Ma vision du 06/06/16 sur le candidat socialiste a Matignon qui n'est pas Francois Hollande est entrain se realiser!

Published on by Akeulette

Dans ma vision du 06 juin 2016, je rendais visite a Matignon au futur nouveau president Francais de 2017. Cet homme est de la gauche Francaise, mais ce n'etait pas Francois Hollande, je vous le disais!

Voir lien: http://lacriseivoirienneestspirituelle.overblog.com/2016/06/je-rends-visite-au-nouveau-president-francais-a-matignon.html

Bon voila..., ce que je viens de lire ce matin dans les journaux Francais.

"Se dirige-t-on vers un fait inédit dans la Ve République ? Samedi 18 juin 2016, le conseil national du Parti socialiste de François Hollande a décidé, à l'unanimité, d'organiser une primaire les 22 et 29 janvier 2017 pour désigner son candidat au prochain scrutin présidentiel."

Le candidat qui sera choisi ne sera pas Francois Hollande!!!

"François Hollande ne devrait pas échapper à une primaire"

Par latribune.fr | 19/06/2016, 9:03

C'est un fait inédit dans la Ve République pour un président sortant. En effet, François Hollande passera, selon toute vraisemblance, par une primaire s'il veut se représenter en 2017, après la décision du Conseil national du PS d'organiser une telle consultation les 22 et 29 janvier.

À moins d'un an de la présidentielle, le parlement des socialistes a approuvé samedi "à l'unanimité" une résolution affirmant que, "faute de soutien des Verts et du PCF à une primaire de toute la gauche, le Parti socialiste décide d'organiser une primaire ouverte aux acteurs de la Belle Alliance populaire et (à) tous ceux qui soutiendraient la démarche".

Jean-Christophe Cambadélis met fin au suspens

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, avait mis fin vendredi soir à un long suspens, en annonçant son intention de proposer au Conseil national l'organisation de cette primaire ouverte à tous les citoyens, mais resserrée sur le périmètre politique de la Belle Alliance populaire (PS, PRG, écologistes progouvernement).

Jean-Christophe Cambadélis a redit samedi qu'il "souhaitait" la participation du président de la République.

(avec AFP)

Par latribune.fr | 19/06/2016, 9:03

"Primaire à gauche: les revirements de Valls et Cambadélis"

Au départ opposés à la tenue d'une primaire, le Premier ministre Manuel Valls et le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis y sont désormais favorables. Un revirement tactique?

L'art du contrepied. Dans une interview au JDD, Manuel Valls défend l'intérêt de la primaire à gauche, alors que le Conseil national du PS a approuvé samedi à l'unanimité une résolution en faveur de l'organisation de ce scrutin, fin janvier 2017. "La primaire correspond à un besoin de participation démocratique dans notre société", affirme le Premier ministre.

"Le PS entend, à juste titre, rassembler la gauche à l'occasion de cette primaire, la gauche réformiste, socialiste, écologiste, radicale, c'est-à-dire la Belle Alliance populaire, car il s'agit d'être au second tour", estime Manuel Valls.

En mars, Valls se disait "très méfiant"

Jusqu'à présent, le Premier ministre avait pourtant rejeté l'idée d'une primaire. Le 16 janvier dernier, lors de son passage à l'émission "On n'est pas couché" sur France 2, il avait estimé que François Hollande était "le candidat naturel de la gauche" et que "le président de la République sortant n'avait pas à se soumettre à une primaire".

Le 15 mars, sur BFMTV et RMC, Manuel Valls avait de nouveau exprimé ses réticences sur la question de la primaire. Le Premier ministre se disait en effet "très méfiant à l'égard de toutes ces initiatives qui consisteraient au fond à nous faire revenir à une autre République", comme l'avait repéré Le Lab.

Désormais, dans le JDD de ce dimanche 19 juin, il ne voit aucune dévalorisation de la fonction de président à ce que le chef de l'Etat sortant descende dans l'arène. "Qu'y a-t-il de dévalorisant à retourner devant les Français, à défendre ses idées, à expliquer son action? C'est cela, la démocratie!" justifie l'ex-candidat à la primaire du PS de 2011.

Les évolutions de Cambadélis en fonction du contexte politique

Si Manuel Valls a évolué sur le sujet, Jean-Christophe Cambadélis a encore plus nettement changé d'avis. En septembre 2015, dans une interview à Libération, le Premier secrétaire du PS rejetait catégoriquement l'idée d'une primaire. "On ne peut pas vouloir lutter contre la fragmentation et l'organiser en son sein avant la présidentielle", avançait-il. C'était, il est vrai, à la veille du lancement de la campagne des régionales.

En janvier, plusieurs personnalités de gauche, comme Thomas Piketty, lançaient un appel dans Libération en faveur d'une "grande primaire des gauches et des écologistes". La position de Jean-Christophe Cambadélis a alors évolué. Dans une interview au JDD accordée en février, le député socialiste de Paris estimait que "si cette primaire (est organisée) sans préalable, ni préjugé (et) permet de sélectionner le meilleur candidat de la gauche, c'est une bonne idée et il faut l'organiser."

Un revirement tactique: fin stratège et bon analyste de la situation politique, Jean-Christophe Cambadélis comprend rapidement que les écologistes et les communistes, pourtant initialement favorables à une primaire à gauche, vont se diviser sur la question à quelques mois de leurs congrès respectifs, qui se sont déroulés début juin. De quoi permettre à la rue de Solférino de rejeter la responsabilité de l'échec sans trop de frais à EELV et au PCF. Dès avril, Jean-Christophe Cambadélis estimait en effet que le PCF "prenait la responsabilité de la division" et que la primaire "avait du plomb dans l'aile".

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/primaire-a-gauche-les-revirements-de-valls-et-cambadelis_1803781.html

"Le président François Hollande dans la dernière ligne droite de son mandat"

"Plombé par les sondages et les divisions de sa majorité, François Hollande aborde la dernière année de son quinquennat à la tête de l'Etat. Huit Français sur dix interrogés (Ifop) ne souhaitent pas le voir se présenter à sa propre succession à l'Elysée. Le président de la République n'a pas signalé ses intentions pour la primaire à gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017. Les dernières grandes initiatives du gouvernement Valls se sont transformées en courses d'obstacles, dont la loi Macron adoptée au 49-3 et la loi Travail qui a donné lieu à un recul. Côté vie privée, sa relation avec Julie Gayet, après Valérie Trierweiler, a été dévoilée par la presse."

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/hollande-nouveau-president-de-la-republique_1111933.html

Ma vision du 06/06/16 sur le candidat socialiste a Matignon qui n'est pas Francois Hollande est entrain se realiser!