La Marche de la colere fut une reussite malgre les manoeuvres perverses de la fronde de AboudrAmanE Sangare et DrAmAnE Ouatarra

Published on by Akeulette

Le vendredi 16 juin 2017, monsieur Jean Bonin  ecrivait:

Alors que l'inquiétude gagne de plus en plus le camp du RDR, voila que les frondeurs du FPI qui combattent le Pdt Affi font passer des messages sur les réseaux sociaux et par SMS pour faire croire aux populations que la marche est annulée ou qu'eux organisent le même jour une activité du FPI à Songon, tout cela en vue de le vaillant peuple de Côte d'Ivoire qui souffre de la mauvaise gouvernance du pouvoir.

Je suis surpris que ce soit la fronde qui vole ainsi au secours du pouvoir de M. Ouattara. Le temps est vraiment un autre nom de Dieu.

Qu'il pleuve, qu'il grêle ou qu'il neige cette marche pacifique de protestation aura lieu.

Fiers ivoiriennes et ivoiriens, le pays nous appelle.

Ma reponse a son post fut:

Mais pourquoi es-tu surpris. N'ai-je pas dis au monde entier depuis 2015 que c'etait Dramane Ouattara qui etait derriere la fronde ! Et que tout les frondeurs de Facebook travaillaient pour Dramane Ouattaradans mon reve intitule" le visage hideux de la fronde au FPI" Quand est- ce que vous prendriez mes reves aux serieux pour ainsi vous eviter toute future surprise dans cette Crise Ivorienne? Bon sang!

Voici le message, d'un monsieur residant en Cote D'Ivoire, que je ne connais pas, mais qui lis mon blog m'a envoyee toute a l'heure, car lui aussi aurait appris que la marche etait annulee!!! << je t'écris ce message pour savoir le motif de l'annulation
de la marche de la colère,la cherté de la vie etc... ce samedi par le
président AFFI N'GUÉSSAN. merci>>

Ma reponse: <<La Marche n'est pas annulee! C"est un Gros mensonge de la part des frondeurs pour saboter le President Affi. Comme tu l'as Lu sans doute Sur Mon blog, Les frondeurs travaillent pour Dramane, c'est dans cette prospective qu'ils agissent ainsi. Tout ceci est malheureux, mais Dieu veille. Leur comedie prendre fin. Bon weekend. Akeulette>>

 

Aujourd'hui 17 juin 2017 monsieur Jean Bonin nous fait le compte rendu de la Marche de la colere organisee per le president Pascal Affi N'guesssan

 

Marche de la colère

Ce n'était pas gagné d'avance. Il fallait déjouer tous les obstacles qui se dressaient devant nous.

a) - le pouvoir et ses manœuvres...

D'abord la RTI qui fait un reportage tendancieux sur la conférence de presse du Pdt Affi. Elle fait croire que Affi voulait marcher surtout pour dénoncer les mutineries à répétition. Ce qui bien évidemment est faux. La RTI est dans son rôle. Elle ne peut changer. Elle agit comme le poulet qui longtemps resté attaché, refuse de s'en allé une fois qu'on lui a ôté ses liens. Il faut donc le chasser pour qu'il se rende compte qu'il est libre. Quel dommage !

Ensuite les forces de l'ordre. Alors qu'elle a été annoncée depuis plusieurs semaines, ce n'est qu'hier, 16 juin, la veille de la marche, vers 18h, que le Prefet de région a daigné nous recevoir pour échanger sur la marche, son autorisation, l'itinéraire et son encadrement. Avant cette rencontre nous n'étions pas en mesure de dire ou de savoir si elle ne serait pas interdite au dernier moment. Tout cela montre bien que les discussions au sein du pouvoir étaient houleuses entre les partisans de l'autorisation et ceux de l'interdiction de la marche. Dieu merci, elle n'a pas été interdite.

À 7h, le camion podium était en place à la gare de Bassam. Le monde affluait progressivement. Les banderoles ont été montées sur le camion. L'une d'entre elles disait "Ado voleur" relativement au scandale de l'agrobusiness. Les autorités n'ont pas appréciées. Les forces de l'ordre ont donc, séance tenante, exigés que, non seulement nous l'enlevions mais que le camion podium lui aussi quitte les lieux. Ils ont en conséquence confisqué certaines banderoles. Le camion qui entretenait et maintenait l'ambiance a donc été prié de déguerpir. Le ton est monté. Nous avons fait preuve de sagesse. Les éléments de la BAE étaient prêts à gazer si nécessaire. Nous avons donc demandé au chauffeur du camion de partir le garer à la place des martyrs à Adjamé pour le meeting final.

Les forces de l'ordre ne voulaient pas non plus que nous traversions le pont De Gaule. Le Pdt Pascal Affi N'guessan a dit niet. Il n'en n'est pas question. Il est resté ferme sur sa position. Après plusieurs échanges de coups de fil entre les forces de l'ordre et un interlocuteur qu'elles avaient au bout du fil et à laquelle elles rendaient compte, la décision fut prise, face à la détermination du Pdt Affi qui ne voulait pas s'en laisser compter, de nous laisser traverser le pont comme précédemment arrêté. La plupart des marcheurs présents ne s'en étaient pas aperçus.

Alors que nous nous réjouissions de ce que les choses sérieuses allaient pouvoir commencer, c'est alors que la pluie y a mis son grain de sel. Une forte pluie orageuse. J'étais fier de constater que plus la pluie était forte, plus la détermination des uns et des autres était tout aussi forte. C'était fabuleux.

La marche était longue. Fastidieuse. Cela devait faire plus de 20 ans que j'avais pas fait un parcours si long (7 km) à pied. J'ai tenu jusqu'au niveau du stade FHB. Là, je me suis assis au bord de la route. Le chauffeur de Gossio m'a récupéré et m'a déposé sur le lieu du meeting final. Ouf ! Quel soulagement ! On se rend bien compte qu'on dans ces moments là qu'on a plus ses 20 ans.

Contre toute attente, le Pdt Affi, son épouse, la SG Apo Agnès Aye-monnet, la VP Christine Nebout Adjobi étaient d'une endurance à peine croyable. Ils ont fait le trajet d'un seul trait et sans avoir montré une seule fois des signes de fatigue.

L'ambiance était bon enfant. Nous étions des milliers. Nous formions une famille politique soudée. J'étais heureux.

Lors du meeting qui a clôturé la marche à la place des martyrs à Adjamé, le Pdt Affi Nguessan a fait une merveilleuse adresse où, comme à son habitude, il n'a pas du tout été tendre avec M. Ouattara et son régime qu'il a qualifié de "pouvoir finissant qui vit ses derniers moments et soubresauts".

c) - la fronde et ses manœuvres.

Jusque-là je croyais, naïvement, que le différends qui nous opposait à la dissidence portait sur la stratégie et la posture à adopter face au régime de M. Ouattara. J'avais tort. Force est de constater qu'il porte clairement sur les objectifs.

En effet, si pour Affi, le pouvoir de M. Ouattara a échoué et il doit dégager ou être dégagé par le peuple, pour la fronde, c'est plutôt Affi lui-même qui doit dégager. C'est la leur objectif, leur combat. Les objectifs des uns et des autres ne sont donc pas les mêmes. Nous devrons tôt ou tard en tirer les conclusions qui s'imposent.

Pour démobiliser les populations la fronde n'y est pas allée de mainmorte : montage vidéo, sms et posts sur les réseaux sociaux pour tantôt faire croire que la marche a été annulée, tantôt que c'est une marche de soutien au régime en place. Pathétique.

Avec une telle opposition, M. Ouattara peut dormir tranquille... pour des siècles et des siècles.

Conclusion

Au final, je suis fier que mes compatriotes soient sortis nombreux pour crier leur colère face aux dérives dictatoriales du pouvoir et de ses hommes.

Je formule le vœu que d'autres marches suivent. Que les ivoiriens et les ivoiriennes tuent en eux la peur et se rendent compte qu'ils sont le peuple de Côte d'Ivoire. Qu'ils soient conscients que le meilleur allié du pouvoir c'est leur passivité qui s'assimile à de la résignation. Il est temps de se réveiller. Il ne peuvent continuer indéfiniment d'être des opposants de salon et se contenter de murmurer leurs souffrances.

Je ne saurais terminer sans adresser un remerciement spécial à Toussaint Alain, Franck Segot Lutté, Lohouess Gnagne, Samir Faour, Johnny Patcheko Antonio, Stange Eranis Gohore... pour leurs discrets mais fort appréciés appuis et conseils, directs ou indirects, en communication. Merci pour tout.

Merci aussi à tous les contributeurs financiers connus ou anonymes dont notamment Charles Omer Sérélé, Apollos Dan Thé, Henri Gossé, Nicole T Galo, Lehiga Beugre Djédjé Rémy Djiouen et les différentes représentations du FPI en Europe.

Haut les cœurs.

La Marche de la colere fut une reussite malgre les manoeuvres perverses de la fronde de AboudrAmanE Sangare et DrAmAnE Ouatarra