prince !  Mais comme il n’y a ni prince, ni roi, ni empereur, ni Sauveur Suprême dans la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara va finir son mandat et puis il va partir.

  • LA STRATEGIE DU CHAOS 

Il va partir car nous n’allons pas le laisser plonger notre pays dans le chaos. C’est bien le chaos qu’il prépare. Il n’ose pas le dire explicitement au peuple ivoirien. Mais lorsqu’il s’exprime face à des journalistes français, il se lâche. Sans vergogne, sans tabou !

Son interview au quotidien Le Monde est particulièrement édifiante sur sa psychologie et ses intentions. Alassane Ouattara tombe le masque et personne ne pourra dire demain : je ne savais pas ! 

Ni nous Ivoiriens, ni ces chancelleries occidentales qui espéraient des gestes d’ouverture et envers lesquelles, il se pose en garant de la stabilité. Elles sont désormais fixées, pleinement informées. Ouattara c’est la garantie de la violence et de l’instabilité dans une Sous-région en crise, où la menace sécuritaire est partout, la menace terroriste partout. La stabilité n’est pas possible avec les violences dont sa candidature est porteuse. La condition de la stabilité, c’est la réconciliation, l’Etat de droit et la Démocratie socle de la paix et du développement.

Dans ces différents propos, on retrouve logiquement sa propension bien connue au mensonge.

  • Mensonge sur les Accords de Marcoussis à propos de :

– de son éligibilité : il ne serait pas concerné par la modification de l’article 35. Et pourtant, il a été un candidat à titre ‘’exceptionnel’’ en 2010 par l’application de l’article 48 de la Constitution de 2000.

– en 2015, il a été candidat « par dérivation » de sa candidature de 2010 ;

– En 2020, il veut être candidat « d’urgence » face à « un cas de force majeure ».

Mais au-delà de ce trait du personnage, l’interview révèle en réalité sur le plan psychologique une série de pathologies lourdes :

– l’obsessionqui se traduit par une fixation presque névrotique sur la personne du président Henri Konan Bédié ;

-la brutalité et le mépris envers l’autre ;

-le narcissisme, qui dans cette phase aigüe que traverse Alassane Ouattara, s’accompagne d’un syndrome de l’homme providentiel ;

– la mégalomanie, souvent associée au narcissisme ;

– le refus absolu du jeu démocratique avec cette explication qu’il donne d’être candidat par le risque de voir triompher le président Henri Konan Bédié et cette proclamation : « cela je ne peux l’accepter ».Il avoue que sa candidature s’explique par la haine, mais la Côte d’Ivoire n’a pas besoin de haine pour avancerEn démocratie, c’est le peuple qui tranche… Mais cela Alassane Ouattara ne peut le comprendre car il a instauré une dictature ;

– la recherche éperdue de la revanche, de la vengeance sur tous les acteurs politiques de ce pays à l’exception de son clan.

Car les intentions à cet égard sont claires et terriblement inquiétantes. Alassane Ouattara annonce une répression démultipliée après le 31 octobre. Il refuse catégoriquement le dialogue, la réconciliationet la paix.

  • Le troisième mandat, c’est la promesse faite d’anéantir purement et simplement l’opposition. Avec cette menace, je cite, de « nous attraper tous après l’élection ».  Alors je pose la question : Va-t-il emprisonner toute la Côte d’Ivoire qui se lève comme un seul homme ? Pour ce qui nous concerne, il peut plastronner, menacer, intimider, aucun d’entre nous n’a peur car la cause de la liberté et de la démocratie, la cause de notre pays dépassent nos personnes et nos sorts respectifs ;
  • Le troisième mandat, c’est l’assurance de la prison à vie pour Guillaume Soro, qui l’a pourtant si bien servi, au mépris de la séparation entre le pouvoir exécutif et le judiciaire. Dans un Etat de droit, ce sont les tribunaux qui jugent et condamnent, et pas un individu, aussi puissant soit-il !
  • Le troisième mandat, c’est ce chantage exercé sur Laurent Gbagbo, condamné à attendre l’appel de son procès pour rentrer au pays, condamné au silence à son retour, sous la menace de procès en Côte d’Ivoire.Et là, je le dis avec force : On ne pose pas de conditions au retour de Laurent Gbagbo.On ouvre grands les bras à Laurent Gbagbo.
  • Le troisième mandat, c’est l’appropriation des Institutions et son utilisation au gré de ses intérêts, dans le registre de son seul « bon plaisir ». Avec cette annonce d’une nouvelle réforme de la Constitution pour sortir ses adversaires du jeu politique. Avec ce doute sur la nomination d’un Vice-président,alors que le poste est prévu par la Constitution de 2016 qu’il a fait voter. Imagine-t-on un candidat à la présidentielle dans une démocratie déclarer « je ne sais pas si je vais nommer un Premier Ministre », alors que c’est une exigence constitutionnelle ?
  • Le troisième mandat, c’est en réalité un quatrième mandat, avec la probabilité d’une présidence à vie puisque Ouattara estime « qu’à son âge, il peut faire deux mandats sans souci».

Face à ses propos surréalistes, nous tenons à réaffirmer le sens de notre combat commun : On ne joue pas avec les Institutions, on les respecte, on les appliqueElles ne sont pas un cahier d’écolier qu’on griffonne et rature au gré de ses impulsions et de ses intérêts.

Si les Institutions ne le permettent pas, on ne se représente pas.

On nomme un Vice-président si la Constitution le prévoit.

On respecte l’indépendance de la justice en ne décernant pas des peines de prison à vie de son propre chef.

Dans cette dernière ligne droite, nous en appelons donc à la mobilisation de tous pour contrer Alassane Ouattara en étendant la désobéissance civile sur l’ensemble de la Côte d’Ivoire.

Nous dénonçons par avance l’envoi d’observateurs pour observer une élection qui exclut tous les candidats, même ceux qui ont été retenus malgré lui par le conseil Constitutionnel.

Nous rejetons par avance les conclusions que de tels observateurs tireront de leur mission, qui n’a aucun sens,parce qu’il n’y a pas d’élection en Côte d’Ivoire. La désobéissance civile doit être désormais totale, globale et massive afin qu’il en soit ainsi.

Alassane Ouattara est un pyromane et un apprenti sorcier qui déshonore la fonction présidentielle et notre pays. Samedi 31 octobre, il cessera de l’incarner.

Je vous remercie,

Abidjan le 26 Octobre 2020

AFFI N’Guessan Pascal,

Porte-parole de la plateforme de l’Opposition

https://www.africanewsquick.net/urgent-alassane-ouattara-est-un-pyromane-et-un-apprenti-sorcier-qui-deshonore-la-fonction-presidentielle-et-notre-pays-affi-nguessan/?fbclid=IwAR20jqHCLJnea1FW0Be3huSeHa_jY9eahaaq9pFXUl_dAvoAQhVvWUYUZY0

 Pascal Affi N'guessan à propos de Dramane Ouattara: Dans ces différents propos, on retrouve logiquement sa propension bien connue au mensonge. Conférence de presse du 26 Octobre 2020
Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>